L’élu fontainois Franck Sinisi pas encore (mais bientôt) exclu du FN pour ses propos anti-Roms

sep article



Exclu ? Pas exclu ? En fait, pas encore… Mais bientôt. L’élu frontiste de Fontaine, Franck Sinisi qui avait tenu des propos envers les Roms jugés inacceptables, en séance du conseil municipal le 27 février dernier, ne devrait pas tarder à prendre la porte du Front national.

 

 

Franck Sinisi, élu FN de la ville de Fontaine, conseil municipal © Albéric Marzullo - Place Gre-Net

Franck Sinisi, élu FN de la ville de Fontaine en conseil muni­ci­pal. © Albéric Marzullo – Placegrenet.fr

« La pro­cé­dure d’ex­clu­sion est en cours, pré­cise Thibault Monnier, secré­taire dépar­te­men­tal du FN. Depuis les pro­pos qu’il a tenus, M. Sinisi avait été sus­pendu. Pendant la cam­pagne, il n’y avait plus de com­mis­sions d’ex­clu­sion… »

 

Exclu ou pas, sur place, la ten­sion monte à chaque conseil muni­ci­pal un peu plus. Lundi 26 juin, le maire com­mu­niste de Fontaine a fait expul­ser l’élu fron­tiste, de même que les mili­tants d’ex­trême gauche venus récla­mer sa démis­sion, et les sym­pa­thi­sants de Civitas venus l’é­pau­ler.

 

Le 3 juin der­nier, Franck Sinisi ne cachait d’ailleurs pas son rap­pro­che­ment du parti d’ex­trême droite ultra-catho­lique, en ten­tant aux côtés de mili­tants de Civitas de faire bar­rage au cor­tège de la marche des Fiertés.

 

 

« Le huis-clos, ce n’est pas vraiment notre culture »

 

 

Pas sûr que l’ex­clu­sion à venir de Franck Sinisi calme le jeu alors que, ven­dredi 30 juin, une nou­velle séance du conseil muni­ci­pal, extra­or­di­naire, doit avoir lieu en vue de la dési­gna­tion des délé­gués et sup­pléants pour l’é­lec­tion des séna­teurs. Le maire a beau offi­ciel­le­ment récla­mer sa démis­sion – tout comme le chef de file de l’op­po­si­tion socia­liste, Laurent Thoviste qui attend des colis­tiers de Franck Sinisi qu’ils se déso­li­da­risent –, le pre­mier magis­trat ne peut obli­ger un élu à rendre son siège.

 

En fait, seule une déci­sion de jus­tice pour­rait l’o­bli­ger à démis­sion­ner. La jus­tice, jus­te­ment, a été sai­sie en mars der­nier. Après ses pro­pos, la majo­rité et les oppo­si­tions muni­ci­pales de Fontaine exi­geaient des excuses de l’élu fron­tiste. Elles ne sont jamais venues. Le maire a porté plainte.

 

Depuis, la plainte est sur le bureau du pro­cu­reur de la République de Grenoble. Jean-Paul Trovéro, lui, ne sait plus quoi faire pour que la situa­tion ne dégé­nère pas un peu plus ven­dredi… « Le huis-clos, ce n’est pas vrai­ment notre culture, sou­ligne le pre­mier magis­trat. Et puis, on va faire du huit-clos pen­dant trois ans encore ? »

 

PC

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2644 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.