Center parcs : trois élues à la Région interpellent Nicolas Hulot

sep article



Trois conseillères régionales du rassemblement Citoyens, écologistes, solidaires viennent dans un courrier en date du 24 mai d’interpeller le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire. Fabienne Grébert, Myriam Laïdouni Denis et Corinne Morel Darleux demandent à Nicolas Hulot de se « prononcer rapidement en la défaveur » du projet de Center parcs dans les Chambarans.

 

 

Center parcs de Roybon : un mois après le début des travaux, 30 hectares d'arbres ont été abattus, soit 35 % de la surface.

Center parcs de Roybon : un mois après le début des tra­vaux, 30 ha d’arbres avaient été abat­tus, soit 35 % de la sur­face. DR

En mai 2016, le groupe d’op­po­si­tion au Conseil régio­nal avait déjà inter­pellé Ségolène Royal à ce sujet. Courrier resté sans réponse. Les élues remontent donc au front. Car si le pro­jet porté par le groupe Pierre & Vacances a été déclaré illé­gal par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble, juge­ment confirmé par la cour d’ap­pel de Lyon, la déci­sion est désor­mais entre les mains de la cour de cas­sa­tion, le pro­mo­teur s’é­tant pourvu devant le Conseil d’État.

 

Si le pro­jet de Center parcs a été déclaré illé­gal, c’est d’a­bord parce qu’il ne res­pecte guère la loi sur l’eau. En ques­tion ? Les zones humides détruites par le pro­jet, et sur­tout leur com­pen­sa­tion. Jusque-là, la jus­tice a, à chaque fois, jugé insuf­fi­santes les mesures com­pen­sa­toires pro­po­sées par Pierre & Vacances.

 

Reste que, dans un arrêt du 22 février 2017, le Conseil d’État a redé­fini plus stric­te­ment les zones humides *. Combien d’hec­tares sont concer­nés par le pro­jet ? Soixante-seize, comme consi­gné dans le dos­sier validé par le pré­fet ? Deux cents, comme l’a­vancent les asso­cia­tions sur la base des esti­ma­tions du com­mis­saire-enquê­teur ? Moins si tant est que la nou­velle défi­ni­tion s’ap­plique à la zone des Chambarans ?

 

 

Seul bénéficiaire de cette opération ? Pierre & Vacances, selon les élues

 

 

En atten­dant, les élues d’op­po­si­tion conti­nuent de mon­ter à la charge. Et ont saisi la jus­tice pour faire annu­ler les mil­lions d’eu­ros de sub­ven­tions que la Région, ardent défen­seur du Center parcs, a pro­vi­sionné dans ses bud­gets 2016 et 2017.

 

Avocats lisant leurs notes de plaidoirie lors de l'audience au tribunal administratif de Grenoble jugeant les recours des opposants au Center Parcs de Roybon - © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Avocats lisant leurs notes de plai­doi­rie lors de l’au­dience au tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble jugeant les recours des oppo­sants au Center Parcs de Roybon. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

« Au-delà des aspects juri­diques, c’est le modèle même de ce type de pro­jets impo­sés sur nos ter­ri­toires qui inter­roge sur la cohé­rence entre les poli­tiques publiques et la réponse aux défis cli­ma­tique et social aux­quels nous devons faire face de manière urgente », sou­lignent-elles.

 

« A l’heure où la lutte contre le dérè­gle­ment cli­ma­tique est une prio­rité, que pen­ser des « bulles tro­pi­cales » chauf­fées à 29 °C toute l’an­née ? […] Le seul béné­fi­ciaire de cette opé­ra­tion s’a­vère être Pierre & Vacances. […] Au mépris de l’en­vi­ron­ne­ment et en concur­rence directe avec l’ac­ti­vité locale exis­tante, elle se contente d’en­gran­ger des finan­ce­ments publics pour réa­li­ser des plus-values sur la vente des cot­tages. Chaque ter­rain est acheté 30 cen­times le mètre carré, et revendu 18 euros le mètre carré. »

 

 

PC

 

 

  • * Le Conseil d’État a consi­déré « qu’une zone humide ne peut être carac­té­ri­sée, lorsque de la végé­ta­tion y existe, que par la pré­sence simul­ta­née de sols habi­tuel­le­ment inon­dés ou gor­gés d’eau et, pen­dant au moins une par­tie de l’année, de plantes hygro­philes ». La haute juri­dic­tion consi­dère donc que les cri­tères propres à la qua­lité des sols et à la végé­ta­tion doivent être cumu­la­ti­ve­ment réunis.
commentez lire les commentaires
3461 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.