Première circonscription de l’Isère : à la recherche du rassemblement perdu

sep article

Internationaux de France de patinage du 1er au 3 novembre 2019 à Grenoble

DÉCRYPTAGE – Sur la première circonscription de l’Isère, rien ne dit que Geneviève Fioraso, député sortante socialiste qui a tourné “macroniste”, laissera son strapontin à l’Assemblée nationale à son suppléant, ex-ministrable et ex-socialiste Olivier Véran. Le grand rassemblement censé faire front à gauche a vécu, laissant un champ de bataille à déminer, et l’émergence de multiples mouvements se revendiquant citoyens. Pas sûr qu’avec quinze candidats en lice pour le premier tour et des soutiens politiques à géographie variable, l’électeur y retrouve ses petits…

 

 

 

Olivier Véran, socialiste devenu macroniste, candidat sur la première circonscription

Olivier Véran, socialiste devenu “macroniste”, candidat sur la première circonscription © Patricia Cerinsek

La première circonscription de l’Isère est-elle acquise à la cause des « marcheurs » ? Emmanuel Macron y a fait, avec 33 % des voix au premier tour et 84 % au second, parmi ses meilleurs scores en Isère et même en France.

 

Un terrain conquis d’avance pour l’ex-député, désormais macroniste, Olivier Véran ? À 37 ans, il espère bien s’assoir dans le fauteuil de la député sortante Geneviève Fioraso, dont il était le suppléant. Mais l’ex-futur ministrable pressenti à la Santé, aujourd’hui exclu du Parti socialiste peut-il engranger aussi facilement le bénéfice de la présidentielle ?

 

 

Législatives, le « 3e tour de la présidentielle » ?

 

 

Les paris sont pour le moins ouverts alors que les chiffres – 6 000 adhérents marcheurs annoncés en Isère dont 300 à Grenoble – semblent de prime abord préfigurer, pour les uns un renouveau politique, pour les autres un certain opportunisme.

 

Certes, le jeune neurologue au CHU de Grenoble peut se targuer d’une certaine expertise sur les dossiers santé – il a notamment été premier rapporteur du projet de loi Santé de Marisol Touraine. Certes, il peut se prévaloir d’une potentielle dynamique présidentielle sur une circonscription convoitée par quinze candidats. Mais rien ne dit non plus que l’élan ne se retournera pas contre lui.

 

« Ces législatives, c’est le 3e tour de la présidentielle, note un observateur de la vie politique locale. Les Français ne voudront pas donner la majorité parlementaire à Macron. Et Olivier Véran pourrait bien en payer le prix… »

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4327 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.