Législatives : les dissidents socialistes exclus du parti pendant deux ans

sep article



Coup de balai dans les rangs de la fédération du parti socialiste de l’Isère, à trois semaines des législatives. Jeudi 18 mai, lors de la réunion de son bureau fédéral, la section départementale a acté l’entrée en dissidence de plusieurs de ses membres. Comprendre que les dissidents en question vont devoir rendre la carte du parti…

 

 

Les dis­si­dents ? Les conver­tis “mar­cheurs” essen­tiel­le­ment, qui ont plus ou moins tar­di­ve­ment ral­lié les rangs de la majo­rité pré­si­den­tielle. Traîtres ? Déçus ? Ou simples oppor­tu­nistes ? « Ils se sont exclus du PS en entrant en dis­si­dence », résume-t-on au siège isé­rois. « Dans les sta­tuts du parti socia­liste, la double appar­te­nance n’est pas pos­sible. »

 

Cela tombe bien, les porte-parole du mou­ve­ment impulsé par Emmanuel Macron disent peu ou prou la même chose. « La majo­rité pré­si­den­tielle, on le dit fer­me­ment, a un seul nom : La République en marche, avec les can­di­dats qui auront l’étiquette La République en marche », insiste Didier Rambaud, ex-socia­liste et réfé­rent dépar­te­men­tal du mou­ve­ment pour les légis­la­tives.

 

 

Véran, Hugelé, Larabi… devront rendre leur carte du PS

 

 

Fabrice Hugelé, vice-président de la Métropole, délégué à l’économie, l’industrie, au tourisme et à l’attractivité du territoire. Soirée électorale à la Préfecture de Grenoble. 7 mai 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Fabrice Hugelé, lors de la soi­rée élec­to­rale à la Préfecture de Grenoble le 7 mai 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Exit donc le socia­liste Olivier Véran. Le député sor­tant, can­di­dat sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère, dés­in­vesti fin mars suite à son sou­tien à Emmanuel Macron, prend la porte. Le 11 juin, il aura face à lui Eric Grasset, le can­di­dat Génération éco­lo­gie investi par le PS et sou­tenu par le PRG.

 

Exit éga­le­ment Fabrice Hugelé. Le maire de Seyssins, qui devait être sup­pléant de Marie-Noëlle Battistel sur la 4e cir­cons­crip­tion après avoir été investi par les mili­tants socia­listes, est devenu illico presto “mar­cheur”, et ce sur la même cir­cons­crip­tion. Autre socia­liste converti macro­niste : André Borne, le sup­pléant de Cendra Motin sur la 6e cir­cons­crip­tion. Lui aussi devra rendre sa carte.

 

Même puni­tion pour Soukaïna Larabi qui, si elle n’a pas rejoint les rangs des “mar­cheurs”, a pris la tan­gente en gagnant ceux d” « Ensemble pour gagner », mou­ve­ment cir­cons­crit à deux can­di­dats (sur les 1re et 3e cir­cons­crip­tions), sou­tenu par le maire éco­lo­giste de Grenoble Eric Piolle, et né de l’é­chec à ras­sem­bler les forces de gauche. Sur la 3cir­cons­crip­tion, l’é­tu­diante en droit affron­tera le socia­liste Michel Destot, can­di­dat à son sep­tième man­dat.

 

Autre exclu : Hugo David. Le sup­pléant de Nicolas Kada, can­di­dat d”  »Ensemble pour gagner » sur la 1re cir­cons­crip­tion, éga­le­ment à la tête du Mouvement des jeunes socia­listes, va devoir rendre sa carte du PS. Et pour lui comme pour les autres, pas ques­tion de la reprendre avant deux ans. Dans le meilleur des cas…

 

 

PC

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
4158 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Les choses sont en fait plus claires, entre deux lignes, une plus « libé­rale » un plus « sociale ».

    A vrai dire, le reste n’est que logique d’ap­pa­reils, il n’empêche que ces exclu­sions ne font que creu­ser le trou d’un PS déjà dans un état déplo­rable, les ques­tions de finan­ce­ment du parti vont pro­ba­ble­ment se poser rapi­de­ment.

    Pour la nou­velle ligne sou­te­nue par le Maire de Grenoble, je ne com­prends rien : Piolle sou­tient ce type de listes alors même qu’il a appelé à voté pour les Insoumis aux Présidentielles, que pour les légis­la­tives Mélenchon espère un contre-pou­voir de gauche, Piolle encou­rage un peu plus les divi­sions de gauche. C’est navrant de tra­ver­ser les idées sans cla­ri­fi­ca­tion, sim­ple­ment parce qu’une de ses adjointes est sup­pléante d’une des fameuses dis­si­dentes socia­listes ?! Incroyable mais vrai.

    Là où les mili­tants socia­listes se sont trom­pés c’est d’in­ves­tir un « can­di­dat d’a­vant », même si M.Destot a une légi­ti­mité, il aurait été sou­hai­table d’in­ves­tir un can­di­dat plus jeune, les « pri­maires internes » ont là encore mon­tré leurs limites.

    sep article
  2. bah ! ils doivent rendre la carte d’un parti mori­bond, qui n’a pas su se régé­né­rer (Destot brigue un 7e man­dat !!!)
    Bonne chance à « Ensemble pour gagner », qui pré­sente une nou­veauté inté­res­sante.

    sep article