Grenoble va la première expérimenter la pastille anti-pollution. En fonction de sa couleur, les véhicules pourront plus ou moins librement circuler.Quel impact ont eu les interdictions de circulation sur la pollution à Grenoble ? Faible. Et pour cause, le dispositif n'a pas vraiment été respecté...

Pas res­pec­tée, la pas­tille anti-pol­lu­tion rate son démar­rage à Grenoble

Pas res­pec­tée, la pas­tille anti-pol­lu­tion rate son démar­rage à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS - Grenoble a été la première en France à mettre en œuvre la pastille Crit’air et, avec elle, les interdictions de circulation lors des épisodes de pollution. Avec quelle efficacité ? Le dispositif, évalué sur une seule journée en janvier dernier, n’est pour l’heure guère concluant. Le trafic routier a à peine diminué, tout comme, fort logiquement, les émissions de polluants atmosphériques. La faute à une mesure (encore) insuffisamment respectée ? En attendant, pendant que les pouvoirs publics se focalisent sur les pics, la pollution de fond sévit toujours…

 

 

 

A Grenoble, l’air est souvent pollué. Mais moins qu’il y a dix ans. Et moins que dans la vallée de l’Arve, le Nord Isère ou le bassin lyonnais. Il y a donc, et il y a eu, pire. Partant du principe que ce n’est toutefois pas une raison pour ne plus rien faire, et se contenter d’engranger ce qui reste des bénéfices de l’amélioration de la desserte en transports en commun, Grenoble continue de faire la chasse aux polluants.

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Pollution dans la cuvette grenobloise. © Patricia Cerinsek

 

Dans le collimateur ? Tout ce qui roule moyennant moteur sur la route. Et a fortiori au gasoil. Le trafic routier étant le principal émetteur de dioxyde d’azote et le second émetteur de particules fines en suspension derrière le chauffage individuel au bois, la capitale des Alpes, ne voyant rien venir de Paris, a décidé de donner elle-même un coup de balai.

 

 

 

Une évaluation faite le 26 janvier 2017, jour de pic de pollution

 

 

En France, Grenoble a ainsi été la première à brandir les certificats Crit’air pour restreindre la circulation les jours de pollution – à partir du cinquième jour de pollution toutefois – et à mettre en place la circulation différenciée fonction de la motorisation et de la date d’immatriculation du véhicule. L'occasion de damer le pion à la circulation alternée au nez et à la barbe de la maire de Paris…

 

Concentration de PM 10 dans cinq territoires de la région. Doc Atmo

Concentration de particules PM 10 dans cinq territoires de la région. Doc Atmo Auvergne Rhône-Alpes.

Les mesures ont d’abord été testées en décembre 2016 à la faveur d’un long épisode de pollution aux particules fines. Puis activées grandeur nature – comprendre avec contrôles et verbalisations à la clé – en janvier.

 

Le dispositif qui, pour beaucoup, relève davantage de l’usine à gaz, est-il concluant ? Cela ne saute pas aux yeux.

 

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l’association chargée de mesurer la qualité de l’air dans la région, a mesuré son efficacité, mais sur une seule journée : celle du 26 janvier 2017. Une des pires qu’a connues l’agglomération cet hiver. Ce jour-là, toutes les mesures prévues dans le dispositif ont été activées pour inciter, si ce n’est obliger, l’automobiliste à lâcher le volant.

 

Pour ce septième jour de pollution aux particules fines, les vitesses maxi avaient été rabaissées, un quart du parc automobile prié de rester au garage, les transports en commun étaient gratuits (exception faite du TER), de même que Métrovélo… Bref, tout y était. Ou presque. Parce que l’automobiliste, lui, n’y était pas…

 

 

 

Le trafic n'a baissé que de 5 %…

 

 

Atmo tablait sur une baisse du trafic de 22 % ? Elle n’a été que de 5 %. Sur une baisse des émissions de particules fines de 34 % ? Elle n’a été que de 8 %. Même déconvenue du côté des émissions de dioxydes d’azote. A la place des 40 % de baisse attendues, un maigre 9 %…

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 60 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Dans une lettre ouverte, Grenoble à coeur accuse une nouvelle fois le chauffage, et non la voiture, d'être responsable de la pollution à Grenoble.
Pollution de l’air : “le confi­ne­ment montre que les Grenoblois ont été trompés”

  TRIBUNE LIBRE - Pour Grenoble à cœur, le collectif de commerçants et d'habitants opposé au plan de circulation Cœurs de ville, cœurs de métropole Lire plus

Modernisation des parkings de la Métropole à l'instar du parking Lafayette, décembre 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Pour les fêtes, des par­kings seront gra­tuits plu­sieurs jours à Grenoble et les trans­ports en com­mun… un jour

  FOCUS - Pour les fêtes de Noël, la Métropole et la société d'économie mixte Park Grenoble Alpes Métropole se montrent très généreux envers les Lire plus

Des faux billets de 50 euros dis­tri­bués par Métromobilité pour inci­ter au covoiturage

FIL INFO — La plateforme Métromobilité organise actuellement une distribution de flyers sous forme de billets de 50 euros pour sensibiliser les automobilistes aux bienfaits, Lire plus

Une voiture en autopartage Yea!
Le réseau de voi­tures en auto­par­tage Yea ! s’a­gran­dit à Grenoble

FIL INFO - Yea! est une application qui permet aux particuliers comme aux professionnels de louer des voitures en autopartage sur Grenoble et la Tronche. Lire plus

Le plan de déplacements urbains de Grenoble est loin du consensus. Les citoyens consultés lors de l'enquête publique le jugent peu ambitieux et partiel.
Des trous dans le plan de dépla­ce­ments urbains de Grenoble ? L’enquête publique bien­tôt close

FOCUS - Alors que l'enquête publique sur le plan de déplacements urbains de l'agglomération grenobloise touche à sa fin, les contributeurs sont dubitatifs quant aux Lire plus

Pas de gratuité du stationnement à Grenoble durant la nouvelle période de confinement
Une par­tie du quar­tier des Eaux-Claires va pas­ser en sta­tion­ne­ment payant

EN BREF - À partir du 18 juin 2018, le nord du quartier des Eaux-Claires passera au stationnement payant. Cette décision a été prise de Lire plus

Flash Info

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

|

12/08

13h07

|

|

11/08

17h55

|

|

11/08

16h56

|

|

11/08

16h19

|

|

11/08

15h45

|

|

11/08

11h00

|

Les plus lus

Environnement| L’incendie dans le sec­teur Voreppe – La Buisse devient cri­tique avec l’ou­ver­ture d’un front de flammes atti­sées par le vent

Environnement| Canicule : le dépar­te­ment de l’Isère passe en alerte jaune à comp­ter du samedi 6 août 2022

Environnement| Un incen­die dû à la foudre ravage une ving­taine d’hec­tares de végé­ta­tion assé­chée à La Buisse près de Voreppe

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin