Top départ pour l’é­quipe isé­roise de Benoît Hamon qui sonne le rassemblement

Top départ pour l’é­quipe isé­roise de Benoît Hamon qui sonne le rassemblement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – À 40 jours du 1er tour de l’élection pré­si­den­tielle, l’é­quipe de cam­pagne isé­roise de Benoît Hamon a inau­guré, ce mardi 14 mars, son local situé rue Saint-Jacques. L’occasion pour les élus, les par­tis poli­tiques par­te­naires et de nom­breux mili­tants d’é­chan­ger autour d’un verre, bien déci­dés à « faire battre le cœur de la France », le slo­gan de cam­pagne du can­di­dat socia­liste issu de l’é­lec­tion pri­maire à gauche. 

Militants et élus se pressent devant le local de campagne rue Saint-Jacques. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Militants et élus se pressent devant le local de cam­pagne rue Saint-Jacques. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Je suis là au nom du res­pect de la parole don­née qui, pour nous, est fon­da­men­tal en poli­tique. On s’é­tait enga­gés dans le pro­ces­sus de la Belle alliance popu­laire à sou­te­nir le vain­queur de cette élec­tion [la pri­maire à gauche, ndlr], quel qu’il soit et il est impor­tant que l’on conti­nue à le faire », déclare Philippe Charlot, de l’Union des démo­crate et des éco­lo­gistes (Ude).

Celui qui sou­te­nait Jean-Luc Bennahmias, le can­di­dat du Front démo­crate (FD), au pre­mier tour de l’é­lec­tion pri­maire à gauche est le pre­mier à prendre briè­ve­ment la parole, ce mardi 14 mars, lors de l’i­nau­gu­ra­tion du local de cam­pagne – sis rue Saint-Jacques – de Benoît Hamon, le can­di­dat du Parti socia­liste à l’é­lec­tion présidentielle.

Une inau­gu­ra­tion à la bonne fran­quette au début de laquelle Soizic Loquet-Naël, la direc­trice dépar­te­men­tale de la cam­pagne de Benoît Hamon en Isère va invi­ter quelques repré­sen­tants des par­tis poli­tiques par­te­naires à prendre la parole, avant que le buf­fet ne soit pris d’as­saut et que les dis­cus­sions ne s’engagent.

La tran­si­tion éco­lo­gique : un sujet fondamental

Philippe Charlot en pro­fi­tera pour rap­pe­ler les points de conver­gences entre les pro­po­si­tions phares por­tées par Jean-Luc Bennahmias et celles de Benoît Hamon.

Échanges après les prises de parole. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Échanges après les prises de parole. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Notamment le revenu uni­ver­sel pour les jeunes, la tran­si­tion éco­lo­gique, « un sujet fon­da­men­tal » avec la sor­tie du nucléaire, ou encore les der­nières pro­po­si­tions du can­di­dat concer­nant les entre­pre­neurs « qui vont dans le bon sens pour l’a­mé­lio­ra­tion de la situa­tion éco­no­mique en France ». Autant d’o­rien­ta­tions et d’i­dées direc­trices qui scellent « un ras­sem­ble­ment que nous sou­hai­tons le plus large pos­sible », se prend à espé­rer Philippe Charlot. Avant que la cam­pagne, s’af­fran­chis­sant de la forme, n’entre dans le vif des pro­grammes des uns et des autres.

« Revenir au pro­jet de tran­si­tion éco­lo­gique porté par Benoît Hamon »

Un point de vue par­tagé par Pierre Mériaux, conseiller muni­ci­pal délé­gué au tou­risme et à la mon­tagne de la Ville de Grenoble, qui a rejoint l’équipe de cam­pagne de Benoît Hamon après avoir été récem­ment nommé “réfé­rent thé­ma­tique sur la mon­tagne” par le can­di­dat du Parti socia­liste. Ce der­nier décrit un contexte compliqué.

Au premier plan de gauche à droite ; Pierre Mériaux, référent montagne dans l'équipe de campagne de Benoît Hamon et Soizic Loquet-Naël, la directrice départementale de la campagne de Benoit HAMON en Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au pre­mier plan de gauche à droite ; Pierre Mériaux, réfé­rent mon­tagne dans l’é­quipe de cam­pagne de Benoît Hamon et Soizic Loquet-Naël, la direc­trice dépar­te­men­tale de la cam­pagne de Benoit Hamon en Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous sommes dans un contexte très pré­oc­cu­pant avec une cam­pagne pol­luée par des affaires à répé­ti­tion, inquié­tantes pour notre démo­cra­tie qui touchent autant François Fillon que Marine Le Pen et qui nous empêchent de par­ler aux Français des pro­jets de société que nous sou­hai­tons déve­lop­per », explique l’élu Europe, éco­lo­gie, les Verts (EELV).

Une ambiance délé­tère, selon Pierre Mériaux, « qui pousse cer­tains citoyens à se dés­in­té­res­ser de la situa­tion poli­tique ». L’élu en est convaincu, il faut repar­tir du déno­mi­na­teur com­mun. « Nous devons inlas­sa­ble­ment reve­nir au pro­jet de tran­si­tion éner­gé­tique et éco­lo­gique que Benoît Hamon porte en notre nom. C’est là-des­sus que j’ai décidé de rejoindre l’é­quipe de cam­pagne natio­nale pour lui appor­ter des points de vue qui, j’es­père, vont lui per­mettre de se posi­tion­ner rapi­de­ment sur la ques­tion », explique Pierre Mériaux.

Pour autant, l’élu n’a pas tou­jours été très tendre avec les socia­listes, notam­ment ceux de l’op­po­si­tion muni­ci­pale. N’est-ce pas, dès lors, une posi­tion incon­for­table que d’être désor­mais inté­gré à l’é­quipe de Benoît Hamon ?

« La dis­per­sion de la gauche a tou­jours été source de défaite »

Quant à Christophe Bouvier, man­da­taire dépar­te­men­tal de la cam­pagne de Benoît Hamon en Isère, s’il se féli­cite de l’ac­cord avec EELV qui a abouti au retrait de Yannick Jadot, il n’en regrette pas moins que Jean-Luc Mélenchon ne soit pas par­venu à dis­cu­ter avec le can­di­dat socia­liste et « à faire une can­di­da­ture de ras­sem­ble­ment de la gauche ».

A droite : Christophe Bouvier, le mandataire départemental de la campagne de Benoît Hamon en Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

A droite : Christophe Bouvier, le man­da­taire dépar­te­men­tal de la cam­pagne de Benoît Hamon en Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quelles sont les craintes du man­da­taire départemental ?

« Aujourd’hui, dans les inten­tions de vote, au mieux Benoît Hamon serait qua­trième, ce qui ne per­met pas d’en­vi­sa­ger une qua­li­fi­ca­tion au pre­mier tour », s’in­quiète Christophe Bouvier qui sou­ligne « que la dis­per­sion de la gauche a tou­jours été source de défaite ».

Cependant, ce der­nier reste mal­gré tout opti­miste. « La cam­pagne est très incer­taine. On voit les vicis­si­tudes judi­ciaires de cer­tains can­di­dats et beau­coup d’é­lec­teurs s’in­ter­rogent et ne sont pas sûrs de leur choix à un mois et demi du scru­tin. Il reste qua­rante jours pour convaincre et por­ter le pro­gramme de Benoît Hamon en tête du pre­mier tour voire du deuxième tour », conclut Christophe Bouvier.

Joël Kermabon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Après avoir mis fin à la grève ce vendredi 7 janvier 2022, suite à l'accord conclu le midi avec la mairie, les agents de la Propreté urbaine ont commencé à nettoyer les abords de la déchèterie Jacquard, bloquée depuis la veille au matin. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : les agents de la Propreté urbaine lèvent la grève et le blo­cage de la déchè­te­rie Jacquard, après un accord avec la Ville

FOCUS - En grève depuis mardi 4 janvier 2022, les agents de la Propreté urbaine de Grenoble ont décidé de mettre fin à leur mouvement, Lire plus

Grève des agents de la Propreté urbaine de Grenoble et blocage de la déchetterie Jacquard
Grève des agents de la Propreté urbaine de Grenoble et blo­cage de la déchet­te­rie Jacquard

FIL INFO - Début d'année mouvementé à la déchetterie Jacquard de Grenoble. Pour protester contre les conditions de mise en œuvre des 1607 heures annuelles, Lire plus

Les syndicats de la Ville de Grenoble dénoncent une "rupture de dialogue social" avec l'adjoint au Personnel
La Ville de Grenoble impose à contre­cœur à ses agents les 1607 heures de tra­vail annuelles

FOCUS - Le conseil municipal de la Ville de Grenoble a adopté, ce 13 décembre 2021, les modalités d'application de la loi de transformation de Lire plus

Troisième grève nationale contre le passe sanitaire dans les bibliothèques, mercredi 10 novembre 2021, rassemblement des grévistes devant le parvis de l'hôtel de Ville de Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Refus du passe sani­taire dans les biblio­thèques à Grenoble : même mena­cés de sanc­tions, les gré­vistes per­sistent, la Ville assume ses choix

REPORTAGE - La mobilisation contre le contrôle du passe sanitaire dans les bibliothèques de Grenoble est toujours aussi forte, à en croire la participation à Lire plus

Rassemblement des bibliothèques contre le passe sanitaire, vendredi 22 octobre 2021, devant la bibliothèque Saint Bruno© Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Refus du passe sani­taire dans les biblio­thèques à Grenoble : quatre agents pour­raient être sanctionnés

EN BREF - Face à la mobilisation entamée en août 2021 contre le refus de contrôler le passe sanitaire dans les bibliothèques, la Ville de Grenoble durcit Lire plus

Les syndicats de la Ville de Grenoble dénoncent une "rupture de dialogue social" avec l'adjoint au Personnel
Les syn­di­cats de la Ville de Grenoble dénoncent une « rup­ture de dia­logue social » avec l’ad­joint au Personnel

FOCUS - L'intersyndicale de la Ville de Grenoble adresse une lettre ouverte au maire Éric Piolle pour tirer à boulets rouges sur son adjoint au Lire plus

Flash Info

|

17/08

11h57

|

|

17/08

11h17

|

|

16/08

18h38

|

|

16/08

17h06

|

|

16/08

10h10

|

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

Les plus lus

À voir| Sécheresse en mon­tagne : l’eau, une res­source vitale… de plus en plus rare dans les Alpes

À voir| Incendie de végé­ta­tion à La-Buisse et à Voreppe : pas de répit pour les secours et déjà 80 hec­tares ravagés

Environnement| L’Isère de nou­veau pla­cée en vigi­lance jaune cani­cule à comp­ter du mer­credi 10 août

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin