Primaire de la gauche : ambiance de soir de premier tour, entre bonne humeur et amertume

sep article



REPORTAGE – Dimanche 22 janvier, l’heure était aux dépouillements et aux résultats de la primaire, tant pour le Parti socialiste rue Solférino à Paris que pour sa Fédération iséroise réunie à Alpexpo, à Grenoble. Une soirée où les sourires et la bonne humeur n’ont pas suffi à cacher les divisions et les désaccords, entre amertume des uns et jubilation des autres.

 

 

 

Les jeunes socialistes suivent le discours de Benoît Hamon à l'issue du premier tour de la primaire de la gauche. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les jeunes socia­listes en train d’é­cou­ter le dis­cours de Benoît Hamon. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Ils ne sont pas tous venus, ils ne sont pas tous là. Organisée à Alpexpo, la soi­rée de dépouille­ment du pre­mier tour de la pri­maire de la “Belle alliance” n’aura pas été mar­quée par un inces­sant défilé de som­mi­tés socia­listes locales. Il est vrai que la plu­part s’é­taient mani­fes­tées en faveur de Manuel Valls, donné bon second – au niveau natio­nal comme dépar­te­men­tal – dès les pre­mières esti­ma­tions, à 20 heures.

 

Michel Destot a ainsi fait une brève appa­ri­tion, un aller-retour en début de soi­rée, au moment où les cou­loirs du local étaient encore lar­ge­ment déserts. Quant à Jérôme Safar, per­sonne ne l’a vu. En revanche, l’an­cienne ministre et dépu­tée de l’Isère Geneviève Fioraso était bien fidèle au poste auprès de ses cama­rades, de même que le pré­sident de la Métro Christophe Ferrari.

 

 

Réalisation : JK Production.

 

 

 

La jubilation du camp Hamon

 

 

Les socia­listes pré­sents étaient par ailleurs bien divi­sés, même si l’am­biance était à la bonne humeur et aux sou­rires, au moins de façade, selon les “clans”. Les sou­tiens à Benoît Hamon, le Mouvement des jeunes socia­listes (MJS) en tête, ont eu bien du mal à dis­si­mu­ler une cer­taine jubi­la­tion. Ils seront les seuls à suivre avec atten­tion l’al­lo­cu­tion de leur can­di­dat, sur le grand écran de la salle de récep­tion qui ne comp­tait, au final, que quelques groupes épars.

 

Pour Hugo David, ani­ma­teur fédé­ral des MJS, Benoît Hamon est bel et bien le seul à incar­ner les valeurs de gauche d’au­jourd’­hui, « face à une droite décom­plexée et une extrême droite de plus en plus raciste ». Et le jeune homme d’es­ti­mer que la pri­maire a mobi­lisé le peuple de gauche, et tout par­ti­cu­liè­re­ment les jeunes.

 

 

 

« Gauche pragmatique » contre « rupture »

 

 

Un peu plus de monde devant l’é­cran pour écou­ter Manuel Valls, dont le dis­cours pour le moins com­ba­tif se retrouve dans la bouche de ses par­ti­sans. « Moi, je pré­fère une gauche cou­ra­geuse, prag­ma­tique, qui assume le fait d’être au pou­voir !, nous confie Geneviève Fioraso. Le bilan du quin­quen­nat n’est pas si mau­vais et les résul­tats com­mencent à se faire sen­tir. On est très influen­cés par un cer­tain état d’es­prit défai­tiste et, moi, je pré­fère voir une gauche qui parle vrai. Je ne me satis­fais pas d’une gauche qui veut res­ter dans l’op­po­si­tion ! »

 

Soirée dépouillement premier tour primaire gauche © Florent Mathieu - Place Gre'net

Christophe Ferrari, sou­tien affi­ché d’Arnaud Montebourg. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Soutien affi­ché d’Arnaud Montebourg, Christophe Ferrari est loin de cette ligne. « Il n’y a pas d’ambiguïté : j’ap­pelle à voter pour Benoît Hamon au second tour. Il faut savoir écou­ter les élec­teurs de gauche : en pla­çant Benoît Hamon en tête, ils ont mar­qué une direc­tion très claire et c’est à nous de l’ac­com­pa­gner. C’est une forme de rup­ture. Cette pri­maire a per­mis de faire émer­ger quelque chose d’i­nat­tendu : cela prouve que l’é­lec­to­rat de gauche a encore envie d’y croire ! »

 

 

Le cas Jean-Luc Bennahmias

 

 

Et puis, il y a les sou­tiens aux “petits” can­di­dats, res­tés en des­sous de 8 %, de 5 %… ou même de 2 %. C’est le cas de Jean-Luc Bennahmias, sou­tenu par le conseiller muni­ci­pal de Saint-Martin-d’Hères Philippe Charlot, qui assure que le but n’a jamais été de « faire un score ».

 

Philippe Charlot, conseiller municipal de Saint-Martin d'Hères © Florent Mathieu - Place Gre'net

Philippe Charlot, conseiller muni­ci­pal de Saint-Martin-d’Hères. © Florent Mathieu – Place Gre’net

« La can­di­da­ture de Jean-Luc Bennahmias a été bien remar­quée dans les médias. C’est impor­tant, dans ce monde où l’on sent un conser­va­tisme lourd, que les pro­gres­sistes tra­vaillent sur ce qui nous ras­semble plu­tôt que sur ce qui nous sépare. »

 

Et Philippe Charlot d’é­vo­quer le revenu uni­ver­sel, « un sou­tien pour les gens qui veulent se lan­cer dans la créa­tion d’en­tre­prise », selon lui, ou encore la dépé­na­li­sa­tion du can­na­bis, « pour lut­ter contre les tra­fics, pour la santé des Français, et par inté­rêt fis­cal ».

 

Le faible nombre de voix recueillies par Jean-Luc Bennahmias ? Tout sauf un désa­veu, en somme :

 

« On est venus sur cette cam­pagne pour pré­sen­ter des idées et les défendre. Il y a de la place pour une for­ma­tion pro­gres­siste et éco­lo­giste ! »

 

 

 

Des bureaux de vote au diapason de la tendance nationale

 

 

Pendant que les idées s’é­chauffent et cir­culent, petit à petit les dif­fé­rents res­pon­sables de bureaux de vote de l’Isère viennent faire la queue devant la salle d’en­re­gis­tre­ment des résul­tats. Dans leurs bras, ou à leurs pieds, des sacs emplis de bul­le­tins et les pro­cès-ver­baux qui les accom­pagnent. Au fur et à mesure, tous ne font que confir­mer la ten­dance géné­rale : les pour­cen­tages oscil­lent, mais les rap­ports de force demeurent les mêmes.

 

Les responsables des bureaux de vote font la queue © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les res­pon­sables des bureaux de vote en train de faire la queue. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Hosni Ben Rejeb est le pré­sident du bureau de vote Arlequin-Villeneuve. Il a observé dès le matin une « fré­quence conti­nue très impor­tante » de votants. « Un tiers des jeunes sont venus voter. Beaucoup de per­sonnes âgées se sont mobi­li­sées, mal­gré le froid… On peut dire qu’il y a eu une forte mobi­li­sa­tion. Et, au niveau des résul­tats, à une courte tête, nous avons Benoît Hamon et Manuel Valls, suivi d’Arnaud Montebourg », décrit-il ainsi.

 

 

 

Bonne humeur… et amertume ?

 

 

Si la bonne humeur, tou­jours, pré­do­mine dans la petite foule qui s’ac­cu­mule – et se res­taure même debout en atten­dant de pou­voir remettre ses pro­cès-ver­baux –, il demeure tou­jours chez cer­tains comme un fond d’a­mer­tume. Un mili­tant passe le nez dans la salle de presse : « Dépêchez-vous !, nous dit-il. Il ne vous reste plus que trois mois pour dire du mal de la gauche ! » Et comme il garde tou­te­fois le sou­rire, nous ne pou­vons que lui pro­mettre en retour de mettre les bou­chées doubles…

 

Un échange aussi cour­tois qu’a­cide qui, peut-être, en dit long sur l’é­tat d’es­prit de cette soi­rée pas comme les autres pour les socia­listes. L’exercice déli­cat d’une pri­maire où s’af­frontent plu­sieurs visions de la gauche, qui devront cepen­dant s’u­nir pour por­ter le parti durant l’é­lec­tion pré­si­den­tielle. Et faire contre mau­vaise for­tune bon cœur face à une droite en ordre de bataille, mal­gré ses propres divi­sions.

 

 

Florent Mathieu

 

 

LES RÉSULTATS DU PREMIER TOUR EN ISÈRE

 

Benoît Hamon : 37,57 % (12 688 suf­frages)

Manuel Valls : 31,63 % (10 683)

Arnaud Montebourg : 16,90 % (5 706)

Vincent Peillon : 6,94 % (2 345)

François de Rugy : 4,02 % (1 359)

Sylvia Pinel : 1,96 % (662)

Jean-Luc Bennahmias : 0,98 % (330)

 

Blancs : 0,84 % (288)

Nuls : 0,56 % (1 920)

 

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
3154 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour
    Les quar­tiers popu­laires ont du souci a se faire.
    Depenalisation du canabis,revenu uni­ver­sel.….
    Une bonne poli­tique de der­nier de la classe.
    Apres avoir ruine le pays on passe a la liqui­da­tion…
    LE MISERABILISME DE GAUCHE A DE BEAUX JOURS DEVANT LUI.
    [Modéré, motif : pro­pos dif­fa­ma­toires]
    BENYOUB.A

    sep article