Municipales de 2020 : le Gam n’exclut pas de présenter des listes dans l’agglomération grenobloise

sep article

Porte-parole du Groupe d’analyse métropolitain (Gam) dont il est le seul membre connu, Pascal Clérotte n’exclut pas la possibilité que ce même groupe puisse constituer sa propre liste pour ferrailler dans l’arène politique locale lors de l’échéance électorale municipale de 2020.

 

 

Pour étayer ce qui, pour l’heure, n’est qu’une déclaration d’intention – si l’on considère la date encore éloignée de l’élection municipale –, Pascal Clérotte part d’un « constat  multiple » et tacle tout azimuts.

 

Grenoble-Alpes Métropole ? « Une réforme territoriale tout à fait inaboutie qui a donné ce monstre fonctionnel qu’est la Métropole ». Les élus ? Pas mieux. « C’est le désordre généralisé de partout, il n’y a plus de contrôle de légalité, ça ne connaît pas la loi… Ils font n’importe quoi ! ils ne sont pas à la hauteur et, en tout cas, ne donnent pas satisfaction à la population », fustige le porte-parole du Gam. Autant de récriminations qu’ « on peut entendre depuis pas mal de temps un peu partout dans la région grenobloise », selon lui.

 

 

« Il va falloir que la société civile se prenne en main »

 

 

« Nous, ce qu’on dit c’est qu’au lieu de se plaindre dans son coin, il va falloir que la société civile se prenne en main et qu’elle commence à réfléchir et à penser à les [les élus, ndlr] remplacer elle-même ». Comment ? En montant des listes pour 2020 afin de « mettre la pression sur les élus professionnels ». Selon Pascal Clérotte, « ce n’est pas tant que les partis politiques ne soient pas utiles, c’est simplement qu’aujourd’hui les appareils sont pervers et ne permettent pas de sélectionner un personnel politique compétent ».

 

Quels sont les projets du Gam en l’occurrence ? « Nous avons dans l’idée de monter une liste sur Grenoble, mais pas seulement puisque nous y songeons également pour Saint-Martin-d’Hères, La Tronche, Eybens ou encore Pont-de-Claix », énumère sans ambages Pascal Clérotte. Qui indique que le Gam est prêt à soutenir des initiatives dans d’autres communes de l’agglomération mais par à n’importe quelles conditions.

 

« On veut des gens qui soient prêts à travailler pour le bien de la collectivité. Nous ne voulons pas d’hommes ou de femmes d’appareils ou encore des ambitieux qui seraient là pour la retape », insiste le porte-parole. « Ces listes ne seront pas des écuries politiques. On ne va pas repartir sur des associations, des collectifs […] Nous comptons sur les compatibilités et les compétences de chacun », ajoute Pascal Clérotte.

 

 

« Ils se tiennent tous un petit peu par la barbichette »

 

 

Le porte-parole du Gam explique que l’enjeu ne concerne pas la seule Ville de Grenoble. « On se rend bien compte qu’il n’y a pas de projet métropolitain. La métropole, c’est la somme des projets et des petites marottes de chaque maire de chaque commune », pourfend-il encore. Une Métropole dont le président, Pascal Clérotte l’assure, ne serait « qu’un pantin dans la main du groupe écologiste » et « pas assez fort pour faire prévaloir l’intérêt métropolitain, qui n’est pas forcément l’intérêt des communes ».

 

Quant aux oppositions, qu’elles soient municipales ou métropolitaines, pour le porte-parole du Gam c’est une affaire entendue, elles ne travaillent pas suffisamment. « Ils se tiennent tous un petit peu par la barbichette », ironise-t-il.

 

Questionné sur d’éventuels ralliements de la première heure, Pascal Clérotte se fait très discret. « Il y aura notamment des gens du Gam mais tous ne s’impliqueront pas. Ce sont des choix personnels. Il n’y a pas de noms à donner pour le moment. On les donnera quand nous déposerons les listes », botte-t-il en touche. Avant de poursuivre. « Mais il y a des réflexions sérieuses et poussées qui sont en train d’être menées sur les communes que j’ai citées. »

 

JK

 

commentez lire les commentaires
3269 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. M. Clerote (et donc le GAM) a une représentation étonnante du rôle des élus qui n’a rien de républicain. Si on l’écoutait, on aurait des élus dont la seule qualité serait d’être de super techniciens. Ce dont souffre notre démocratie c’est que justement les élus sont souvent peu représentatifs de la population (peu de représentants de la classe ouvrière, des employés,…) et qu’on a plutôt tendance à assister à une « professionnalisation » des élus qui sortiraient de « grandes écoles d’administration » comme l’IEP ou l’ENA. Au contraire, il est primordial que les élus restent ou redeviennent représentant de l’ensemble de la population.

    Dans le fonctionnement des institutions (que devrait connaitre M. Clerotte), la commande politique vient des élus, représentant la population, et, la mise en œuvre des mesures qui en résulteraient est du ressort des services qui doivent avoir les compétences idoines. Dans la critique de M. Clerotte, il ressort surtout une critique des agents territoriaux qui n’auraient pas la compétence. Bonjour la considération !

    M. Clerotte, tout imbu qu’il de son Groupe GAM, serait donc la grenouille qui se croit plus grosse que le bœuf. Il est étonnant de voir qu’un média tel que PlaceGrenet lui laisse une place si importante pour des propos somme tout insignifiants.

    sep article
    • JK

      15/03/2017
      17:37

      Bonsoir
      Juste pour rebondir sur le reproche que vous nous faites d’avoir relayé cette information. Il s’agit d’un fil d’info – et non pas d’un article de fond – dans lequel nous nous bornons à rapporter les intentions du Gam. A vous lire, il serait donc judicieux que Place Gre’net n’offre qu’une information sélective à ses lecteurs ? Ce n’est pas notre choix, nous estimons en effet que ceux-ci sont assez grands pour se faire leur propre opinion.

      Cordialement

      sep article
      • Non mais c’est vrai Place Gre’Net, il ne faut laisser la parole qu’aux gens qui conviennent à votre lectorat qui a été défini par pas vous mais dans les cabinets des collectivités, qui vous dictent également votre ligne éditoriale.
        N’avez vous pas encore compris que vous faîtes partie de l’ORTF?
        Enfin!
        Vous êtes décevants 😀

        sep article
    • Ha bon?
      Nous constatons que si certains élus travaillent, beaucoup ne le font pas.
      Nous constatons qu’il est très rare – même si cela nous arrive – de voir des élus nous répondre sur le fond d’un dossier avec une argumentation technique qui tienne le coup.
      Nous constatons que les élus dans leur communications ne parlent que de grandes exhortations, d’émotionnel, de victimaire, jouent sur les peur et sur les envies, utilisent une partie de la population pour confisquer la parole à d’autres, trient, segmentent et clientélisent.
      Nous constatons que si les idées sont bien différentes d’une formation politique à l’autre, les comportements sont étrangement semblables
      Nous constatons que si le rôle des partis politique est d’organiser le débat politique et d »écouter la société, ils ne le font plus depuis belle lurette et que c’est sans doute l’une des causes majeures de la situation politique actuelle, et que donc la solution ne se trouve à l’heure actuelle pas en leur sein (espérons que cela change vite).
      Nous constatons trop de rentes et pas assez de concurrence, pas assez de renouvellement et de diversité.
      Nous constatons et savons d’expérience que pour prendre des décisions politiques judicieuses, il faut une maîtrise technique certaine et si on ne l’a pas, avoir la volonté et le goût de l’acquérir vite aux côtés de l’administration toujours ravie d’expliquer et d’éclairer (car enfin comment procéder à des arbitrages budgétaires, par exemple, quand on ne connait pas les règles comptables?). Comment peut-on gérer une collectivité en prenant des mesures illégales , comme on l’a vu pour le stationnement résident à Grenoble ou le PLU à St Martin d’Hères?
      Nous constatons que trop d »élus n’acceptent la démocratie locale que quand elle va dans leurs sens et n’hésitent pas pour ce obtenir à piper les dés, truquer le jeu ou à ne s’adresser qu’à ceux dont ils sont sûr qu’ils abonderont dans leur sens.
      Nous constatons que trop d’élus promettent monts et merveilles en sachant pertinemment que ces promesses ne seront pas tenues et n’ont aucun problème à forcément décevoir puisque ce n’est pas important, puisqu’ils ont le « pouvoir », et que la parole donnée n’a que peu de valeur.
      Nous constatons que quand il faut rendre compte, on nous renvoie toujours à la prochaine élection.
      Donc acte.
      Quand aux leçons de républicanisme, nous les laissons, à vous à ceux qui n’ont cesse que de s’ériger en seuls garants de ces principes. La République c’est justement la possibilité pour tout citoyen de décider de prendre son destin en main et participer à définir celui de la collectivité par l’élection, avec ou sans parti politique. Et si cela veut dire remplacer ceux qui aujourd’hui sont élus, c’est dans l’ordre des choses en démocratie, où l’alternance est inévitable.

      sep article
  2. Est-ce que Michel DESTOT soutient ou s’en sert ?

    sep article
    • De quoi parlez vous?
      On n’arrête pas de le répéter depuis 3 ans: nous sommes Fantomas et nous roulons pour l »intérêt général, pas pour une écurie.
      Nous sommes de fringants mustangs indépendants et sauvages s’ébattant dans la cuvette grenobloise, enfin!

      sep article
  3. Ah d’accord !

    Non, parce que moi, j’avais cru comprendre que le GAM est un groupement apolitique, indépendant, désintéressé, hors des clivages, que ne fait que des constats, qui s’attache aux faits, rien qu’aux faits, qui est là pour éclairer le débat, tout ça, tout ça.

    En fait, le GAM envisage de présenter des listes aux élections ! Ah ben oui, tu parles d’un acteur désintéressé, apolitique et hors des clivages…

    Comme ils sont rigolos !

    sep article
    • C’est ce que nous faisons. Mais si cela continue comme ça, la question se pose de savoir si observer suffit, et s’il ne va pas falloir s’y mettre afin que les choses changent…

      Les élus et les appareils politiques ont encore 3 ans pour nous convaincre par leurs actes de ne pas présenter de listes.

      Aussi simple que cela.

      sep article