Lyon emprunte les vignettes de Grenoble et… garde la circulation alternée

sep article

En plus de la circulation alternée, Lyon va s’essayer aux certificats qualité de l’air, emboîtant ainsi le pas à Grenoble. D’autres épisodes de pollution étant annoncés, après une brève accalmie qui a permis de lever le dispositif sur la métropole lyonnaise, le préfet de Région a annoncé jeudi 15 décembre la mise en place de la vignette automobile dans le département du Rhône.

 

 

Reste que le dis­po­si­tif n’est pas com­plè­te­ment cal­qué sur celui de Grenoble puis­qu’il emprunte à la fois à la cir­cu­la­tion alter­née et aux vignettes. A Lyon, les cer­ti­fi­cats qua­lité de l’air s’ap­pliquent ainsi les jours de cir­cu­la­tion alter­née. L’automobiliste est prié de suivre…

 

Si le niveau de pol­lu­tion est impor­tant, mais pas cri­tique, tous les véhi­cules équi­pés d’une vignette entre 0 et 3 peuvent cir­cu­ler, et ce quelle que soit leur plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion. Soit envi­ron 70 % du parc auto­mo­bile. Les 30 % res­tants devront res­pec­ter, eux, le dis­po­si­tif de cir­cu­la­tion alter­née.

 

Si la pol­lu­tion devient cri­tique, seuls les véhi­cules avec une vignette de 0 à 2 pour­ront cir­cu­ler. Tous les autres devront donc suivre le dis­po­si­tif de cir­cu­la­tion alter­née. Objectif : gagner en réac­ti­vité. Alors que Paris a fait le choix de la cir­cu­la­tion alter­née, Grenoble celui des res­tric­tions de cir­cu­la­tion basées sur l’an­cien­neté des véhi­cules, Lyon a coupé la poire en deux. Pour ce qui est de la cohé­rence des dis­po­si­tifs au niveau natio­nal, on repas­sera…

 

 

Un problème de cohérence des dispositifs

 

 

« Alors que pour ces deux métro­poles [Lyon et Grenoble, ndlr], comme pour l’ensemble des zones urbaines, la ques­tion de la qua­lité de l’air est cru­ciale pour assu­rer la qua­lité de vie des habi­tants, il est essen­tiel d’améliorer la lisi­bi­lité et la cohé­rence des dis­po­si­tifs s’appliquant sur nos ter­ri­toires, pour in fine ren­for­cer leur effi­ca­cité », sou­ligne d’ailleurs Christophe Ferrari, le pré­sident de la Métropole de Grenoble dans un com­mu­ni­qué.

 

Une néces­sité de cohé­rence et de prag­ma­tisme qui a par­fois quelque dif­fi­culté à s’af­fran­chir des que­relles poli­ti­ciennes. Alors que, à Grenoble, la gra­tuité des trans­ports en com­mun s’ap­plique à la Métro, au Voironnais, au Grésivadan, ral­liés par le réseau de bus du Département de l’Isère, la Région, via son réseau de TER, ne veut tou­jours rien entendre.

 

 

Représailles de Laurent Wauquiez ?

 

 

S’exprimant sur France bleu, Laurent Wauquiez a mis en paral­lèle sa déci­sion de ne pas appli­quer la gra­tuité avec le choix de la ville de Grenoble de se reti­rer du finan­ce­ment du pro­jet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin. Représailles, comme le sou­tient le maire de Grenoble ?

 

« Par ses décla­ra­tions, Laurent Wauquiez allie l’irresponsabilité à la bas­sesse poli­tique, accuse Eric Piolle dans un com­mu­ni­quéAssurer la santé publique des popu­la­tions est une prio­rité qui devrait ras­sem­bler l’ensemble des élus de la République, comme le montre le dis­po­si­tif de lutte contre la pol­lu­tion qui ras­semble le Département de l’Isère, la Métropole et la Ville de Grenoble. Je demande à Laurent Wauquiez de ces­ser son chan­tage poli­ti­cien et d’appliquer sans attendre la gra­tuité dans les TER, afin d’inciter le plus grand nombre d’Isérois à lais­ser leurs voi­tures au garage. »

 

 

PC

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
4721 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. La dif­fé­rence entre Lyon et Grenoble !

    On pointe la méthode à Grenoble :
    nous croyant tou­jours les meilleurs, les pré­cur­seurs, on don­ne­rait presque des leçons avec nos pas­tilles. Ok mais pour quels résul­tats ? Grenoble est deve­nue le sym­bole de l’in­tel­lec­tua­li­sa­tion où l’im­mo­bi­lisme en est la consé­quence.

    A Lyon on pointe les résul­tats : pro­lon­ga­tion d’une ligne de métro jus­qu’à Oullins, mise en place de 5 lignes de tram­way en 20 ans, un TGV rapide depuis 1982, ins­tal­la­tion de véhi­cules élec­triques en auto-par­tages avec une cen­taine de sta­tions en 10 ans, solu­tion de vélos en auto-par­tages donc ouverts à tout citoyen de pas­sage, et pour autant élar­gis­se­ment des rocades !
    pour­quoi les dis­po­si­tifs vignettes et cir­cu­la­tion alter­née seraient incom­pa­tibles ? Je ne le crois pas, si les résul­tats sur l’im­pact sani­taire sont réels allons y.

    Enfin faire une photo comme s’il allait res­ter des véhi­cules essence ou gasoil c’est encore la méthode de Grenoble, on ne regarde pas le pro­grès, le trans­port élec­trique, le trans­port hydro­gène c’est pos­sible ! C’est pour­quoi clai­re­ment la Métropole de Lyon a dépassé les cli­vages pour conti­nuer à avan­cer, et je ne porte pas Collomb dans mon coeur.
    Et Lyon conti­nue à atti­rer des inves­tis­seurs, et l’emploi est au ren­dez-vous.

    sep article