Jean-Pierre Barbier rencontre des commerçants du centre-ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

CVCM : Jean-Pierre Barbier “à l’é­coute” des commerçants

CVCM : Jean-Pierre Barbier “à l’é­coute” des commerçants

FOCUS – La concer­ta­tion citoyenne sur la démarche métro­po­li­taine « Cœurs de ville, cœurs de métro­pole » est sur les rails depuis ce 26 sep­tembre. Les com­mer­çants du centre-ville s’é­meuvent des consé­quences sur leurs acti­vi­tés de cette « ville de demain » qu’ils voient se pro­fi­ler. C’est à leur demande que, ce samedi 1er octobre, Jean-Pierre Barbier, le pré­sident du dépar­te­ment, est venu à leur ren­contre « pour don­ner un coup de pro­jec­teur » sur leurs inquiétudes.

Place Victor Hugo ce samedi 1er octobre, juste à côté du kiosque, un groupe d’une quin­zaine de per­sonnes entoure Jean-Pierre Barbier, le pré­sident Les Républicains du dépar­te­ment. Le lieu n’a sans doute pas été choisi au hasard. À quelques mètres seule­ment sont ins­tal­lés les pan­neaux d’in­for­ma­tions de la Métropole sur la démarche Cœurs de ville, cœurs de métro­pole, dont la phase de concer­ta­tion bat son plein depuis ce 26 sep­tembre et par­vien­dra à son terme le 7 novembre.

Jean-Pierre Barbier rencontre des commerçants du centre-ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier ren­contre des com­mer­çants du centre-ville. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Qui sont ils ? Ils sont repré­sen­tants d’as­so­cia­tions de com­mer­çants ou com­mer­çants du centre-ville, poli­tiques ou encore de simples citoyens. Au nombre de leurs pré­oc­cu­pa­tions, le nou­veau plan de cir­cu­la­tion avec l’in­ter­dic­tion des voi­tures sur le bou­le­vard Agutte-Sembat, la pié­ton­ni­sa­tion, les tarifs de sta­tion­ne­ment, les auto­routes à vélos… Autant de sujets de mécon­ten­te­ment qu’ils avaient anti­ci­pés et qui avaient poussé nombre d’entre eux, il y a bien­tôt un an, à appo­ser sur leur devan­ture quelque 2 000 affi­chettes « Commerces gre­no­blois : chro­nique d’une mort annoncée ».

Donner « un coup de pro­jec­teur », sur le déses­poir des commerçants

Si Jean-Pierre Barbier est là, c’est bien parce qu’on l’a invité. « Les unions com­mer­ciales de Grenoble ont sou­haité ren­con­trer le pré­sident du dépar­te­ment et en tant que tel, je suis éga­le­ment le pré­sident de tous les Isérois, qu’ils soient à l’in­té­rieur de la Métropole ou à l’ex­té­rieur ». Et de pour­suivre : « Ils ont sou­haité m’ex­pli­quer leurs dif­fi­cul­tés, leurs inquié­tudes sur le pro­jet Cœurs de ville, cœur de métro­pole. Des inquié­tudes légi­times », estime-t-il encore.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour autant, et Jean-Pierre Barbier le recon­naît bien volon­tiers, le com­merce n’est pas de la com­pé­tence du dépar­te­ment mais de la Métropole et de la ville de Grenoble. « C’est vrai, je n’ai aucune com­pé­tence pour ce qui concerne le com­merce ou les amé­na­ge­ments struc­tu­rels à l’in­té­rieur de la Métropole. Ce que j’ai­me­rais c’est que ma visite per­mette un coup de pro­jec­teur qui fasse prendre conscience à tous qu’il faut se remettre autour de la table pour recher­cher des solu­tions à une cer­taine forme de déses­poir des com­mer­çants et des habi­tants », déclare le pré­sident. Une manière aussi, pour l’élu, de balayer toute inten­tion poli­ti­cienne dans sa démarche.

Enfin… pas com­plè­te­ment. Ne recon­naît-il pas, au pas­sage, à Éric Piolle, le maire de la ville-centre, une cer­taine constance poli­tique dans ses pro­jets ? « Il avait dit qu’il était pour la décrois­sance, donc il met en appli­ca­tion ce qu’il a dit. C’est poli­ti­que­ment audible mais moi ce n’est pas ma phi­lo­so­phie. »

« Mettons-nous tous autour de la table »

Jean-Pierre Barbier, qui se féli­cite des récentes avan­cées du conseil métro­po­li­tain sur les dos­siers de l’A480 et du Rondeau, sou­haite qu’un tel schéma puisse se repro­duire pour la démarche Cœurs de ville, cœurs de métro­pole. « Mettons-nous tous autour de la table, la Métropole, le Conseil dépar­te­men­tal, les com­munes pour trou­ver ensemble une solu­tion. […] L’idée c’est de se dire qu’on ne pense pas tous la même chose mais qu’il nous faut trou­ver le che­min pour que l’in­té­rêt géné­ral soit pré­servé », explique le pré­sident du département.

Dialogue entre Christian Hoffmann, le président de l’Union commerçante Label ville et Jean-Pierre Barbier. Au centre, Jean-Damien Mermillod-Blondin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Dialogue entre Christian Hoffmann, le pré­sident de l’Union com­mer­çante Label ville et Jean-Pierre Barbier. Au centre, Jean-Damien Mermillod-Blondin. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Sur le fond du pro­jet métro­po­li­tain, Jean-Pierre Barbier concède qu’il n’est pas « for­cé­ment mau­vais », que ce soit pour les com­mer­çants ou les habi­tants. Mais « à la condi­tion qu’il soit construit et que l’on puisse voir com­ment cela va mar­cher […] Si ça ne fonc­tionne pas, der­rière nous aurons des consé­quences éco­no­miques notam­ment la dis­pa­ri­tion des com­merces », pré­dit l’élu.

Raison de plus pour que Jean-Pierre Barbier recom­mande à ses inter­lo­cu­teurs du moment d’in­ci­ter leurs clients à par­ti­ci­per à la concer­ta­tion en cours. « A chaque fois que nous ten­tons de faire quelque chose, essayons de rai­son­ner avec bon sens et dis­cer­ne­ment », précise-t-il.

« Nous nous posons beau­coup de ques­tions pour demain »

Après cette dis­cus­sion place Victor Hugo, Jean-Pierre Barbier s’est rendu à la cho­co­la­te­rie Zugmeyer située bou­le­vard Agutte-Sembat et diri­gée par Patrice Besson. Ce der­nier n’a pas man­qué de lui faire part de sa crainte de voir ses clients se raré­fier. « Pour accé­der au centre-ville, c’est de plus en plus com­pli­qué lorsque l’on vient du Nord Isère Nous sommes une PME de sept per­sonnes et nous nous posons beau­coup de ques­tions pour demain », s’in­quiète l’ar­ti­san cho­co­la­tier. Qui s’es­time lâché par la Ville alors même qu’a­vec ses confrères, « ils se battent pour valo­ri­ser le centre-ville ».

Dégustation de chocolats à la chocolaterie Zugmeyer. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Dégustation de cho­co­lats à la cho­co­la­te­rie Zugmeyer. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous avons eu les assises du com­merce avec la muni­ci­pa­lité, nous avons mis cartes sur table : “On va dire ce qui va, ce qui ne va pas”. Sauf qu’on nous a caché la vérité. On nous a tout dit sauf qu’il allait y avoir des fer­me­tures d’axes prin­ci­paux comme le bou­le­vard Agutte-Sembat », déplore Christian Hoffmann, pré­sident de l’Union com­mer­çante Label ville.

Lequel regrette éga­le­ment qu’au­cune indem­ni­sa­tion ne soit pré­vue dans le dis­po­si­tif envi­sagé pour com­pen­ser une éven­tuelle baisse du chiffre d’affaires.

Olivier Corneloup, le pré­sident de l’Union des arti­sans, com­mer­çants et res­tau­ra­teurs de Chavant qui gère le res­tau­rant La Clairefontaine est, lui aussi, très inquiet. « Nous ne fai­sons pas par­tie des pro­jets de cette mai­rie. Il n’y a aucune poli­tique pour le com­merce local. Il va bien fal­loir que le maire se rende compte qu’on ne peut pas avoir une ville sans com­merces », s’in­digne le res­tau­ra­teur. Qui stig­ma­tise l’im­pact d’un mes­sage muni­ci­pal à son sens un peu trop bien reçu par la clien­tèle potentielle.

Un taux de vacance des com­merces supé­rieur à la moyenne nationale

Les bou­le­ver­se­ments liés à la démarche Cœurs de ville, cœurs de Métropole sont, en tout cas, loin d’a­voir laissé indif­fé­rente la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Grenoble (CCI). Cette der­nière a ainsi adopté der­niè­re­ment à l’u­na­ni­mité une motion récla­mant l’a­jour­ne­ment des pro­jets d’a­mé­na­ge­ment des sec­teurs Sembat et Montorge. De quoi faire vive­ment réagir Ludovic Bustos, vice-pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole délé­gué aux espaces publics et à la voi­rie, et Guy Jullien, délé­gué à l’artisanat, au com­merce et aux petites et moyennes entreprises.

halte au restaurant La Clairefontaine. Au centre : Olivier Corneloup, le président de l’Union des artisans, commerçants et restaurateurs de Chavant. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Halte au res­tau­rant La Clairefontaine. Au centre : Olivier Corneloup, le pré­sident de l’Union des arti­sans, com­mer­çants et res­tau­ra­teurs de Chavant. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ces der­niers s’étonnent ainsi d’une prise de posi­tion fai­sant déli­bé­ré­ment l’impasse sur des échanges et dis­cus­sions entre la CCI et la Métropole, les­quels auraient donné lieu à des évo­lu­tions du projet.

Quid de la mobi­li­sa­tion des com­mer­çants ? « On s’a­per­çoit depuis quelques années que nous n’a­vons jamais été aussi nom­breux au niveau des orga­ni­sa­tions com­mer­ciales. Nous sommes dix-sept à Grenoble ce qui repré­sente 800 res­sor­tis­sants. C’est bien qu’ils veulent être à l’é­coute de ce qui se passe et qui peut par­fois les déranger », expose le pré­sident de Label ville. Pour ce der­nier, le taux de vacance des com­merces qui atteint 9 % à Grenoble – ce qui dépasse la moyenne natio­nale – est bien le mar­queur du pro­fond malaise qui règne dans la capi­tale des Alpes.

Ce qui ne manque pas de faire réagir Jean-Pierre Barbier. « Et c’est jus­te­ment parce qu’il y a des pro­blèmes qu’il convient de ne sur­tout pas en rajou­ter », lance le pré­sident du département.

Joël Kermabon

Un recours contre « un pro­jet mortifère »

« Je suis venu ce matin place Victor Hugo pour voir le début de cette concer­ta­tion et j’ai vu un clown [une ani­ma­tion pro­po­sée par la Métropole, ndlr] qui vous parle sur une carte et vous demande avec humour ce que vous pen­sez du pro­jet », iro­nise Jean­-Damien Mermillod-­Blondin, pré­sident du groupe d’opposition “Métropole d’avenir” (Divers droite, Société civile, Les Républicains et UDI).

Jean-Damien Mermillod-Blondin, président du groupe Métropole d'avenir. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Damien Mermillod-Blondin, pré­sident du groupe Métropole d’a­ve­nir. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce der­nier, qui accom­pa­gnait Jean-Pierre Barbier lors de cette visite, n’y va pas par quatre che­mins. « Ce que j’ai vu est conforme à ce que je res­sens. C’est-à-dire des com­mer­çants légi­ti­me­ment inquiets, qui sont une des loco­mo­tives qui tirent la ville et trouvent que ce qui se passe est mor­ti­fère. Cette loco­mo­tive com­mence à tous­ser sévè­re­ment. »

C’est l’une des rai­sons qui ont poussé Jean-Damien Mermillod-Blondin à dépo­ser, avec d’autres conseillers métro­po­li­tains, un recours contre le pro­jet Cœurs de ville, cœurs de Métropole. Il s’en explique.

Ce n’est pas tout. L’élu, qui a réclamé en vain le rap­port d’é­tude inté­gral du pro­jet lors du conseil métro­po­li­tain de ce ven­dredi 30 sep­tembre, menace de sai­sir la com­mis­sion d’ac­cès aux docu­ments admi­nis­tra­tifs (Cada) s’il ne lui est pas remis cette semaine. « Ils sont les chantres de la trans­pa­rence et quand on fait une demande publique, on lou­voie et on vous dit non. C’est véri­ta­ble­ment inac­cep­table », s’in­surge le pré­sident de groupe.

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble : deux ex-élus attaquent la déli­bé­ra­tion octroyant un ter­rain de la Ville à moi­tié prix pour un « pseudo-habi­tat participatif »

FOCUS - Le tribunal administratif a examiné, vendredi 5 juillet 2024, le recours déposé par les anciens élus du groupe Ensemble à gauche contre la Lire plus

Le passage en sens unique pour les automobiles sur le cours Berriat de Grenoble (re)fait débat au conseil métropolitain
Cours Berriat à Grenoble : le pas­sage en sens unique a (re)fait débat au conseil métro­po­li­tain… mais se fera

FOCUS - Les aménagements en vue de la réalisation d'une chronovélo sur le tronçon du cours Berriat entre le cours Jean-Jaurès et le pont de Lire plus

Succès du rassemblement place Verdun "pour la démocratie et le progrès social" à l'appel des syndicats
Succès du ras­sem­ble­ment place de Verdun « pour la démo­cra­tie et le pro­grès social » à l’ap­pel des syndicats

FOCUS - Forte affluence sur la place de Verdun de Grenoble mardi 9 juillet à l'appel des syndicats CGT, FSU, Unsa et Solidaires, "pour la Lire plus

"LR collabos", "Mort au fascisme"... Le siège grenoblois des Républicains 38 ciblé par de (nouvelles) dégradations
« LR col­la­bos », « Mort au fas­cisme »… Le siège gre­no­blois des Républicains 38 ciblé par de (nou­velles) dégradations

FLASH INFO - "LR collabos", "sales racistes", "Ciotti T mort" ou encore "mort au fascisme"... Telles sont les amabilités qui ont été inscrites à la Lire plus

La Métropole annonce une recapitalisation (surprise) de 16 millions d'euros du bailleur social Grenoble Habitat
La Métropole annonce une reca­pi­ta­li­sa­tion sur­prise de 16 mil­lions d’eu­ros du bailleur social Grenoble Habitat

FOCUS - La Métropole grenobloise a annoncé avoir trouvé un accord avec la Ville de Grenoble pour une recapitalisation de 16 millions d'euros du bailleur Lire plus

« On a eu tel­le­ment peur »… Le sou­la­ge­ment des mani­fes­tants ras­sem­blés à Grenoble après les résul­tats du second tour

EN BREF - Plusieurs centaines de personnes (500 selon la police) se sont réunies, square du Docteur Martin, à Grenoble, dimanche 7 juillet 2024 au Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !