Grenoble veut faire sa “troisième révolution urbaine” avec la Métro

sep article
9,80 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

EN BREF – C’est avec la démarche baptisée « Cœurs de ville, Cœurs de Métropole » que Grenoble entend faire sa « troisième révolution urbaine ». Deux grands projets seront finalisés à la mi-2019, au plus tôt : l’extension de la zone piétonne et l’apaisement de l’axe « boulevards Rey-Sembat-Lyautey » avec la création de la première “ligne express vélos”. La Métropole soutient toutes les communes qui se lancent dans ce type de projet « post Cop21 ».

 

 

 

Rue piétonne avec des passants. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Rue piétonne de Grenoble. © Élodie Rummelhard – placegrenet.fr

L’ancien maire PS de Grenoble, Michel Destot avait lancé le programme « Cœur de ville, Cœur d’agglo » en 2008. La Métropole grenobloise élargit le concept, avec « Cœur de villes, Cœurs de Métropole », à toutes les villes de l’agglomération qui se porteront volontaires.

 

Les grands objectifs ? Désencombrer les pôles urbains des communes (qui voudront s’engager), les rendre plus accessibles, en particulier aux piétons et cycles, conforter et dynamiser les commerces…

 

Quant aux voitures, un travail sera mené pour les rabattre plus efficacement vers les parkings-relais et les parkings en ouvrage, dont l’abord n’est pas suffisamment engageant, soulignait Christophe Ferrari, président de la Métropole grenobloise – à l’occasion du lancement officiel de la démarche (également appelée label) « Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole », jeudi 21 janvier 2016.

 

 

 

Le programme démarre à Grenoble

 

 

La démarche “Cœurs de villes, Cœurs de Métropole” démarre à Grenoble, avec trois grands projets.

 

ElargissementDuPlateauPietonnierCoeursdeVilleCoeursDeMetropole

 

Premièrement, l’élargissement du centre piétonnier pour mieux relier les pôles de vie (voir ci-contre). Un centre « à la fois trop limité et trop fragmenté entre Bonne, Hoche et le centre-ville, d’après Eric Piolle, maire de Grenoble, pour qui « il y a aussi une rupture entre la ville et la rive droite de l’Isère ».

 

 

 

Deuxièmement, l’axe que forment les boulevards « Rey-Sembat-Lyautey », très emprunté par les voitures (avec plus de 15 000 voitures/jour) et les bus (7 lignes) sera apaisé. EvolutionAxeStructurantCoeursDeVilleCoeurDeMetropoleLes services de la ville de Grenoble et du SMTC ont déjà planché sur un projet de plan de circulation (voir ci-contre) et une nouvelle redistribution de l’espace. A l’horizon 2019, si ce plan est mis en œuvre, une ligne de « réseau express vélo » alias « autoroute à vélos » y passera partiellement. « Le potentiel vélo est estimé à 5000 cyclistes jour sur cet axe », selon les chiffres fournis par les collectivités. En revanche, si ce nouveau schéma de circulation est adopté, les voitures et bus y circuleront avec parcimonie et suivant une organisation savamment étudiée.

 

 

« Nous voulons avoir une approche la plus laïque possible en matière de mobilité et de déplacement, osait Yann Mongaburu, président du Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) et vice-président de Grenoble-Alpes Métropole en charge des déplacements, afin d’anticiper d’éventuelles levées de boucliers. « Des études complémentaires sont en cours ! », ajoutait-il.

 

 

Un troisième ensemble d’actions est prévu. Il s’agit de la mise en valeur par l’éclairage public du patrimoine existant. Mais aussi de multiplier les espaces consacrés au végétal et à l’eau et, pourquoi pas, de développer le street art dans certains quartiers, a suggéré le maire de Grenoble.

 

Christophe Ferrari et Eric Piolle, prêts pour une troisième révolution urbaine : "le centre-ville de Grenoble est trop limité et trop fragmenté". © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Christophe Ferrari et Eric Piolle, prêts pour une troisième révolution urbaine. © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

« Après la construction de la Ville pour le tout voiture dans les années 50-60, puis la piétonnisation du centre-ville et l’arrivée du premier tram, nous entrons dans la troisième révolution urbaine ! (…) », considère Eric Piolle.

 

 

 

« Inventer la ville post Cop21 »

 

 

Le projet grenoblois est chiffré à 10 millions d’euros, mobilisés par le SMTC, la ville de Grenoble et la Métropole sur les prochaines années.

 

La concertation autour de ce projet commence au printemps et s’achèvera à l’automne 2016. A partir de 2017, « des installations éphémères et des tests d’usages » – originalité de la démarche – seront mis en place. La fin des travaux est attendue pour mi-2019 au plus tôt. Il n’y a, pour l’heure, pas d’autres programmes “Cœurs de ville, Cœurs de Métropole” ailleurs dans la Métropole.

 

Christophe Ferrari et Eric Piolle : "le centre-ville de Grenoble est trop limité et trop fragmenté". Crédit Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Eric Piolle : « Le centre-ville de Grenoble est trop limité et trop fragmenté ». © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

Aucun autre chiffre ni calendrier ne sont par conséquent annoncés. Au niveau métropolitain toutefois, un comité de suivi sera installé pour coordonner la démarche qui fait appel à différentes politiques de la Métropole (Métropole apaisée, aides aux commerces, etc.).

 

A Christophe Ferrari de conclure : « Ce label “Cœurs de ville, Cœurs de Métropole” vise à renforcer les espaces de vie sociale, à inventer la ville post Cop21, où il ne s’agit pas de réfléchir en termes de modes de déplacement mais de facilité d’usages ».

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

 

commentez lire les commentaires
14028 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Il faut supprimer les voitures et tout suite le diesel à Grenoble. L’air est toujours mauvais et ce n’est pas bien pour la santé.

    sep article
  2. Pourquoi pas ! Mais il faut :
    1- rajouter des parking relais vers Chavant
    2- construire la rocade Nord pour les voitures qui ne pourront plus traverser la ville, nie encombrer la berge Nord Isère. La rocade Sud ne suffit pas.

    sep article
  3. Belle ambition, mais dans l’étude il faut impérativement évaluer sérieusement l’impact économique. Il ne faudrait pas que Grenoble ville apaisée devienne ville maison de retraite; une ville ça doit vivre, se développer, commercer, et il faut veiller à ce qu’on n’etouffe pas le dynamisme naturel des Grenoblois et environ, qu’on ne complique pas la vie de ceux qui par leur travail, ont besoin de se déplacer rapidement. Le réseau de transports publics et les vélos ne peuvent pas tout régler quand on a des contraintes de temps, il faudra y veiller très attentivement.
    Je partage l’avis de Daniel R, les vélos font preuve d’une incivilité croissante et ça devient insupportable. A quand les amendes pour les infractions permanentes dont nous sommes les victimes ?

    sep article
  4. La Metro doit mener une campagne de sensibilisation auprès des cyclistes afin de respecter les piétons

    De nombreux cyclistes ne respectent pas le code de la route :
    Non respect des feux
    Pas d arrêt au passage piétons
    Circule à contre sens sur les pistes piétons surprenant les piétons qui traversent
    Roule dans les zones piétonnes alors que il y a des pistes cyclables disponibles à proximité
    Etc ….

    De nombreux cyclistes ont une attitude rappelant celle des automobilistes des années 80

    sep article
    • Le probleme est mal posé il ne faut pas oublier que la voiture demeure le moyen de transport pour le moment le plus important pour ceux qui travail,il n’y a pas assez de petit bus relais et c’est pour cela que les gents ne peuvent malheureusement se passer de leurs voitures,les politiques aiment bien faire des effets d’annonce la pluparts dispose de chauffeurs,alors posons nous la question autrement comment insérer la voiture dans notre milieu urbain est qu’elle sont les solutions à mettre en place

      sep article
  5. Massa…va pas ? Facile de lancer ce genre de commentaire… bon à rien.

    sep article
  6. Bons à rien !!!

    sep article