Hommages sur la Promenade des Anglais à Nice. © André Weill

Nice, un voyage immobile : une bougie, une kata et un bain

Nice, un voyage immobile : une bougie, une kata et un bain

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Randonneur senior en montagne. © André Weill

© André Weill

 

Marcher n’est pas un mot en l’air, mais un verbe sur terre.

Marcher pour ouvrir l’espace. Pour libé­rer les mots. Et ran­ger les couteaux.

Marcher pour quit­ter le divan des peurs.

Marcher pour dire Nice, Paris, Damas, Bruxelles, Tunis, Bagdad ou encore Kaboul.

Marcher pour dire Cela qui ne pourra jamais se dire. Marcher, pour pro­phé­ti­ser les valeurs de len­teur, de solidarité.
Marcher au che­min de l’exil sans rien connaître de l’à venir.

Marcher jusqu’à res­sen­tir l’insondable, jusqu’à lâcher les liens de l’entendement.
Marcher pour affir­mer la ver­ti­ca­lité de l’être.

Pour l’établir entre Terre et Ciel.

Pour pro­cla­mer l’Homme debout, quelle que soit la pos­ture mani­fes­tée. Enfance, dépen­dance, exclu­sions, exils, sou­mis­sions, infa­mies, empri­son­ne­ment, mala­die, vieillesse.

Marcher pour invi­ter le Soi, l’Intelligent, le Beau. Marcher pour congé­dier le meurtre, fut-il poli­ti­que­ment cor­rect, patrio­ti­que­ment cor­rect ou, pire encore, reli­gieu­se­ment correct.

 

 

Ainsi, cet été 2016, une marche offerte entre Grenoble et Nice, suite aux dra­ma­tiques vio­lences du 14 juillet. Aujourd’hui, les dates, le tra­jet, les kilo­mètres, les déni­ve­lés et autres marques du passé se dis­solvent dans l’Ici et le Maintenant. Voyage en sim­pli­cité, sans blog ni rela­tion presse, à tra­vers cols et val­lées en Belledonne, Oisans, Queyras, Ubaye, Tinée et Pays niçois. Voyage hors temps et donc sans des­ti­na­tion, qui ne com­mence ni ne finit. Voyage sans per­son­nage, sans sépa­ra­tion entre mar­cheur et hospitalier.

 

Merci aux appa­ri­tions de l’amie, notam­ment les trois der­niers jours dans cet espace com­mun jusqu’au lieu du crime. Merci aux appa­ri­tions des balises et des refuges, des ber­gers et des pro­me­neurs, des soleils et des lunes, des pluies et des vents, des lacs et des tor­rents, des mar­mottes et des rapaces, des biches et des renards, des vents dans les mélèzes, des jaunes arnica, des vio­lets aster, des rouges jou­barbe et tant d’autres mer­veilles mani­fes­tées en miroir de la mon­tagne vivante que nous sommes ensemble.

 

Rose et écharpe blanche en hommage sur la Promenade des Anglais à Nice. © André Weill

© André Weill

Anonyme parmi des mil­liers d’autres, la bou­gie, dépo­sée ce 7 août après-midi sur la pro­me­nade des Anglais, témoigne de la Vie intem­po­relle que nous sommes et qui dépasse la notion même de nais­sance et de mort.

 

Petit bru­lot de cire qui affirme que la Lumière est la vraie nature de cha­cun, en dépit de l’étiquette juge-bour­reau-vic­time qui nous colle à la peau

 

Juley Juley ! Nouée autour d’une rose rouge, une Kata offerte au vent niçois, petite écharpe blanche, sym­bole de longue vie. Venue du Ladakh, elle vou­lait signi­fier que « Si, c’est vrai qu’il y a des gens qui s’aiment », que si les enfants de Nice et de l’Himalaya « sont tous les mêmes, alors il fau­dra leur dire… juste un regard, facile à faire, un peu plus d’amour que d’ordinaire ».

 

 

 

Enfin, nous avons plongé le petit moi mor­tel dans la Grande Bleue.

 

Dans les tra­di­tions anciennes, quand la Vie condui­sait le guer­rier à tuer l’ennemi, il devait alors se puri­fier, plon­ger dans l’eau sacrée, comme pour pré­ve­nir l’âme de ne pas s’identifier à la mort du corps.

 

Ainsi avons-nous demandé à la mer de nous laver de tous les meurtres que nous avons laissé se per­pé­trer sur la pla­nète en notre nom, notam­ment en rai­son de notre croyance en la dua­lité. Ainsi, les yeux bras et cœur ouverts à Ce qui tra­verse l’âme, main tenant, éter­nel obser­va­teur de l’Invisible. Om Shanti ! Shalom ! Salam ! Amen !

 

ATMA

 

 

 

Faire confiance à la vie…

 

Faire confiance à la vie ne veut pas dire que vous serez riche et belle éter­nel­le­ment – cela c’est la ver­sion com­mer­ciale de la confiance en la vie

Faire confiance en la vie c’est faire confiance au fait que les guerres et les drames rejoignent cette inter­ro­ga­tion pro­fonde qui vous amène à ces­ser de pré­tendre être quelque chose.

Eric Baret

 

 

Les mots d’accompagnement

 

Cher André.
Que mon admi­ra­tion et ma gra­ti­tude sou­tiennent ta marche. Puissent tous les pay­sages et les visages qui entre­rons dans ton espace te rem­plir de joie et de cou­rage. Avec toi dans le cœur.
Caty

 

Quelques mots de Lanza del Vasto pour t’accompagner
Va, fou, mets-toi donc en marche avec toute ta vie, et que la route fasse chan­ter ton corps de roseau sec et tes jambes de vent !

Les ombres des nuages pas­sant sur les vagues de la mer, est-il un fou qui veuille en faire col­lec­tion ? Allons-nous perdre notre temps, ou pour mieux dire notre éter­nité, à conser­ver dans la mémoire ce qui se passe dans le temps ? Souvenons-nous plu­tôt de l’être. L’être ne passe pas. Ce qui passe n’est pas. Cela ne fait que paraître. Comme le rêve à un dor­meur. Et c’est le propre du dor­meur d’i­gno­rer qu’il dort et de croire à ses rêves.

Vagabond, sache la dignité de l’acte ver­ti­cal uni­que­ment humain qu’est la marche. Se tenir debout n’ap­par­tient qu’à l’homme. Même les oiseaux du ciel sont assis sur leurs pattes et cou­chés dans leurs ailes pour le vol. Et bon voyage à l’homme debout. Hervé

 

Le plai­sir est par­tagé. Mes pen­sées accom­pa­gne­ront ta marche en août, si tu le veux bien, dépose une caresse pour moi sur les plages de la ville qui m’a vu naître, et mange une part de Socca pour moi. Poutou et séré­nité. Julie

 

Merci de ton mes­sage. C’est en met­tant de la lumière dans nos actions que la dou­ceur peut se répandre dans le monde. Voir qui nous sommes vrai­ment est essen­tiel et influence le monde en pro­fon­deur. Tiens-nous au cou­rant de ta marche immo­bile. Amitiés. José

 

Merci André, c’est vrai­ment une très belle idée. J’ai beau­coup écouté le man­tra que nous avions chanté tous ensemble « gate gate para­gate para­sam­gate bodhi svaha » aujourd’­hui mais je pense que mon mes­sage pré­féré pour tous ceux de Nice et d’ailleurs est le man­tra que j’a­vais déjà demandé jeudi soir. Peux-tu le dire pour moi quand tu seras à Nice ? « lokah samas­tah sukhino bha­vantu » Merci à toi et à ta com­pagne pour cette très belle initiative.
Om shanti – Sylvie

 

Cher André, Je te confie ma prière afin que tous les êtres sans excep­tion trouvent en eux la paix du cœur de leur vivant. Magali

 

Cher André… Que la Lumière et la Transparence t’ac­com­pagnent à chaque ins­tant… tou­jours le MÊME… Celui de l’Immobilité Absolue, que nous avons expé­ri­men­tée lors d’un exer­cice de notre cher Douglas. Bon voyage dans l’Immobilité de l’ÊTRE et la Présence à ce que nous sommes vrai­ment et tou­jours, même si nous ne le savons pas ou ne l’expérimentons pas. Avec toute mon ami­tié. Nicole

 

Cher André, Avant ton départ demain, je vou­lais sou­hai­ter que cette marche soit belle, simple et silen­cieuse, comme tu sais l’être. Je t’ac­com­pa­gne­rai dis­crè­te­ment sur ce che­min. Je sais que tu n’en feras pas un truc spé­cial. L’envie de te mettre en marche t’a pris après les évé­ne­ments de Nice. Ainsi soit-il ! Je t’embrasse et te serre dans mes bras. Va, le che­min t’ap­pelle ! Anne

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A. Weill

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

© Sarah Krakovitch - Place Gre'net
André Weill, grand marcheur devant l’Éternel, a quitté Meylan pour relier Cordoue à Istanbul

  FIL INFO – André Weill, grand marcheur et professeur de yoga, est parti de Meylan jeudi 27 mai pour sept mois de périple. Il Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Près de 3 000 citoyens “plus chauds que le climat” ont déclaré “l’état d’urgence” climatique à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Près de 3 000 manifestants pour les organisateurs, 2 000 selon la police, ont marché pour le climat dans les rues de Grenoble, ce dimanche 27 Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Journée internationale des migrants : des centaines de personnes ont marché pour l’égalité des droits à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre trois et quatre cents personnes se sont rassemblées place de Verdun, ce mardi 18 décembre, pour une  marche des lumières dans Lire plus

Réunion préparatoire du 24 octobre. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Nous toutes : le mouvement contre les violences sexistes prépare une « déferlante féministe » à Grenoble

FOCUS - Le mouvement féministe Nous toutes organise le 24 novembre dans toute la France une « déferlante féministe ». Avec un objectif : rassembler Lire plus

En Isère, les agents de l'Office national des forêts dénoncent une gestion comptable des forêts. Et une vision " cosmétique " de l'environnement.
En Isère, des agents de l’ONF dénoncent l’industrialisation de la forêt et la course à la rentabilité

FOCUS - La forêt de Tronçay dans l'Allier a été le point d'orgue d'une longue marche des agents forestiers de l'ONF. Ils dénoncent l’industrialisation de Lire plus

Dans la foulée de #MeToo, le mouvement féministe #NousToutes se bat contre les violences faites aux femmes. Une marche nationale est prévue le 24 novembre.
#NousToutes : dans la foulée de #MeToo, le mouvement féministe appelle à une marche à Grenoble

FIL INFO - Dans la foulée des hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc, le mouvement féministe #NousToutes ambitionne de surfer sur la vague qui a fait descendre Lire plus

Flash Info

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

|

30/11

17h09

|

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin