Conseil municipal à Grenoble placé sous surveillance policière renforcée lundi 18 juillet 2016. Le plan d'économies sur les services publics au coeur de la contestation.

Conseil muni­ci­pal : les mani­fes­tants res­tent à la porte, les oppo­si­tions la claquent

Conseil muni­ci­pal : les mani­fes­tants res­tent à la porte, les oppo­si­tions la claquent

REPORTAGE MULTIMÉDIA - Les portes claquent au conseil municipal de Grenoble. Pour une partie du public qui n'a pu assister aux débats du dernier conseil avant la trêve estivale. Pour les oppositions, de gauche et de droite, qui ont tourné les talons après avoir déjà cosigné une lettre réclamant le retrait du plan d'économies. Les premières mesures, elles, ont commencé à être votées. Et les premières fermetures de services publics tombent…

 

 

 

Conseil municipal : la Marseillaise. Joël Kermabon

Minute de silence lors du conseil municipal du 18 juillet en hommage aux victimes de l'attaque du 14 juillet à Nice. Le maire Eric Piolle avait fait le choix de maintenir la séance. © Joël Kermabon

 

Le 11 juillet, le conseil municipal avait été reporté. Pour son second passage devant les élus grenoblois, lundi 18 juillet, les portes ont claqué : les oppositions municipales, exception faite du Front national, ont de concert quitté la salle en manifestant, dix jours après avoir cosigné une lettre réclamant le retrait du plan d’économies présenté par la Ville, leur réprobation face à la tournure des évènements.

 

Conseil municipal à Grenoble placé sous surveillance policière renforcée lundi 18 juillet 2016. Le plan d'économies sur les services publics au coeur de la contestation.

Conseil municipal placé sous surveillance policière renforcée lundi 18 juillet 2016 © Patricia Cerinsek

A l’Hôtel-de-ville, les portes se ferment un peu plus. Lundi soir, le bâtiment avait comme un air de place retranchée. Placé sous surveillance policière renforcée, filtré à l’entrée aussi… Une cinquantaine de Grenoblois qui réclamaient de pouvoir assister aux débats n’ont pu s'asseoir sur les bancs du public pris d’assaut, et semble-t-il de manière très anticipée, par un public plutôt acquis à la majorité municipale. Réponse du berger à la bergère ? Une semaine plus tôt, la présence de militants Les Républicains (LR) qui avaient investi la salle du conseil avait fait bondir les élus écologistes.

 

Alors, dehors, dénonçant une mascarade et un simulacre de démocratie, le ton est vite monté parmi le petit groupe de manifestants, qui ont fait céder une des portes d'entrée de l'Hôtel-de-ville, entraînant l'interpellation de l'un des leurs.

 

La goutte d’eau de trop pour les élus de l’opposition qui, la séance des questions orales à peine terminée, et donc l’ordre du jour du conseil tout juste entamé, ont réclamé une suspension de séance. Avant de tourner les talons et quitter les bancs pour de bon. "Du théâtre », pour le maire de Grenoble Eric Piolle.

 

Reportage : Joël Kermabon.

 

 

L’opposition socialiste ne manque pas de dénoncer une certaine conception de la démocratie. "Pour empêcher les Grenoblois d’entrer dans la maison communale qui est la leur, on a laissé entrer les personnes acquises, les autres sont restées dehors, soulignait  Marie-Jo Salat (Rassemblement de gauche et de progrès). C’est un marqueur très fort de cette conception de la démocratie."

 

Des accusations de filtration du conseil municipal dont se défend le maire Eric Piolle :

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 59 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Législatives 2024 : 6 900 à 8 500 per­sonnes ont défilé à Grenoble pour « la mani­fes­ta­tion uni­taire contre l’ex­trême droite »

REPORTAGE - Entre 6 900 et 8 500 personnes (selon la police ou les syndicats) ont défilé dans les rues de Grenoble, samedi 15 juin 2024, Lire plus

Hémicycle de l'assemblée nationale CC-BY-SA 3.0 Richard Ying et Tangui Morlier
Législatives 2024 : Front popu­laire, Renaissance, LR, RN… Les pre­mières can­di­da­tures confir­mées en Isère

FOCUS - À deux jours de la date limite de dépôt des candidatures, dimanche 16 juin 2024, les candidats investis pour les élections législatives des Lire plus

Viol en réunion d’une étu­diante à Bordeaux : le pro­cès aux assises des cinq ex-rug­by­men du FCG sera-t-il reporté ?

FOCUS - Cinq anciens joueurs du FCG doivent comparaître à partir de lundi 17 juin 2024 devant la cour d'assises de la Gironde, sept ans Lire plus

Législatives 2024 : mani­fes­ta­tion uni­taire et inter­syn­di­cale « contre l’ex­trême droite » samedi 15 juin à Grenoble

EN BREF - À deux semaines du premier tour des législatives anticipées, des manifestations "contre l'extrême droite" sont prévues partout en France, samedi 15 juin Lire plus

"Je vais assumer plus clairement ma sensibilité social-démocrate": Émilie Chalas candidate sur la troisième circonscription de l'Isère
« Je vais assu­mer plus clai­re­ment ma sen­si­bi­lité social-démo­crate » : Émilie Chalas can­di­date sur la 3e cir­cons­crip­tion de l’Isère

FOCUS - Émilie Chalas annonce avoir reçu l'investiture de la majorité présidentielle pour se porter candidate aux élections législatives sur la troisième circonscription de l'Isère. Lire plus

La Métropole renouvelle sa convention avec TéléGrenoble avec une participation à hauteur de 300 000 euros la première année
La Métropole renou­velle sa conven­tion avec TéléGrenoble avec, à la clé, 300 000 euros pour l’an­née 2024 – 2025

FOCUS - La Métropole de Grenoble a voté à la quasi-unanimité le renouvellement de sa convention avec TéléGrenoble sur une période de trois ans avec, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !