"Grand rassemblement contre la politique d'austérité de la mairie de Piolle". Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Grenoble : le conseil municipal perturbé, empêché… et reporté sine die

Grenoble : le conseil municipal perturbé, empêché… et reporté sine die

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE MULTIMÉDIA – Des opposants au plan d’économies annoncé par l’équipe municipale d’Eric Piolle ont perturbé le conseil municipal lundi 11 juillet, avant de rapidement l’investir, faisant fuir la quasi-totalité des élus. But de la manœuvre ? Dissuader le maire de mettre en œuvre ses mesures d’austérité, comme la fermeture de bibliothèques… Vers 21 heures, celui-ci a fait déclarer l’annulation du conseil municipal.

 

 

 

"Grand rassemblement contre la politique d'austérité de la mairie de Piolle". Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Les mani­fes­tants au plan de « sau­ve­garde des ser­vices publics locaux » ont pris pos­ses­sion du conseil muni­ci­pal. Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

« Voyez comme on va vite, à Grenoble ! On fait de la démo­cra­tie directe à pré­sent ! », fait mine d’en rire un élu éco­lo­giste, venu jeter un œil dans la salle du conseil muni­ci­pal… Ce soir, les élus ont dû céder leur place sous la pres­sion des mani­fes­tants, ren­trés de force dans l’enceinte du conseil muni­ci­pal. « C’est la deuxième fois que cela se pro­duit. La pre­mière fois, c’étaient les sala­riés de GEG », note une biblio­thé­caire syndicaliste.

 

Lundi 11 juillet, s’est tenu le der­nier conseil muni­ci­pal avant la trêve esti­vale et vrai­sem­bla­ble­ment l’un des plus chauds de l’année, au sens propre comme au figuré. La cause de cette « mini révo­lu­tion » ? Le « plan d’é­co­no­mies », annoncé sans pré­avis aux Grenoblois le 9 juin der­nier, qui a vrai­ment beau­coup de mal à pas­ser auprès d’un cer­tain nombre d’ha­bi­tants et de fonc­tion­naires de la Ville. Un plan d’austérité qui touche notam­ment le ser­vice de santé sco­laire, des mai­sons des habi­tants et le réseau des biblio­thèques. Celle de Prémol pour­rait ainsi fer­mer défi­ni­ti­ve­ment ses portes le 15 juillet.

 

Retour en images.

 

Reportage : Joël Kermabon.

 

 

 

 Invasion du conseil municipal en trois actes

 

 

Trois cents mani­fes­tants se sont retrou­vés devant l’Hôtel de Ville sur le coup de 17 h 30, ce lundi, à l’appel des syn­di­cats FO, CGT, Sud, de col­lec­tifs d’habitants, d’unions de quar­tier, de Nuit debout, ou bien encore du parti poli­tique NPA.

 

ConseilMunicipal11JuilletIntervention2OpposantsCreditSeverineCattiaux

Intervention, en amont du conseil muni­ci­pal du 11 juillet 2016, de col­lec­tifs d’ha­bi­tants et l’Intersyndicale… Puis rien ne s’est passé comme d’ha­bi­tude. © Séverine Cattiaux – pla​ce​gre​net​.fr

Objectif : se faire entendre, cla­mer leur hos­ti­lité farouche contre ce plan d’austérité et deman­der un mora­toire… Les col­lec­tifs d’habitants, ainsi que l’intersyndicale de la Ville ont tout d’a­bord demandé et obtenu une audience, avant le démar­rage du conseil, pour expri­mer leurs reven­di­ca­tions et livrer au maire les signa­tures recueillies suite aux péti­tions lan­cées contre le plan d’austérité et, notam­ment, les fer­me­tures de bibliothèques.

 

Deuxième acte du hap­pe­ning : des mani­fes­tants se sont intro­duits dans la par­tie du conseil muni­ci­pal des­ti­née au « public » et ont com­mencé à jouer leur partition.

 

En clair, per­tur­ber le conseil en tapant des pieds, en sif­flant ou en criant des petites phrases peu tendres à l’en­contre des élus : « La vraie com­mune, pas la fausse com­mune / Tous pour­ris, tous cor­rom­pus / Pour l’aus­té­rité, Piolle-Valls, même com­bat /  La mai­rie expulse, expul­sons la mai­rie… »

 

Une poignée de manifestants s'est glissée dans la partie "public" du conseil municipal pour perturber les prises de paroles © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Une poi­gnée de mani­fes­tants s’est glis­sée dans la par­tie « public » du conseil muni­ci­pal pour per­tur­ber les prises de parole. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les prises de parole étant inau­dibles, les élus se sont peu à peu éclip­sés du conseil. Certains repré­sen­tants de la majo­rité ont tenté en vain de rai­son­ner la petite dizaine de perturbateurs.

 

Vers 19 h 30, troi­sième acte du hap­pe­ning : les mani­fes­tants res­tés à l’extérieur du conseil – non sans faire un maxi­mum de raf­fut de leur côté – ont forcé, sans ren­con­trer de résis­tance, les portes du conseil muni­ci­pal. Ils se sont alors assis en lieu et place des élus, conti­nuant à taper des points sur les tables, et scan­dant des slo­gans… « De droite, de gauche, des éco­los, l’austérité on la com­bat ! »

 

 

 

« La plupart des personnes ici ont voté pour nous »

 

 

À la clé, des scènes sur­réa­listes dans cette salle de conseil muni­ci­pal débor­dante de mani­fes­tants… Les uns annotent les éti­quettes des élus posées sur les tables et en font des pyramides.

 

"Grand rassemblement contre la politique d'austérité de la mairie de Piolle". Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

« Grand ras­sem­ble­ment contre la poli­tique d’aus­té­rité de la mai­rie de Piolle » à Grenoble, le 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Des par­ti­sans de Nuit debout dis­cutent avec Matthieu Chamussy, pré­sident du groupe d’op­po­si­tion Les Républicains – UDI – Société civile. Un syn­di­ca­liste FO tente d’ac­cé­lé­rer les choses. « On ne va pas res­ter toute la nuit ici, il faut deman­der l’an­nu­la­tion du conseil muni­ci­pal », pro­pose-t-il.

 

« La plu­part des per­sonnes ici ont voté pour nous », observe quant à lui un élu de la majo­rité. Il com­prend leur colère mais ajoute : « Il suf­fit de les prendre un par un pour leur expli­quer pour­quoi nous devons faire ce plan. Nous devons faire preuve de péda­go­gie. »

 

Ce n’est pas de péda­go­gie dont semble pour­tant avoir besoin les per­sonnes mobi­li­sées, ce soir, dans la salle, mais d’un dia­logue avec le maire. Encore que… « Les condi­tions du dia­logue ne sont pas réunies, cer­tains ne veulent pas dis­cu­ter, ils ne par­ti­ront pas tant que le plan de sau­ve­garde ne sera pas annulé. Or le plan ne peut être annulé ! », com­mente un proche du maire, dis­cu­tant avec quelques manifestants.

 

D’intervention du maire, il n’y aura point. Eric Piolle ne revien­dra pas devant les mani­fes­tants. C’est le direc­teur géné­ral des ser­vices qui vien­dra annon­cer la sus­pen­sion du conseil muni­ci­pal. Dans un com­mu­ni­qué trans­mis à la presse dans la nuit, le maire de Grenoble fait savoir : « Je suis prêt à entendre les reven­di­ca­tions de l’intersyndicale et des Grenoblois, pour autant, je condamne fer­me­ment la vio­lence déployée et l’entrave au bon fonc­tion­ne­ment démo­cra­tique de notre assem­blée. »

 

 

 

« C’était un vrai moment citoyen… »

 

 

Pour Julia, mani­fes­tante et pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Les 2 A (Alliés Alpins), l’o­pé­ra­tion de ce soir est une réus­site. Elle est venue en par­ti­cu­lier pour défendre la biblio­thèque Alliance. Elle qui vou­lait com­prendre les moti­va­tions de cette « non-concer­ta­tion » repart avec un début d’ex­pli­ca­tion, for­mu­lée par un proche du maire : « Nous aurions mis les quar­tiers en concur­rence ? C’étaient aux élus de prendre ces déci­sions. » La citoyenne gre­no­bloise n’en démord pas : « Il y a cent autres solu­tions pos­sibles plu­tôt que de fer­mer une biblio­thèque. Donnez-nous les élé­ments et on pourra y réflé­chir avec les élus et les agents. »

 

"Grand rassemblement contre la politique d'austérité de la mairie de Piolle". Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

« Grand ras­sem­ble­ment contre la poli­tique d’aus­té­rité de la mai­rie de Piolle ». Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Jean-Philippe est, lui aussi, satis­fait de la soi­rée. « C’était un vrai moment citoyen. Les parents, comme moi, étaient là jusqu’au bout, por­tés, certes, par des mani­fes­tants plus pro­fes­sion­nels. »

 

Lui aussi est venu à cause de la fer­me­ture des biblio­thèques : « Le péri­sco­laire payant selon le quo­tient fami­lial [l’une des mesures du plan, ndlr] cela ne me choque pas. Mais la fer­me­ture des biblio­thèques ? Cela n’a aucun sens… Tout le monde peut com­prendre qu’on ferme deux hôpi­taux pour en construire un plus grand et plus neuf. Mais ça ne marche pas pour les biblio­thèques ! » Et d’es­pé­rer que l’exé­cu­tif gre­no­blois puisse chan­ger d’a­vis à l’issue de ce conseil muni­ci­pal par­ti­cu­liè­re­ment « extraordinaire ».

 

 

Témoignage de Céline Cénatiempo, pré­si­dente de l’u­nion de quar­tier Village Olympique-Vigny Musset, pré­sente ce lundi et qui appelle à une mani­fes­ta­tion devant la biblio­thèque Prémol mer­credi 13 juillet.

 

 

 

 

Photos © Yuliya Ruzhechka – pla​ce​gre​net​.fr

 

 

Séverine Cattiaux, Yuliya Ruzhechka et Joël Kermabon

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Après un apéro festif devant l'Hôtel de ville, le collectif Touchez pas à nos bibliothèques interviendra au conseil municipal de Grenoble ce lundi 22 mai.
Les bibliothèques au menu du conseil municipal de ce lundi 22 mai

Le collectif Touchez pas à nos bibliothèques usera, ce lundi 22 mai, du droit d'interpeller le conseil municipal, à la faveur du dispositif d'interpellation mis Lire plus

Délégation de syndicats et de bibliothécaires en lutte au Salon du livre de Paris, vendredi 24 mars 2017. Credit FO
Plan d’économies : les grévistes débrayent à Grenoble, une délégation monte à Paris

REPORTAGE - "Le plan de sauvegarde des services publics locaux" de la Ville de Grenoble continue de faire des remous, jusqu’à Paris. Ce vendredi 24 Lire plus

uneplandesauvergardecorinnebernardcreditseverinecattiaux_opt
Corinne Bernard : “Il faut un petit peu changer ses habitudes”

ENTRETIEN - Après la fermeture des bibliothèques Prémol et Hauquelin cet été, la pétition du collectif Touchez pas à nos bibliothèques continue de circuler pour demander Lire plus

Francie Mégevand, maire d'Eybens. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr
Francie Mégevand : “Un autre type de dialogue est engagé avec les habitants”

ENTRETIEN - A mi-mandat, comment s’en sort la commune d'Eybens, dirigée par Francie Mégevand, maire (DVG - EELV) ? Les similitudes avec sa grande voisine, Grenoble, sont fortes Lire plus

Le collectif "Touchez pas à nos bibliothèques !" saisit le dispositif d'interpellation et de votation citoyenne de Grenoble. Etape 1 : la pétition....
Grenoble : la fermeture de la bibliothèque Alliance n’aura pas lieu

EN BREF - Eric Piolle a annoncé, ce vendredi 2 décembre, dans un communiqué de presse, que la Ville de Grenoble ne fermerait finalement pas la Lire plus

Le collectif "Touchez pas à nos bibliothèques !" saisit le dispositif d'interpellation et de votation citoyenne de Grenoble. Etape 1 : la pétition....
Le collectif “Touchez pas à nos bibliothèques !” lance une pétition “officielle”

FOCUS - Le collectif « Touchez pas à nos bibliothèques ! » lance une pétition dans le cadre du dispositif mis en place par la Ville de Lire plus

SDH - Le futur compte sur nous

Flash Info

|

16/10

14h42

|

|

16/10

7h48

|

|

15/10

23h27

|

|

15/10

10h12

|

|

15/10

9h14

|

|

14/10

12h03

|

|

13/10

22h57

|

|

13/10

16h18

|

|

13/10

15h31

|

|

13/10

9h38

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin