"Grand rassemblement contre la politique d'austérité de la mairie de Piolle". Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Grenoble : le conseil muni­ci­pal per­turbé, empê­ché… et reporté sine die

Grenoble : le conseil muni­ci­pal per­turbé, empê­ché… et reporté sine die

REPORTAGE MULTIMÉDIA – Des oppo­sants au plan d’économies annoncé par l’équipe muni­ci­pale d’Eric Piolle ont per­turbé le conseil muni­ci­pal lundi 11 juillet, avant de rapi­de­ment l’in­ves­tir, fai­sant fuir la quasi-tota­lité des élus. But de la manœuvre ? Dissuader le maire de mettre en œuvre ses mesures d’austérité, comme la fer­me­ture de biblio­thèques… Vers 21 heures, celui-ci a fait décla­rer l’annulation du conseil municipal.

"Grand rassemblement contre la politique d'austérité de la mairie de Piolle". Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Les mani­fes­tants au plan de « sau­ve­garde des ser­vices publics locaux » ont pris pos­ses­sion du conseil muni­ci­pal. Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« Voyez comme on va vite, à Grenoble ! On fait de la démo­cra­tie directe à pré­sent ! », fait mine d’en rire un élu éco­lo­giste, venu jeter un œil dans la salle du conseil muni­ci­pal… Ce soir, les élus ont dû céder leur place sous la pres­sion des mani­fes­tants, ren­trés de force dans l’enceinte du conseil muni­ci­pal. « C’est la deuxième fois que cela se pro­duit. La pre­mière fois, c’étaient les sala­riés de GEG », note une biblio­thé­caire syndicaliste.

Lundi 11 juillet, s’est tenu le der­nier conseil muni­ci­pal avant la trêve esti­vale et vrai­sem­bla­ble­ment l’un des plus chauds de l’année, au sens propre comme au figuré. La cause de cette « mini révo­lu­tion » ? Le « plan d’é­co­no­mies », annoncé sans pré­avis aux Grenoblois le 9 juin der­nier, qui a vrai­ment beau­coup de mal à pas­ser auprès d’un cer­tain nombre d’ha­bi­tants et de fonc­tion­naires de la Ville. Un plan d’austérité qui touche notam­ment le ser­vice de santé sco­laire, des mai­sons des habi­tants et le réseau des biblio­thèques. Celle de Prémol pour­rait ainsi fer­mer défi­ni­ti­ve­ment ses portes le 15 juillet.

Retour en images.

Reportage : Joël Kermabon.

Invasion du conseil muni­ci­pal en trois actes

Trois cents mani­fes­tants se sont retrou­vés devant l’Hôtel de Ville sur le coup de 17 h 30, ce lundi, à l’appel des syn­di­cats FO, CGT, Sud, de col­lec­tifs d’habitants, d’unions de quar­tier, de Nuit debout, ou bien encore du parti poli­tique NPA.

ConseilMunicipal11JuilletIntervention2OpposantsCreditSeverineCattiaux

Intervention, en amont du conseil muni­ci­pal du 11 juillet 2016, de col­lec­tifs d’ha­bi­tants et l’Intersyndicale… Puis rien ne s’est passé comme d’ha­bi­tude. © Séverine Cattiaux – pla​ce​gre​net​.fr

Objectif : se faire entendre, cla­mer leur hos­ti­lité farouche contre ce plan d’austérité et deman­der un mora­toire… Les col­lec­tifs d’habitants, ainsi que l’intersyndicale de la Ville ont tout d’a­bord demandé et obtenu une audience, avant le démar­rage du conseil, pour expri­mer leurs reven­di­ca­tions et livrer au maire les signa­tures recueillies suite aux péti­tions lan­cées contre le plan d’austérité et, notam­ment, les fer­me­tures de bibliothèques.

Deuxième acte du hap­pe­ning : des mani­fes­tants se sont intro­duits dans la par­tie du conseil muni­ci­pal des­ti­née au « public » et ont com­mencé à jouer leur partition.

En clair, per­tur­ber le conseil en tapant des pieds, en sif­flant ou en criant des petites phrases peu tendres à l’en­contre des élus : « La vraie com­mune, pas la fausse com­mune / Tous pour­ris, tous cor­rom­pus / Pour l’aus­té­rité, Piolle-Valls, même com­bat /  La mai­rie expulse, expul­sons la mai­rie… »

Une poignée de manifestants s'est glissée dans la partie "public" du conseil municipal pour perturber les prises de paroles © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Une poi­gnée de mani­fes­tants s’est glis­sée dans la par­tie « public » du conseil muni­ci­pal pour per­tur­ber les prises de parole. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les prises de parole étant inau­dibles, les élus se sont peu à peu éclip­sés du conseil. Certains repré­sen­tants de la majo­rité ont tenté en vain de rai­son­ner la petite dizaine de perturbateurs.

Vers 19 h 30, troi­sième acte du hap­pe­ning : les mani­fes­tants res­tés à l’extérieur du conseil – non sans faire un maxi­mum de raf­fut de leur côté – ont forcé, sans ren­con­trer de résis­tance, les portes du conseil muni­ci­pal. Ils se sont alors assis en lieu et place des élus, conti­nuant à taper des points sur les tables, et scan­dant des slo­gans… « De droite, de gauche, des éco­los, l’austérité on la com­bat ! »

« La plu­part des per­sonnes ici ont voté pour nous »

À la clé, des scènes sur­réa­listes dans cette salle de conseil muni­ci­pal débor­dante de mani­fes­tants… Les uns annotent les éti­quettes des élus posées sur les tables et en font des pyramides.

"Grand rassemblement contre la politique d'austérité de la mairie de Piolle". Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

« Grand ras­sem­ble­ment contre la poli­tique d’aus­té­rité de la mai­rie de Piolle » à Grenoble, le 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Des par­ti­sans de Nuit debout dis­cutent avec Matthieu Chamussy, pré­sident du groupe d’op­po­si­tion Les Républicains – UDI – Société civile. Un syn­di­ca­liste FO tente d’ac­cé­lé­rer les choses. « On ne va pas res­ter toute la nuit ici, il faut deman­der l’an­nu­la­tion du conseil muni­ci­pal », pro­pose-t-il.

« La plu­part des per­sonnes ici ont voté pour nous », observe quant à lui un élu de la majo­rité. Il com­prend leur colère mais ajoute : « Il suf­fit de les prendre un par un pour leur expli­quer pour­quoi nous devons faire ce plan. Nous devons faire preuve de péda­go­gie. »

Ce n’est pas de péda­go­gie dont semble pour­tant avoir besoin les per­sonnes mobi­li­sées, ce soir, dans la salle, mais d’un dia­logue avec le maire. Encore que… « Les condi­tions du dia­logue ne sont pas réunies, cer­tains ne veulent pas dis­cu­ter, ils ne par­ti­ront pas tant que le plan de sau­ve­garde ne sera pas annulé. Or le plan ne peut être annulé ! », com­mente un proche du maire, dis­cu­tant avec quelques manifestants.

D’intervention du maire, il n’y aura point. Eric Piolle ne revien­dra pas devant les mani­fes­tants. C’est le direc­teur géné­ral des ser­vices qui vien­dra annon­cer la sus­pen­sion du conseil muni­ci­pal. Dans un com­mu­ni­qué trans­mis à la presse dans la nuit, le maire de Grenoble fait savoir : « Je suis prêt à entendre les reven­di­ca­tions de l’intersyndicale et des Grenoblois, pour autant, je condamne fer­me­ment la vio­lence déployée et l’entrave au bon fonc­tion­ne­ment démo­cra­tique de notre assem­blée. »

« C’était un vrai moment citoyen… »

Pour Julia, mani­fes­tante et pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Les 2 A (Alliés Alpins), l’o­pé­ra­tion de ce soir est une réus­site. Elle est venue en par­ti­cu­lier pour défendre la biblio­thèque Alliance. Elle qui vou­lait com­prendre les moti­va­tions de cette « non-concer­ta­tion » repart avec un début d’ex­pli­ca­tion, for­mu­lée par un proche du maire : « Nous aurions mis les quar­tiers en concur­rence ? C’étaient aux élus de prendre ces déci­sions. » La citoyenne gre­no­bloise n’en démord pas : « Il y a cent autres solu­tions pos­sibles plu­tôt que de fer­mer une biblio­thèque. Donnez-nous les élé­ments et on pourra y réflé­chir avec les élus et les agents. »

"Grand rassemblement contre la politique d'austérité de la mairie de Piolle". Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

« Grand ras­sem­ble­ment contre la poli­tique d’aus­té­rité de la mai­rie de Piolle ». Grenoble, 11 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Jean-Philippe est, lui aussi, satis­fait de la soi­rée. « C’était un vrai moment citoyen. Les parents, comme moi, étaient là jusqu’au bout, por­tés, certes, par des mani­fes­tants plus pro­fes­sion­nels. »

Lui aussi est venu à cause de la fer­me­ture des biblio­thèques : « Le péri­sco­laire payant selon le quo­tient fami­lial [l’une des mesures du plan, ndlr] cela ne me choque pas. Mais la fer­me­ture des biblio­thèques ? Cela n’a aucun sens… Tout le monde peut com­prendre qu’on ferme deux hôpi­taux pour en construire un plus grand et plus neuf. Mais ça ne marche pas pour les biblio­thèques ! » Et d’es­pé­rer que l’exé­cu­tif gre­no­blois puisse chan­ger d’a­vis à l’issue de ce conseil muni­ci­pal par­ti­cu­liè­re­ment « extraordinaire ».

Témoignage de Céline Cénatiempo, pré­si­dente de l’u­nion de quar­tier Village Olympique-Vigny Musset, pré­sente ce lundi et qui appelle à une mani­fes­ta­tion devant la biblio­thèque Prémol mer­credi 13 juillet.

Photos © Yuliya Ruzhechka – pla​ce​gre​net​.fr

[slideshow_deploy id=“97469”]

Séverine Cattiaux, Yuliya Ruzhechka et Joël Kermabon

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un "Grand rendez-vous" au MIN de Grenoble samedi 10 décembre pour la fin d'année Grenoble Capitale Verte
Un « Grand ren­dez-vous » au Min de Grenoble samedi 10 décembre pour la fin d’an­née de Grenoble Capitale verte

EN BREF - Une cérémonie de "fin d'année", de "passation", de "tremplin", mais surtout pas de "clôture". C'est ainsi que la Ville de Grenoble présente Lire plus

De gauche à droite : Sandrine Martin-Grand, vice-présidente du Département de l'Isère, Mélina Herenger, vice-présidente de Grenoble-Alpes Métropole, Éric Piolle, maire de Grenoble et Maud Tavel, adjointe au maire de Grenoble et présidente du GIP agence Grenoble Capitale verte de l'Europe. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Année capi­tale verte euro­péenne : (auto)satisfecit una­nime de la Ville de Grenoble, de la Métropole et du Département de l’Isère

FOCUS - Trois jours avant la cérémonie officielle de clôture de l'année Grenoble Capitale verte européenne 2022, les principales collectivités impliquées dans sa gouvernance en Lire plus

L'opposition régionale dénonce le retrait de la bourse mobilité internationale aux étudiants de Sciences Po Grenoble
L’opposition régio­nale dénonce le retrait de la bourse mobi­lité inter­na­tio­nale aux étu­diants de Sciences Po Grenoble

FLASH INFO - C'est une décision qui ne passe pas auprès de l'opposition de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Mettant en oeuvre sa décision de supprimer les Lire plus

Le Département de l'Isère défend un budget primitif 2023 "volontariste" et "offensif" face à la crise
Le Département de l’Isère défend un bud­get pri­mi­tif 2023 « volon­ta­riste » et « offen­sif » face à la crise

FOCUS - Le Département de l'Isère s'apprête à voter son budget primitif, les 8 et 9 décembre 2022. Un budget qui se veut "volontariste" voire "offensif" Lire plus

Quatrième Saison des villes en transition les 7 et 8 décembre 2022 à Grenoble, avant une nouvelle Biennale en 2023
Quatrième Saison des villes en tran­si­tion à Grenoble, avant une nou­velle Biennale en 2023

ÉVÈNEMENT - Dans le cadre d'une semaine chargée en événements, la Ville de Grenoble organise la "quatrième saison" des "villes en transition", les mercredi 7 Lire plus

Grenoble accueille le sommet de l'Observatoire international de la démocratie participative du 7 au 10 décembre
Grenoble accueille le som­met de l’Observatoire inter­na­tio­nal de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive du 7 au 10 décembre 2022

FOCUS - La Ville de Grenoble accueille la 21e édition de la Conférence de l'Observatoire international de la démocratie participative du 7 au 10 décembre Lire plus

Flash Info

|

09/12

8h40

|

|

09/12

7h45

|

|

08/12

11h46

|

|

08/12

9h04

|

|

07/12

23h28

|

|

07/12

12h09

|

|

07/12

9h07

|

|

06/12

18h26

|

|

06/12

8h01

|

|

05/12

15h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 49 : « Le RER métro­po­li­tain grenoblois »

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Société| Manque de lits et de per­son­nel soi­gnant : grève géné­rale et illi­mi­tée depuis ce 6 décembre au CHU de Grenoble et l’hô­pi­tal de Voiron

Agenda

Je partage !