La maison des habitants Bajatière pourrait devenir complètement associative

sep article



REPORTAGE – Les habitants des quartiers de la Bajatière et d’Abbaye-Jouhaux sont désabusés, tristes et inquiets. La Ville retire en effet ses services de la maison des habitants Bajatière. Adieu soutien scolaire, médiation familiale, « pauses café », sorties familles ? Peut-être pas, mais sans doute pas dans les mêmes conditions. Les tractations sont en cours avec l’association AUESC Bajatière.

 

 

 

« Vous nous reti­rez tout ce que l’on a ! Ce n’est pas juste ! », lance, dépi­tée, Fatima, assis­tante mater­nelle, à l’endroit d’Élisa Martin, pre­mière adjointe. La mai­son des habi­tants de la Bajatière, 65 ave­nue Jean Perrot (sec­teur 4) est en effet dans le viseur du plan d’économies de l’équipe muni­ci­pale.

 

Fatima exprime son désarroi auprès Elisa Martin (PG), première adjointe de la Ville de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Fatima exprime son désar­roi à Élisa Martin (PG), pre­mière adjointe de la Ville de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Le 9 juin der­nier, Eric Piolle a annoncé un plan d’austérité. Tous les ser­vices publics de Grenoble sont tou­chés. Et le sec­teur social. Et la MDH Bajatière. La muni­ci­pa­lité veut-elle fer­mer l’équipement ? Non. Juste quit­ter le navire et confier le gou­ver­nail à l’association AUESC Bajatière (AUESCB). Du point de vue de la Ville, l’affaire est, en tous les cas, pliée.

 

L’association connaît déjà très bien les lieux, puisqu’elle y a son siège. L’AUESCB gère la halte gar­de­rie Les Loupiots, les sec­teurs Jeunesse et Enfance (soit la Maison de l’enfance, bâti­ment voi­sin de la MDH). Une équipe de 14 sala­riés à temps par­tiel tra­vaille à son ser­vice. Les liens entre la MDH Bajatière et l’association sont très étroits, au point de par­ta­ger la même direc­trice.

 

Si la reprise en main des mis­sions de la Ville par l’as­so­cia­tion semble évident pour Élisa Martin et Alain Denoyelle, adjoint à l’ac­tion sociale, l’i­dée ne réjouit guère l’association, dont les forces béné­voles sont déjà au taquet.

 

 

 

« Il ne faudrait pas qu’on coule notre association ! »

 

La pré­si­dente de l’association AUESC Bajatière, Dominique Vieu, res­sent comme la désa­gréable impres­sion d’avoir le cou­teau sous la gorge… « Nous ne sommes que des béné­voles qui consa­crons beau­coup de temps déjà à nos acti­vi­tés. Envisager, en plus, que nous pre­nions l’agrément “centre social”… C’est prendre beau­coup d’engagements. Nous devien­drions l’un des plus gros centre social asso­cia­tif de France. »

 

Mobilisation habitante contre le départ des agents de la Ville de la MDH Bajatière © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Mobilisation habi­tante contre le départ des agents de la Ville de la MDH Bajatière © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

De quoi inci­ter à la réflexion… « Il ne fau­drait pas qu’on coule notre asso­cia­tion pour avoir pris une ges­tion au-des­sus de nos moyens humains et finan­ciers », pré­vient-elle.

 

Le 23 juin der­nier, l’association a convié les élus à son conseil d’administration. Élisa Martin, Alain Denoyelle, Thierry Chastagner, élu du sec­teur 5, René de Ceglié, élu du sec­teur 4 étaient pré­sents pour expli­quer leur vision des choses. « Tous les admi­nis­tra­teurs ont à pré­sent le même niveau d’information » sou­ligne Dominique Vieu, encore très sur­prise de la tour­nure sou­daine des évé­ne­ments.

 

« On ne taris­sait pas d’éloges, il y a encore peu de temps sur notre coges­tion de la MDH, avec la Ville. Et là, la Ville se retire sans nous avoir aver­tis ! Je ne vous cache pas que la confiance est quelque peu émous­sée… »

 

 

 

« J’ai trouvé ici une famille de substitution »

 

 

Ce soir-là, les habi­tants du sec­teur se sont éga­le­ment donné ren­dez-vous vers 19 h 30 pour mani­fes­ter leur mécon­ten­te­ment et alpa­guer les élus au pas­sage. « Nous sommes d’abord tristes car des agents de la Ville sont des per­sonnes que nous appré­cions, avec qui nous sommes en confiance », affirme Samira. Or les habi­tants ont appris qu’ils allaient par­tir. Fathia, quasi en larmes, se sent lit­té­ra­le­ment aban­don­née : « J’ai trouvé ici une famille de sub­sti­tu­tion. »

 

FathiaMobilisationMaisonDesHabitantsBajatiereCreditSeverineCattiaux

Fathia et ses deux enfants devant la Maison des habi­tants Bajatière © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Elle et ses deux enfants, dont l’un est han­di­capé, fré­quentent l’é­qui­pe­ment. Fathia vient en par­ti­cu­lier trou­ver un sou­tien psy­cho­lo­gique auprès de l’assistante sociale de la MDH.

 

Nebia et Corinne – deux autres agents de l’é­quipe « centre social » gérée par la Ville –, orga­nisent, elles, le sou­tien sco­laire (une ving­taine d’en­fants sont concer­nés), les temps parents-enfants, les sor­ties familles, etc. Elles ont noué des liens avec une qua­ran­taine de familles. Les ensei­gnants de l’école Abbaye-Jouhaux n’i­ma­ginent pas com­ment ils pour­raient se pas­ser de leur tra­vail. « Nous nous concer­tons en début d’année pour repé­rer les élèves en dif­fi­culté et qui ne peuvent pas tra­vailler à la mai­son », explique l’un des trois ins­ti­tu­teurs, venus au ras­sem­ble­ment.

 

 

 

« On n’arrête pas la publicité, quand on n’a pas les moyens ! »

 

 

Membre d’un col­lec­tif de parents délé­gués et des habi­tants du quar­tier, Abdel est l’un des orga­ni­sa­teurs du ras­sem­ble­ment. Il a peine à croire, lui aussi, que la Ville puisse quit­ter la MDH.

 

Abdel El Khouja l'un des organisateurs de la mobilisation contre la décision de la Ville de se retirer de la gestion de la Maison Des Habitants Bajatière © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Abdel El Khouja l’un des orga­ni­sa­teurs de la mobi­li­sa­tion contre la déci­sion de la Ville de se reti­rer de la ges­tion de la mai­son des habi­tants Bajatière. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Depuis un an, nous menons des pro­jets inté­res­sants avec l’aide d’un agent de la MDH très effi­cace », com­mente Abdel. Grâce à cet agent, les habi­tants ont pu mettre en place un vide-gre­nier, une for­ma­tion aux gestes de secours. Un autre pro­jet est sur les rails : aider les jeunes du quar­tier à trou­ver des stages et des emplois… Verra-t-il le jour ?

 

« L’austérité, on sait que les élus doivent la gérer… déclare Abdel. Mais de là où on se situe, on voit qu’il y a des dépenses irra­tion­nelles, comme la fête des Tuiles. Et sur­tout on n’arrête pas la publi­cité [fin du contrat avec Decaux, ndlr] quand on n’a pas les moyens. 

 

Et les totems [qui rem­placent tem­po­rai­re­ment l’af­fi­chage Decaux, ndlr] auraient coûté 200.000 euros ! […] Tout le monde vou­drait vivre dans une ville avec des petits arbres et du confort visuel, mais pas si les quar­tiers doivent payer la fac­ture sociale ! J’ai voté pour cette muni­ci­pa­lité et je me retrouve, à contre-cœur, dans le camp des oppo­sants… »

 

 

 

L’AUESCB doit à présent se décider

 

 

En se reti­rant de la MDH, la Ville fait l’économie d’une équipe de cinq agents qui seront répar­tis dans d’autres ser­vices ou équi­pe­ments. « L’économie serait de 80.000 euros par an. On se demande si les béné­fices géné­rés valent le coup », doute Dominique Vieu.

 

Deux retraités signent la pétition contre le retrait de la Ville de la Maison Des Habitants Bajatiere.© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Deux retrai­tés signent la péti­tion contre le retrait de la Ville de la Maison Des Habitants Bajatiere.© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Pour faci­li­ter le recru­te­ment de futurs per­son­nels dont aurait besoin l’as­so­cia­tion – si elle reprend l’ac­ti­vité « centre social » de la Ville – la muni­ci­pa­lité pour­rait mettre à sa dis­po­si­tion, un ou deux agents…
L’AUESCB doit à pré­sent se déci­der et en toute vrai­sem­blance négo­cier un cer­tain nombre d’élé­ments avec la Ville, laquelle est par­ti­cu­liè­re­ment dure en affaires. L’association attend, en effet, depuis quelques temps déjà, que la muni­ci­pa­lité se pro­nonce sur le dos­sier de la Halte-Garderie Les Loupiots.

 

Pour équi­li­brer le bud­get de cette struc­ture, l’association AUESCB envi­sa­geait de l’a­gran­dir mais les tra­vaux coû­te­raient trop cher à la Ville. « On demande donc une aide sup­plé­men­taire de 12.000 euros à la muni­ci­pa­lité pour équi­li­brer nos comptes », indique  Marc Mallet, tré­so­rier de l’as­so­cia­tion. L’AUESCB n’a­bor­dera pas le pro­jet de reprise, sans clas­ser d’a­bord ce dos­sier-là, dixit la pré­si­dente.

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

N.B. du mer­credi 6 juillet 16 h 30 : Élisa Martin nous fait savoir, suite à la paru­tion de l’ar­ticle, qu’ « un poste d’ADL [agent de déve­lop­pe­ment local, ndlr] conti­nuera à être dédié à ce sec­teur » et que « des actions comme le sou­tien à l’organisation d’un vide-gre­nier seront main­te­nues ».

 

 

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
4636 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Vous écri­vez « La mai­son des habi­tants de la Bajatière, 65 ave­nue Jean Perrot (sec­teur 5) ».
    Mais jus­te­ment, la MDH Bajatière est dans le sec­teur 4.
    Merci pour la rec­ti­fi­ca­tion si pos­sible.

    sep article
  2. Ping : Grenoble : Comment la mairie Les verts/PG confirme l'impasse réformiste – ★ infoLibertaire.net