Appel Forêt -
A la rentrée 2017, neuf nouvelles classes ouvriront dans les écoles maternelles et primaires de Grenoble,selon les services de l’Éducation nationale.

Santé scolaire : la pilule de la remise à plat passe mal à Grenoble

Santé scolaire : la pilule de la remise à plat passe mal à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – À Grenoble, le service municipal de santé scolaire sera l’un des plus touchés par les mesures d’économies. Mais au-delà des suppressions de postes, et notamment d’assistantes sociales, c’est le fonctionnement du service qui est visé. Alors que les agents s’inquiètent de l’impact auprès des populations les plus fragiles, la Ville renvoie la balle dans le camp du Département. La partie de ping-pong continue…

 

 

 

Enfants allant à l'école. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Sur le che­min de l’é­cole. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Grenoble remet à plat son ser­vice de santé sco­laire. Bien décidé à mettre la Ville à la diète avec un plan d’économies de 14 mil­lions d’euros sur les ser­vices publics, son maire Éric Piolle avait pré­venu : « Il n’y a rien d’intouchable ni de sacralisé. »

 

Pas même un ser­vice muni­ci­pal his­to­rique. Car, à Grenoble, la santé sco­laire existe depuis 1924. Généralisés sur tout le ter­ri­toire après la Seconde Guerre mon­diale, pla­cés sous la com­pé­tence de l’État, les soins aux éco­liers avaient démarré bien avant l’heure dans la capi­tale du Dauphiné. La Ville en avait même fait l’une de ses com­pé­tences. Un ser­vice muni­ci­pal à part entière comme dans onze autres villes en France*, tra­duc­tion d’une poli­tique volon­ta­riste et avant-gardiste.

 

Une page se tour­ne­rait-elle ? Grenoble entend bien remettre à plat le fonc­tion­ne­ment de son ser­vice muni­ci­pal. La santé sco­laire, c’est 2 mil­lions d’euros de bud­get, finan­cés à hau­teur de 85 % par la Ville, 15 % par le Département, l’Éducation natio­nale et l’Agence régio­nale de santé (ARS).

 

 

 

Une baisse du budget de près de 20 %

 

 

Demain, ce bud­get sera amputé de près de 20 %. Compter autour de 400.000 euros, la Ville se refu­sant à avan­cer le moindre chiffre, pré­fé­rant par­ler de « fourchette »**.

 

Un poste de méde­cin, sur les cinq actuels, sera sup­primé. En « contre­par­tie », le nombre d’infirmières sera revu à la hausse, pas­sant de cinq à neuf. Mais les secré­taires médi­cales, de dix aujourd’hui, ne devraient plus être que six demain, voire quatre.

 

La Ville a fait ses cal­culs. Avant le plan, Grenoble comp­tait une infir­mière pour 2900 élèves et un méde­cin pour 2800 éco­liers. Demain, le ratio sera d’une infir­mière pour 1400 élèves et d’un méde­cin pour 3500 éco­liers. La moyenne natio­nale est, elle, d’une infir­mière pour 1800 élèves et d’un méde­cin pour 10.000 écoliers.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 72 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le nombre de loups en France devrait dépasser le chiffre de cinq cents. Et donc le seuil de viabilité de l'espèce que s'était fixé le gouvernement.
Loup : 21 députés de la majorité font barrage au plan de Nicolas Hulot

FIL INFO - Alors que le plan loup doit être adopté d'ici la fin du mois, vingt et un députés de la majorité plaident pour Lire plus

Pourquoi la ville de Grenoble a-t-elle choisi de réduire drastiquement ses dépenses de fonctionnement ? D'autres scénarios étaient envisageables...
Réduction des dépenses à la Ville de Grenoble : il y avait bien un plan B en 2015…

FOCUS - Toute occupée à se serrer la ceinture, la Ville de Grenoble avait, en 2015, décidé de tailler drastiquement dans ses dépenses de fonctionnement. Lire plus

Le nombre de loups pouvant être abattus passe du simple au double. Cent loups vont pouvoir être abattus en France. Quatre ont déjà été tués en Isère en 2019
Le loup “français” est-il encore… un loup ? Non, selon un collectif d’élus et d’éleveurs

FOCUS - Une étude remet en cause le nombre de loups hybrides, mi-chien mi-loup, en France. À quinze jours du début des négociations du futur Lire plus

Candidat à la présidence de la Communauté université Grenoble Alpes, Bernard Augier réclame plus de transparence et de démocratie.
L’Unef réclame une rallonge budgétaire exceptionnelle pour l’UGA

Dans une motion, l'Union nationale des étudiants de France (Unef) dénonce la responsabilité de l'État dans les difficultés budgétaires que rencontre depuis plusieurs années l'Université Lire plus

Le juge des référés a pour la 2e fois rejeté une demande de suspension du projet Cœurs de ville, cœurs de métropole. A Grenoble, les travaux se poursuivent.
CVCM : le juge de référés donne son feu vert à la poursuite des travaux

FOCUS - En rejetant le recours du collectif formé par l’association Grenoble à cœur et une centaine de riverains et commerçants, le juge des référés Lire plus

Le plan d'économies de l'université de Grenoble se traduira par une réduction du personnel (d'une centaine d'emplois) et 10 000 heures de cours de moins.
L’Université Grenoble-Alpes se serre la ceinture… sur son personnel

FOCUS - Confrontée à un déficit grandissant, l’Université Grenoble-Alpes a, pour tenter de redresser la barre, voté un plan d’économies de 13 millions d’euros. Une centaine Lire plus

Flash Info

|

30/07

12h07

|

|

29/07

19h56

|

|

28/07

16h27

|

|

28/07

12h09

|

|

28/07

9h40

|

|

27/07

20h21

|

|

27/07

12h00

|

|

27/07

10h43

|

|

26/07

10h46

|

|

25/07

12h06

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin