Attac, Alternatiba… et Nuit debout contre l’évasion fiscale devant la BNP Paribas

sep article

EN BREF – Dénoncer la fraude et l’évasion fiscale de manière pacifique et décalée ? C’était une fois encore le pari de manifestants d’Attac, d’Alternatiba et d’Action non violente Grenoble, rejoints, ce mardi 24 mai, par Nuit debout, devant les locaux de la BNP Paribas place Victor-Hugo.

 

 

 

« Il est où l’argent ? Aux Îles Caïman ! » Deux mois après leur sit-in au soleil, les militants d’Action non violente Grenoble, d’Attac et d’Alternatiba étaient de retour devant les locaux de la BNP Paribas, ce mardi 24 mai. Avec toujours le même but : dénoncer la fraude et l’évasion fiscale, la BNP ayant été épinglée pour ses filiales aux Îles Caïman, notamment dans l’affaire des Panama papers.

 

« Tous faucheurs de chaises », devant la BNP Paribas. Le mot d'ordre n'a pas changé. © Florent Mathieu - Place Gre'net

« Tous faucheurs de chaises », le mot d’ordre n’a pas changé. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

S’il n’est plus question de « faucher les chaises » dans les locaux de la banque, comme cela avait été le cas en novembre 2015, les manifestants continuent à se considérer comme des « faucheurs de chaises » et affirment leur détermination : « Nous devons agir par tous les moyens mis à notre disposition pour que les banques cessent leurs activités d’évasion fiscale. »

 

Nouveauté aujourd’hui – en dehors des chaises pliantes et du soleil qui n’étaient plus de la partie –, la participation de Nuit debout à la manifestation, ses militants ayant été informés de l’action la veille.

 

 

 

Deux fourgons de la Police nationale

 

 

Autre nouveauté, découlant peut-être de la première : la présence de deux fourgons de la Police nationale à proximité. Soit une douzaine d’hommes pour surveiller la petite cinquantaine de personnes réunies devant le siège de la BNP. Des fourgons présents bien avant le début de l’action, la police ayant visiblement été avertie en amont. Par qui ou comment ? Les organisateurs se posent la question…

 

L'infatigable Jo Briant était également de la partie pour dénoncer les Paradis Fiscaux devant la BNP Paribas. © Florent Mathieu - Place Gre'net

L’infatigable Jo Briant était de la partie pour dénoncer les paradis fiscaux. © Florent Mathieu

 

Les policiers n’ont toutefois pas eu à descendre de leur véhicule. Car la manifestation se voulait résolument pacifique, et décalée. Les consignes avant le rassemblement étaient d’ailleurs claires : « Personne ne rentre dans la banque. Pas de tags, pas de papiers laissés par terre, juste des slogans ! » Personne n’a dérogé à la règle et les manifestants ont brandi pancartes et bouées gonflables en forme de caïmans avec le sourire.

 

Un sourire d’autant plus prononcé que France Inter avait révélé le matin même que BNP Paribas allait fermer ses six filiales aux Îles Caïman. Les “faucheurs de chaise” en sont convaincus : c’est là le résultat de leur ténacité. Et Pierre-Éric, l’un des organisateurs, de promettre encore de nouvelles actions. « La BNP a 170 filiales dans différents paradis fiscaux. Tant qu’ils les auront, on continuera ! »

 

 

Florent Mathieu

 

 

 

Comptoir de prêt retour : reprise du prêt de documents dans les bibliothèques municipales de Grenoble le 27 mai 2020
commentez lire les commentaires
2799 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour,
    La prochaine action se déroulera peut-être devant la mairie de Grenoble avec
    une banderole sur le trading haute fréquence. Ou peut-être une réunion à
    Villeneuve sur les malversations financières dans les centres sociaux et une
    politique de la ville meurtrières……..
    L’anévrisme hémisphérique a frappe une grande partie de l’extrême gauche
    française. BENYOUB. A

    sep article