BNP Paribas : après le hold-up de chaises” à Grenoble, le sit-in

sep article



REPORTAGE – Les “faucheurs de chaise” d’Attac et d’ANV Cop21 sont revenus devant l’agence BNP Paribas Victor Hugo à Grenoble, ce lundi 14 mars, pour une action décalée et militante : un sit-in. L’objectif ? Dénoncer les paradis fiscaux et protester contre la convocation d’un des leurs devant la police.

 

 

 

Les chaises étaient de retour, ce lundi 14 mars 2016, cette fois pour un véri­table sit-in devant les locaux de l’a­gence BNP Paribas, située place Victor Hugo. Celle-là même où les asso­cia­tions Attac et ANV Cop21 avaient orga­nisé le vol éclair de six chaises, le 13 novembre 2015.

 

Une qua­ran­taine de mili­tants ou de sym­pa­thi­sants s’é­tait ainsi donné ren­dez-vous à 14 heures sur la place gre­no­bloise. Avec comme consigne d’a­me­ner des chaises (mais pas celles de la BNP Paribas) et d’oc­cu­per en silence le trot­toir joux­tant les locaux de la banque. Si le soleil et les sou­rires étaient de la par­tie, l’ac­tion n’en demeu­rait pas moins réso­lu­ment com­bat­tive.

 

« C'est quoi un paradis fiscal », une banderole didactique. © Florent Mathieu - Place Gre'net.

Paradis fis­cal, mode d’emploi ? © Florent Mathieu – Place Gre’net.

 

La rai­son de ce nou­veau ras­sem­ble­ment ? « Nous sommes là aujourd’­hui parce qu’une per­sonne est enten­due actuel­le­ment au com­mis­sa­riat de police, suite à l’ac­tion de réqui­si­tion de chaises du 13 novembre, la BNP Victor Hugo ayant porté plainte. Nous venons donc en sou­tien à cette per­sonne, et pour reven­di­quer cette action que nous avons menée », explique Élisabeth Martinez, membre du col­lec­tif Action non-vio­lente Cop21 et coor­di­na­trice d’Alternatiba.

 

 

 

Dites-le avec des fleurs !

 

 

« L’argent se trouve dans les para­dis fis­caux, et la BNP est la banque fran­çaise qui a le plus de filiales dans les para­dis fis­caux, dont sept dans les Îles Caïman. Nous avons réqui­si­tionné ces chaises, que nous avons ren­dues le 8 février au palais de jus­tice de Paris, en disant que l’argent pour le cli­mat existe et que nous ren­drons les chaises lors­qu’ils ren­dront l’argent qui se trouve dans les para­dis fis­caux », pour­suit la mili­tante.

 

Le pouvoir des fleurs contre le pouvoir des banques ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le pou­voir des fleurs contre le pou­voir des banques ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

Les consignes sont claires : l’oc­cu­pa­tion doit être silen­cieuse, et pas ques­tion d’en­trer dans l’a­gence de la BNP Paribas. Deux mili­tants feront tou­te­fois une entorse à la règle. Nanti d’un joli bou­quet de fleurs, ils deman­de­ront à ren­con­trer le direc­teur de l’a­gence afin de le lui offrir. « Réquisitionner ces chaises c’é­tait de l’hu­mour. Noir, certes, mais de l’hu­mour. Comme ils prennent cela très au sérieux, on choi­sit de nou­veau de jouer la carte de l’hu­mour », explique la por­teuse du bou­quet.

 

De belles jon­quilles accom­pa­gnées d’un mot : « On vous le dit avec des fleurs. Dérision, humour. Ayez l’extrême ama­bi­lité de bien vou­loir quit­ter les para­dis fis­caux. »

 

Le bou­quet, remis à un employé de l’a­gence, arri­vera bien dans les mains du direc­teur de l’é­ta­blis­se­ment. Qui a expli­qué avec le sou­rire pré­fé­rer rece­voir des fleurs que se faire « voler des chaises », mais n’a pas sou­haité s’ex­pri­mer plus avant pour la presse. Et encore moins poser avec le bou­quet.

 

 

 

« Tous fau­cheurs de chaises ! »

 

 

Pendant ce temps, à l’ex­té­rieur, des mili­tants déploient une ban­de­role, dis­tri­buent des tracts aux pas­sants, et relaient silen­cieu­se­ment des mes­sages, à l’aide de lettres déta­chables : « Tous fau­cheurs de chaises » (et non « de fraises », comme cer­tains pas­sants croi­ront lire) ou « Évasion fis­cale ».

 

Sit-in devant la BNP Paribas pour dénoncer l'évasion fiscale. © Florent Mathieu - Place Gre'net

« Évasion fis­cale ». © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’objectif était d’oc­cu­per les lieux jus­qu’à ce que la per­sonne convo­quée soit sor­tie du com­mis­sa­riat. Ce qui fut le cas une heure plus tard, à 15 heures, sous les applau­dis­se­ments des mili­tants. Et tou­jours sous un beau soleil… qui ne valait sans doute pas celui des Îles Caïman.

 

 

Florent Mathieu

 

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
3163 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.