Appel Forêt -
Bruno Chataignon, fondateur et dirigeant du groupe Pic Bois. Mountain Planet 2016, Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Trophées Cluster montagne : coup de projecteur sur quatre entreprises innovantes

Trophées Cluster montagne : coup de projecteur sur quatre entreprises innovantes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Promouvoir le savoir-faire français dans le domaine de l’aménagement de la montagne, y compris à l’international, est aujourd’hui plus que jamais un enjeu économique majeur pour les acteurs du secteur. Un défi que cherchent à relever ces professionnels à l’occasion du salon Mountain Planet qui se tient cette année du 13 au 15 avril à Alpexpo Grenoble. Zoom sur quatre entreprises françaises qui ont reçu, ce jeudi 14 avril, des Trophées Cluster Montagne pour leur caractère performant et innovant.

 

 

 

Alpexpo accueille du 13 au 15 avril à Grenoble le salon pro­fes­sion­nel Mountain Planet, consa­cré à l’aménagement de la mon­tagne été comme hiver. Alors que les bou­le­ver­se­ments éco­no­miques et cli­ma­tiques imposent des ques­tion­ne­ments à tous les acteurs du sec­teur, que la mon­tagne se doit aujourd’­hui d’être amé­na­gée de façon plus res­pec­tueuse de l’en­vi­ron­ne­ment, et équi­pée de façon à être plus acces­sible, plus sûre et plus inter­ac­tive, com­ment les entre­prises de la région relèvent-elles ces défis ?

 

 

Groupeer Technologies : « Avoir un groupe connecté correspond à nos besoins et à notre époque »

 

 

Comment les moni­teurs de ski peuvent-ils s’as­su­rer qu’au­cun membre ne s’est écarté du groupe ? Jusqu’à pré­sent – pas de secret – il fal­lait comp­ter en per­ma­nence. Groupeer Technologies pro­pose désor­mais une solu­tion high tech qui per­met d’of­frir aux adultes accom­pa­gnant les enfants un moyen de ne pas les perdre.

 

Boitier intelligent "groupeer" conçu par Groupeer Technologies. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Boîtier intel­li­gent Groupeer conçu par Groupeer Technologies. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Chaque membre du groupe a sur lui un boî­tier intel­li­gent, connecté à celui du moni­teur. Ce der­nier est alerté lors­qu’un enfant com­mence à s’é­car­ter du groupe : le boî­tier s’al­lume et com­mence à son­ner pour vite pré­ve­nir l’en­fant et l’accompagnateur.

 

Résultat ? L’enfant revient dans le groupe sans per­tur­ber l’ac­ti­vité et, sur­tout, ne risque plus de se perdre. L’entreprise à éga­le­ment déve­loppé une appli­ca­tion mobile qui peut se connec­ter au grou­peer (le petit boî­tier intel­li­gent) de l’ac­com­pa­gna­teur pour per­mettre à ce der­nier de voir qui exac­te­ment s’est écarté du groupe.

 

« On a déve­loppé une tech­no­lo­gie radio avec un petit boî­tier intel­li­gent, qui équipe chaque per­sonne du groupe et qui compte en per­ma­nence et auto­ma­ti­que­ment le nombre des per­sonnes », explique Laurent Metz, cofon­da­teur de Groupeer Technologies. Une tech­no­lo­gie ori­gi­nale qui est désor­mais brevetée.

 

« Ceci est notre avan­tage concur­ren­tiel », raconte Laurent Metz avec le sou­rire. « Ce pro­duit intel­li­gent s’a­dapte au nombre de per­sonnes dans le groupe et à l’ac­ti­vité. Il convient aussi bien à un groupe de douze per­sonnes qui fait du ski dans les mon­tagnes qu’aux familles qui se pro­mènent dans un parc d’at­trac­tion et qui ont peur de perdre leurs enfants. »

 

Ce pro­duit inno­vant, qui ren­force la sécu­rité des domaines skiables, est très bien accueilli par les moni­teurs de ski et par les écoles, à en croire le codi­ri­geant de l’en­tre­prise. Mais sur­tout par les parents qui confient leurs enfants aux éta­blis­se­ments sco­laires. « Il y a beau­coup d’in­no­va­tions pure­ment dans les skis et beau­coup moins dans les ani­ma­tions de groupes. Or, selon les moni­teurs, avoir un groupe connecté cor­res­pond à nos besoins et à notre époque. »

 

 

Co-fondateurs de Groupeer Technologies, salon Mountain Planet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Cofondateurs de Groupeer Technologies, salon Mountain Planet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Groupeer Technologies en bref

 

Groupeer Technologies a été créée en novembre 2014 par trois asso­ciés, issus des domaines de l’in­for­ma­tique, de l’électronique et des télé­com­mu­ni­ca­tions. Depuis, quatre jeunes diplô­més les ont rejoints : trois ingé­nieurs et un chargé de mar­ke­ting et de communication.

 

Pour la pro­duc­tion des boî­tiers, Groupeer Technologies s’ap­puie sur Éolane, une entre­prise située à Épierre en Savoie. Tout est donc fabri­qué en France. Et bien que le siège social de l’en­tre­prise se situe à Paris, l’en­tre­prise est très pré­sente dans la région Rhône-Alpes : cinq écoles de ski de la région se sont ainsi équi­pées de Groupeer cet hiver. « Il y a deux semaines, on a éga­le­ment fait les tests dans les sta­tions isé­roises, comme Les Deux Alpes ou encore Chamrousse », confie Laurent Metz.

 

« Comme nous n’a­vons équipé nos pre­mières écoles qu’en décembre 2015, le chiffre d’af­faires repré­sente quelques mil­liers d’eu­ros. » L’entreprise vise en revanche un chiffre d’af­faires de 150.000 d’eu­ros en 2016. Grâce à l’é­qui­pe­ment des écoles de ski, mais éga­le­ment des parcs de loi­sirs, qui repré­sentent un grand mar­ché en France et à l’in­ter­na­tio­nal. Selon le cofon­da­teur de Groupeer, ce pro­jet est en effet com­plè­te­ment repro­duc­tible à l’international.

 

 

 

Pic Bois : la signalétique ludique et éco-conçue

 

 

L’entreprise Pic Bois s’est pour sa part spé­cia­li­sée dans la concep­tion et la fabri­ca­tion de signa­lé­tique tou­ris­tique et de mobi­lier de loi­sir. « Nous tra­vaillons éga­le­ment beau­coup sur des pro­jets de valo­ri­sa­tion du patri­moine natu­rel et du patri­moine bâti, et sur les mobi­liers de repos », pré­cise Bruno Chataignon, fon­da­teur et diri­geant du groupe Pic Bois.

 

Bruno Chataignon, fondateur et dirigeant du groupe Pic Bois. Mountain Planet 2016, Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Bruno Chataignon, fon­da­teur et diri­geant du groupe Pic Bois. Mountain Planet 2016, Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« Mais ce qui nous dif­fé­ren­cie des autres est plu­tôt d’ordre phi­lo­so­phique : nous sommes très tour­nés vers l’en­vi­ron­ne­ment. Nous uti­li­sons prin­ci­pa­le­ment les bois locaux et on essaye de tenir compte de l’en­vi­ron­ne­ment dans tout ce qu’on fait. On fait en sorte que chaque année notre entre­prise ait moins d’im­pact sur l’environnement. »

 

Par exemple, tous les pro­duits de fini­tion sont main­te­nant sans for­mal­dé­hyde (toxique pour les êtres vivants), sans solvant.

 

Les locaux de l’en­tre­prise sont quant à eux chauf­fés avec les déchets de bois uti­li­sés pour les créa­tions. Et l’électricité uti­li­sée est pro­duite à par­tir de cen­trales hydro­élec­triques. « À chaque fois, ce sont des choix qui vont dans le sens de l’en­vi­ron­ne­ment », explique Bruno Chataignon. « On a aussi une qua­li­fi­ca­tion qui est très rare et même unique dans notre métier : l’éco-concep­tion. Cela veut dire que nous sommes capables de conce­voir un pro­duit en mesu­rant s’il repré­sente un pro­grès sur le plan envi­ron­ne­men­tal par rap­port à d’autres pro­duits similaires. »

 

L’entreprise mesure l’im­pact envi­ron­ne­men­tal de ses pro­duits selon huit cri­tères, dont la pol­lu­tion de l’eau, l’ef­fet de serre etc. La dis­tance par­cou­rue, la pos­si­bi­lité de sépa­rer les par­ties natu­relles des élé­ments plas­tiques (s’il y en a) à la fin de la vie des pro­duits sont aussi des cri­tères impor­tants pour le choix de ses matières pre­mières… « La situa­tion est idéale avec des pro­duits en bois : en fin de vie, le bois ne demande pas d’énergie pour être valo­risé et, en plus, il pourra four­nir de la cha­leur ! On conseille aussi nos clients dans ce domaine-là. »

 

Stand de Pic Bois. Mountain Planet 2016, Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Stand de Pic Bois. Mountain Planet 2016, Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

L’entreprise a deux autres labels qui prouvent son enga­ge­ment vis-à-vis de l’en­vi­ron­ne­ment : Iso 14001 (norme qui défi­nit une série d’exi­gences spé­ci­fiques à la mise en place d’un sys­tème de mana­ge­ment envi­ron­ne­men­tal au sein d’une orga­ni­sa­tion) et le cer­ti­fi­cat de la chaîne de tra­ça­bi­lité PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification schemes). « On peut garan­tir à nos clients que les bois uti­li­sés sont issus de forêts cer­ti­fiées et renou­ve­lées. Si, pour cer­taines com­mandes, on n’ar­rive pas à trou­ver de bois cer­ti­fié, on s’as­sure quand même que notre ven­deur s’en­gage à véri­fier que le bois ne pro­vient pas de pays qui ont une mau­vaise note en terme de cor­rup­tion », s’en­gage le chef d’entreprise.

 

Une autre par­ti­cu­la­rité de l’en­tre­prise réside dans le carac­tère ludique de sa signa­lé­tique, qui vise les jeunes publics. « Par exemple, on ne cherche pas à tout expli­quer sur un arbre, mais à don­ner les infor­ma­tions qui vont res­ter parce que le public les trouve grâce à des jeux. C’est l’apprentissage par l’ex­pé­rience vécu plu­tôt que par les infor­ma­tions lues », explique le fon­da­teur de Pic Bois. L’information lue de manière clas­sique ne marche d’ailleurs plus très bien dans son sec­teur, selon lui : « Les Suisses, par exemple, four­nissent des infor­ma­tions objec­tives et com­plètes, mais pas for­cé­ment faciles à com­prendre pour le grand public, car par­fois écrites par des scien­ti­fiques avec des termes complexes. »

 

Bruno Chataignon, fondateur et dirigeant du groupe Pic Bois. Mountain Planet 2016, Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Bruno Chataignon, fon­da­teur et diri­geant du groupe Pic Bois. Mountain Planet 2016, Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Pic Bois en bref

 

Bruno Chataignon a créé Pic Bois il y a vingt-six ans dans le dépar­te­ment de l’Ain. Aujourd’hui, c’est un groupe d’en­tre­prises avec 65 per­sonnes, dont 35 dans la région Rhône-Alpes. Selon Bruno Chataigon, ce métier est une spé­ci­fi­cité fran­çaise dans le sec­teur tou­ris­tique : dans d’autres pays, ce sont des publi­ci­taires ou des entre­prises de signa­lé­tiques rou­tières qui se chargent de la signa­lé­tique touristique.

Pic Bois pro­pose par ailleurs depuis un an ses ser­vices à des par­ti­cu­liers : les pan­neaux per­son­na­li­sés sont par­ti­cu­liè­re­ment deman­dés par des pro­duc­teurs en vente directe.

 

L’entreprise, parmi les lea­ders du mar­ché de la signa­lé­tique tou­ris­tique en France, a réa­lisé un chiffre d’af­faires de 8 mil­lions d’eu­ros en 2015 et affiche une crois­sance régu­lière de 15 à 20 % par an. Ses pro­duc­tions sont pré­sentes « dans toutes les sta­tions de ski françaises ».

 

Pic Bois, qui s’ap­puie sur la forte demande des col­lec­ti­vi­tés fran­çaises, a‑t-elle mal­gré tout besoin de se tour­ner vers l’ex­port de son savoir-faire ? « Jusqu’à pré­sent, on n’a­vait pas for­cé­ment cette néces­sité d’al­ler cher­cher les mar­chés ailleurs, ce qui devient moins vrai aujourd’­hui », pré­cise Bruno Chataignon. « On com­mence à faire de la pros­pec­tion en Suisse et bien­tôt en Belgique. »

 

 

 

Paillardet : innover pour la sécurité, sans objets connectés

 

 

« Les grosses cabines de télé­phé­riques contiennent entre 100 et 180 per­sonnes. La régle­men­ta­tion fran­çaise exige qu’en cas de panne l’exploitant trouve une solu­tion pour éva­cuer l’en­semble des per­sonnes en moins de trois heures trente. Jusque-là, en condi­tions réelles avec le maté­riel qui exis­tait, ceci n’é­tait pas pos­sible », explique Jean-François Reynaud, le direc­teur géné­ral de Paillardet.

 

Stand de l'entreprise Paillardet, salon Mountain Planet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Stand de l’en­tre­prise Paillardet, salon Mountain Planet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Avec Setam, la société d’ex­ploi­ta­tion de Val Thorens, ils ont donc réflé­chi au sys­tème qui per­met­trait de répondre à cette contrainte régle­men­taire. Résultat de cette col­la­bo­ra­tion ? La créa­tion du treuil d’é­va­cua­tion Ariane, facile à uti­li­ser sans source d’énergie. « L’idée est de pou­voir des­cendre plu­sieurs per­sonnes en même temps avec le sys­tème de va-et-vient et de pou­voir remon­ter une per­sonne lorsque trois autres des­cendent pour les besoins éven­tuels du secours ». Un dis­po­si­tif conçu pour les cabines qui contiennent au mini­mum 100 personnes.

 

Pour l’ins­tant, deux sta­tions en Savoie et une en Isère béné­fi­cient déjà de ce sys­tème : Val Thorens, Courchevel et Vaujany. À chaque fois, deux cabines de remon­tées méca­niques sont équi­pées d’un treuil. « L’innovation n’est pas for­cé­ment liée aux pro­duits connec­tés pilo­tables depuis les télé­phones por­tables », sou­ligne Jean-François Reynaud.

 

Stand de l'entreprise Paillardet, salon Mountain Planet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Stand de l’en­tre­prise Paillardet, salon Mountain Planet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

L’entreprise équipe éga­le­ment en treuils spé­ci­fiques les pom­piers… dont ceux de Tokyo ! Pourquoi les pays étran­gers se tournent-ils vers ce dispositif ?

 

« Ce treuil est com­pact, léger, mobile et facile à mettre en œuvre sur des ter­rains dif­fi­ciles », explique le direc­teur géné­ral de Paillardet.

 

Particularité de l’en­tre­prise : « Une par­tie de nos acti­vi­tés concerne les mon­tagnes, mais la glo­ba­lité du maté­riel qu’on fait répond à des besoins d’ac­cès dif­fi­cile ».

 

Quelles sont les trois régions du monde les plus inté­res­sées par ces pro­duits ? L’Europe, L’Amérique du Nord et, dans une moindre mesure, l’Amérique du Sud.

 

Pour le direc­teur de Paillardet, le mar­ché néces­site de tra­vailler en étroite col­la­bo­ra­tion avec d’autres entre­prises pour codé­ve­lop­per, au lieu de pro­po­ser seul un pro­duit fini. « En France, on a cette force d’en­cou­ra­ger les PME, de créer des grou­pe­ments d’en­tre­prises – comme le Cluster Montagnes – qui per­mettent aux acteurs de se ren­con­trer, de dis­cu­ter et d’a­van­cer ensemble. Y com­pris avec ses concur­rents pour être ensuite forts à l’ex­port. Ce qui fait notre force c’est notre dyna­misme et notre intel­li­gence : on arrive bien à trou­ver les gens, les idées et les for­ma­tions adap­tées à nos besoins. »

 

Jean-François Reynaud, le directeur générale de l'entreprise Paillardet. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Jean-François Reynaud, direc­teur géné­ral de l’en­tre­prise Paillardet. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

 

Paillardet en bref

 

Fondée en 1961 par Charles Paillardet, la société fami­liale  Paillardet a été rache­tée au fils du fon­da­teur par Jean-François Reynaud en juillet 2014.

 

Depuis trois ans, la société de dix sala­riés basée à Tours-en-Savoie réa­lise un chiffre d’af­faires d’un mil­lion d’euros.

 

« Notre volonté n’est pas de faire croître le chiffre d’af­faires de manière spec­ta­cu­laire, mais de créer des par­te­na­riats avec d’autres PME comme la nôtre pour pro­po­ser des solu­tions glo­bales », pré­cise le directeur.

 

 

 

 

 

 

Bike Solutions : proposer des espaces VTT accessibles aux familles en station

 

 

Proposer une offre acces­sible aux familles et créer un cadre pour le tou­risme durable. Telle est l’am­bi­tion de Bike Solutions, entre­prise isé­roise qui conçoit et réa­lise les espaces de pra­tique pour VTT quatre sai­sons, en ville mais sur­tout en sta­tions de ski. Un pro­jet qui s’ins­crit dans la logique de diver­si­fi­ca­tion crois­sante des sta­tions avec des acti­vi­tés estivales.

 

« Le VTT est une acti­vité qui génère du tou­risme en été, avec les retom­bés éco­no­miques signi­fi­ca­tives et de la créa­tion d’emplois », témoigne Yannick Menneron, codi­ri­geant de Bike Solutions. Selon lui, la France pos­sède en outre une exper­tise recon­nue dans les domaines d’ac­ti­vité hiver et été en montagne.

 

VTT dans le massif du Vercors. © Arcanson

VTT dans le mas­sif du Vercors. © Arcanson

« Nous sommes tout aussi bien capables de conce­voir des pistes pour les coupes du monde que de créer des par­cours pour les familles avec les enfants », explique le codi­ri­geant de Bike Solutions. « Notre cœur de métier reste tout de même les familles, par­fois débu­tantes, qui ne sont pas des grandes spé­cia­listes du vélo. L’ambiance change : avant, ce sport était éli­tiste, les pistes cyclables dans les mon­tagnes accueillant sur­tout les com­pé­ti­teurs. Pour nous, il est impor­tant de rendre la pra­tique de VTT plus acces­sible, de la démocratiser. »

 

Comment faire ? Deux pistes pour Yannick Menneron : rendre cette pra­tique la moins chère pos­sible, tout en main­te­nant la qua­lité du maté­riel. Sans oublier l’in­no­va­tion. « C’est un moyen d’a­voir des pro­jets plus inté­res­sants pour le public et donc un outil au ser­vice du déve­lop­pe­ment et du renou­vel­le­ment d’offres pour atti­rer plus de clientèle. »

 

Yannick Menneron, co-gérant de Bike Solutions. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Yannick Menneron, cogé­rant de Bike Solutions. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Bike Solutions en bref

 

Bike Solutions a été fon­dée en 2007. Depuis, l’en­tre­prise équipe bon nombre de sta­tions de la région Rhône-Alpes : La Plagne, Tignes, Val d’Isère…

 

« On tra­vaille éga­le­ment à l’in­ter­na­tio­nal, notam­ment en Norvège, mais aussi au Canada, en Russie et en Suisse », pré­cise Yannick Menneron.

 

La majo­rité des com­mandes res­tent cepen­dant celles des muni­ci­pa­li­tés et des col­lec­ti­vi­tés françaises.

 

Aujourd’hui, cinq employés tra­vaillent à temps plein au sein de l’en­tre­prise, dont le chiffre d’af­faires pour l’an­née 2015 est proche de 500.000 euros, contre 100.000 euros il y a neuf ans.

 

 

 

Remise des Trophées du Cluster Montagne 2016 lors du salon Mountain Planet. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Remise des Trophées du Cluster Montagne 2016 lors du salon Mountain Planet. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

LES QUATRE TROPHÉES DU CLUSTER MONTAGNE :

 

Trophée Montagne performante
Pic Bois (01 – Ain)

 

Trophée Montagne innovante
Paillardet (Savoie – 73)

 

Trophée Montagne internationale
Bike Solutions (Isère – 38)

 

Trophée Coup de cœur
Groupeer Technologies (Paris – 75)

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

YR

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

plan social chez Siemens
Bioenzymatic Fuel Cells développe une source d’énergie durable à base de papier

  FOCUS - Après plusieurs années de recherches, la start-up grenobloise BeFC a développé de nouvelles piles à biocarburants écologiques. Des batteries du futur au Lire plus

Les Rendez-vous Montagne mettent en lien professionnels de la filière du 26 au 28 mai
Les Rendez-vous Montagne mettent en lien les professionnels de la filière du 26 au 28 mai

  FLASH INFO – « Une plateforme d’affaires pour soutenir les entreprises françaises de la filière ». C'est ainsi que se présentent les « Rendez-vous Montagne Lire plus

Les bulles étanches développées par GSCOP et les médecins du Samu permettent d'isoler les patients covid-19. © Nicolas Beraud
Des bulles pour isoler les patients du covid-19 créée à Grenoble : une première mondiale

  FOCUS – Ingénieurs, médecins du Samu 38 et CNRS Alpes ont conjointement conçu à Grenoble des bulles permettant d’isoler les patients atteints du Covid-19. Lire plus

Culture, sport, politique, économie : Grenoble au rythme des annulations et reports sur fond de coronavirus

  FOCUS – Alors que l'épidémie de coronavirus s'étend sur le territoire, un nombre croissant d'événements et de rendez-vous – dont certains prévus de longue date – Lire plus

Solution : propriétaire d'animal Linkyvet © Linkyvet
La startup grenobloise Linkyvet lève 550 000 euros auprès d’investisseurs régionaux

  FIL INFO - Première solution française de téléconsultation vétérinaire, la jeune pousse grenobloise Linkyvet vient de réaliser une levée de fonds auprès d’investisseurs régionaux. Créée en avril Lire plus

Présentation des lauréats lors de la remise des prix par Societal Angels au restaurant "Le 5" de Grenoble mardi 11 février 2020 - crédit Place Gre'net
Transition alimentaire en Dauphiné : sept projets primés par l’association Societal Angels

  FOCUS - L'association Societal Angels a récemment présenté les sept lauréats de son appel à idées portant sur "réussir la transition alimentaire en Dauphiné" Lire plus

Flash Info

|

26/07

10h46

|

|

25/07

12h06

|

|

22/07

19h24

|

|

16/07

23h31

|

|

16/07

20h42

|

|

16/07

11h33

|

|

15/07

15h50

|

|

14/07

13h45

|

|

13/07

22h27

|

|

13/07

12h52

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin