Théâtre de Sainte-Marie‑d’en-Bas : la nouvelle équipe en ordre de marche

sep article

Notre indépendance c

EN BREF – Antonio Placer et sa compagnie, Alma musique, assurent depuis l’automne dernier la direction du Nouveau théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas situé rue Très-Cloîtres. Un bail de trois ans, pendant lequel le quartier vivra au rythme de son projet poétique baptisé “L’île de la pensée”. Au surlendemain de l’ouverture officielle avec le spectacle Chansons indignées, retour sur le temps fort organisé ce dimanche 24 janvier pour marquer l’arrivée de la nouvelle équipe aux commandes.

 

 

 

Avec l’ins­tal­la­tion récente de la nou­velle équipe qui a investi le théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas sous la direc­tion d’Antonio Placer, un vent cultu­rel “nou­veau” souffle sur le quar­tier Alma – Très Cloîtres. Après trois décen­nies de ges­tion par l’ac­teur et met­teur en scène Diden Berramdane, la véné­rable cha­pelle accueillait ce troi­sième week-end de jan­vier Chansons indi­gnées, le spec­tacle d’ou­ver­ture du pro­jet “L’île de la pen­sée”. Un pro­jet « pour célé­brer les racines d’ailleurs des gens d’ici », rap­pelle fort à pro­pos l’af­fiche pla­car­dée dans un quar­tier où vit une popu­la­tion métis­sée ou issue de l’im­mi­gra­tion.

 

La façade du théâtre Sainte-Marie-d'en-Bas. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La façade du théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’occasion aussi, ce dimanche 24 jan­vier, de mar­quer le coup avec l’i­nau­gu­ra­tion offi­cielle de l’ins­tal­la­tion d’Antonio Placer et de son équipe au Nouveau théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas, puisque c’est désor­mais sa nou­velle déno­mi­na­tion (NTSMB).

 

Au pro­gramme de ces fes­ti­vi­tés, un spec­tacle de danse offert par des habi­tants du quar­tier et leurs enfants, la visite du théâtre pour ceux qui le dési­raient et les tra­di­tion­nels dis­cours.

 

 

Le tout avant qu’une col­la­tion ne soit offerte à la cen­taine de per­sonnes et aux quelques élus pré­sents, parmi les­quels Éric Piolle, le maire de Grenoble, Corinne Bernard son adjointe à la culture, et Antoine Back, conseiller muni­ci­pal délé­gué du sec­teur 2.

 

 

 

« Accueillir l’autre, le différent, l’étranger »

 

 

« Mes ancêtres sont des chré­tiens, des juifs et des arabes et tous les sangs qui coulent en moi ont déter­miné ma vie […] L’exil m’a appris ce que je suis », a rap­pelé Antonio Placer lors de son dis­cours. « Le pro­jet que j’ai pro­posé pour le théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas et que nous avons nommé “L’île de la pen­sée” est un peu à l’i­mage de ma vie et de mon par­cours […] Accueillir l’autre, le dif­fé­rent, l’é­tran­ger, insis­ter sur les bras­sages cultu­rels, c’est ça notre his­toire », a‑t-il affirmé avec convic­tion.

 

Antonio Placer en grande discussion. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Antonio Placer en grande dis­cus­sion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Selon le nou­veau direc­teur, la créa­tion sera au cœur de ce pro­jet qui se construira avec la popu­la­tion, avec les habi­tants.

 

Il s’a­gira « d’in­ven­ter des pro­jets qui relient les gens, les âges, les cultures pour ten­ter de gué­rir notre société tel­le­ment malade d’elle-même », explique Antonio Placer.

 

Le com­po­si­teur, puisque c’est l’une de ses nom­breuses cas­quettes, en est convaincu : « Il faut aller au devant de ceux qui ne vont jamais au théâtre » et sur­tout des jeunes.

 

Mémoires d’a­do­les­cence, tel est le nom du pro­jet qu’il leur des­tine. À ces jeunes qui tra­versent « un âge com­pli­qué pen­dant lequel ils ne sont pas assez enfants et où ils ne sont pas encore adultes, je veux dire que l’a­do­les­cence pour nous c’est la pierre angu­laire de notre pas­sion, de notre tra­vail », déclare-t-il avec force.

 

 

 

Un nouvel élan pour Sainte-Marie‑d’en-Bas

 

 

« C’est une joie de fêter ce nou­vel élan pour ce joyau his­to­rique de Grenoble », s’est quant à lui féli­cité Éric Piolle. « Il y a là un lieu qui s’ouvre d’une manière ori­gi­nale et nou­velle […] et tout par­ti­cu­liè­re­ment aux habi­tants de ce quar­tier ». Selon le maire, ce qui compte c’est aussi que le théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas « n’est pas un équi­pe­ment de quar­tier mais un équi­pe­ment dans le quar­tier avec lequel il vit et il échange ».

 

Retour en images sur cette inau­gu­ra­tion. L’occasion pour Antonio Placer d’é­vo­quer les grandes lignes de son pro­jet spé­ci­fiques au quar­tier.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

Joël Kermabon

 

 

Un projet qui s’articule sur quatre axes forts

 

Le pro­jet d’Antonio Placer et de son équipe au Nouveau Théâtre de Sainte-Marie‑d’en-Bas s’ar­ti­cule autour de quatre axes forts. Tout d’a­bord, le sou­tien à ses propres créa­tions artis­tiques, qu’elles soient musi­cales ou poé­tiques. Ensuite, le sou­tien à la créa­tion artis­tique d’autres com­pa­gnies par l’accueil d’artistes en rési­dence, notam­ment pour les com­pa­gnies locales.

 

Le pro­jet vise éga­le­ment l’éducation artis­tique et cultu­relle. Priorité sera don­née aux quar­tiers de l’Alma et Très-Cloîtres ainsi qu’à des publics spé­ci­fiques (ado­les­cents, jeunes, femmes issues de l’immigration…). Enfin, le pro­jet nour­rit la volonté de s’ou­vrir à l’en­semble de l’ag­glo­mé­ra­tion et de tra­vailler en réseau avec le théâtre muni­ci­pal, la MC2 et la Régie 2C.

 

 

À lire aussi sur Place Gre’net :

 

Qui est Antonio Placer, nou­veau direc­teur du Théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas ?

 

 

 

commentez lire les commentaires
3773 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Grande admi­ra­trice de l’é­quipe de DIDEN , je suis obli­gée de dire que je ne me recon­nais pas dans ce que pro­pose la nou­velle équipe . Pas grave : je suis peut ‑être la seule .…
    Par contre l’ar­ticle du DL du 3/10 me met mal à l’aise . C’est  » à bas BERRAMDANE , vive PLACER  » ( si en plus le pre­mier est parti avec le maté­riel , c’est mal !!!! )
    Par contre on parle du suc­cès de :  » on dirait le Sud  » créé par D.B .…et le reste a‑t-il eu le même suc­cès que ce que pro­po­sait DB ?
    Remplacer qq” un ce n’est pas for­cé­ment le  » des­cendre  »
    STE MARIE D’EN BAS tel qu:il était me manque et je ne suis pas la seule… d’où ma réac­tion épi­der­mique . Merci de le lire ( et pas besoin de réponse )
    Marianne CIALDELLA

    sep article