Esmonin : Eric Piolle renvoie la balle sur le national

sep article



DÉCRYPTAGE – Nouveau rebondissement concernant le campement Esmonin, bidonville aux portes de Grenoble. Après l’annonce de son démantèlement, puis le recours devant le tribunal administratif pour ordonner son évacuation, Eric Piolle demande désormais à François Hollande, dans un courrier daté du 7 juillet 2015, de prendre ses responsabilités et de ne pas « abandonner ces familles ». Une lettre cosignée par un certain nombre d’acteurs locaux, notamment religieux, ce qui n’a pas manqué de faire réagir… Le maire s’explique.

 

 

 

Eric Piolle maire de Grenoble dans son bureau de l'hôtel de ville en mars 2015 © Paul Turenne - placegrenet.fr

© Paul Turenne – placegrenet.fr

« Il est essen­tiel que l’État demeure le garant de la jus­tice sociale et de la dignité humaine. » Ainsi se conclut la lettre qu’Éric Piolle a publi­que­ment adres­sée à François Hollande, le 7 juillet der­nier, pour inter­pel­ler les ser­vices de l’État sur la ques­tion du relo­ge­ment des Roms “rési­dant” actuel­le­ment au sein du cam­pe­ment d’Esmonin. L’épineux dos­sier prend donc une nou­velle dimen­sion, après les rebon­dis­se­ments de ces der­nières semaines.

 

À la sur­prise géné­rale, le maire de Grenoble avait en effet annoncé, en mai der­nier, le déman­tè­le­ment de ce camp que plus per­sonne n’hé­site à qua­li­fier de bidon­ville. Estimant que les condi­tions de vie de ses habi­tants se dégra­daient et que des réseaux mafieux com­men­çaient à s’y infil­trer, Éric Piolle s’é­tait tourné vers le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif pour que celui-ci en ordon­nât l’é­va­cua­tion, avec le recours aux forces de l’ordre.

 

 

 

Fin de non-recevoir

 

 

 

Une demande reje­tée le 8 juillet par la jus­tice, qui fait remar­quer que le maire a toute com­pé­tence pour pro­cé­der à ce déman­tè­le­ment et doit d’a­bord prendre un arrêté d’ex­pul­sion avant de récla­mer l’aide de l’État.

 

Palais de justice de Grenoble avec un skater Tribunal instance grande instance Prud'hommes Photo Chloé Ponset

Le tri­bu­nal de grande ins­tance © Chloé Ponset – placegrenet.fr

L’opposition n’a d’ailleurs pas man­qué de « saluer » les conclu­sions du tri­bu­nal avec une cer­taine acri­mo­nie. « Soit l’a­ma­teu­risme guide la conduite juri­dique du maire, soit cette pro­cé­dure avor­tée est la base d’une mani­pu­la­tion poli­tique des­ti­née à trom­per les Grenoblois sur la volonté poli­tique de mettre fin à cette occu­pa­tion », écrit ainsi le Modem dans un com­mu­ni­qué. Tandis qu’au Front natio­nal, Mireille d’Ornano fus­tige des lois votées par la droite comme la gauche, accu­sées de créer les condi­tions « pour que nous soyons enva­his de per­sonnes qui n’ont aucun ave­nir sur notre ter­ri­toire autre que l’assistance sociale ».

 

La Ville de Grenoble, de son côté, ne s’é­meut pas outre-mesure de ces conclu­sions. Estimant que la jus­tice lui a donné rai­son « sur le fond », elle annonce attendre les conclu­sions du tri­bu­nal de grande ins­tance, éga­le­ment saisi de la ques­tion.

 

 

 

La jeunesse, cause nationale

 

 

 

C’est dans ce contexte pour le moins hou­leux, où cer­tains – parmi les­quels les anciens maires Alain Carignon et Michel Destot – reprochent à Éric Piolle de se défaus­ser de ses res­pon­sa­bi­li­tés, que la lettre adres­sée à François Hollande a donc été ren­due publique.

 

Une jeune femme Rom porte son enfant dans ses bras dans le bidonville à proximité de la friche industrielle Allibert avenue Edmond Esmonin à Grenoble.

Quel ave­nir pour la jeu­nesse d’Esmonin ? DR

Une mis­sive dans laquelle il est demandé à l’État de trou­ver des solu­tions d’hé­ber­ge­ment aux quatre cents per­sonnes occu­pant le cam­pe­ment d’Esmonin.

La lettre prend cepen­dant le parti de dépas­ser le simple champ admi­nis­tra­tif pour évo­quer une vision sociale d’en­semble, rap­pe­lant à François Hollande son annonce sur la jeu­nesse, « grande prio­rité » de son quin­quen­nat, pour mieux le prendre au mot : « Aujourd’hui (…), la popu­la­tion du bidon­ville dit « camp d’Esmonin », dont la moi­tié sont des enfants, se tourne vers vous ».

 

« À quelques semaines de l’é­va­cua­tion du cam­pe­ment, ensemble, nous tirons la son­nette d’a­larme : une fois encore, aucun dis­po­si­tif d’État n’est prévu pour mettre digne­ment à l’a­bri les per­sonnes qui sou­haitent s’in­té­grer. De fait, toutes les condi­tions sont réunies pour qu’à nou­veau des drames humains éclatent. Les deux cents enfants seront les pre­mières vic­times. »

 

Pourquoi insis­ter autant sur la jeu­nesse ? « C’est lié au regard que l’on porte sur le futur, nous répond Éric Piolle. L’espoir d’a­voir une société en tran­si­tion et en pro­grès. Si l’on suit les pentes de la vio­lence, de des­truc­tion des soli­da­ri­tés, on ne sait pas où cela nous entraîne mais on sait que l’a­bîme est pro­fond, sans fond. C’est cela qui nous mobi­lise, qui porte un mes­sage à la fois pour le pré­sent et pour demain. »

 

 

 

L’union sacrée

 

 

 

Rien de sur­pre­nant dès lors que, dans son cour­rier, la Ville de Grenoble évoque sa vision d’un ave­nir fait de migra­tions aux­quelles l’Europe devra faire face, d’une manière ou d’une autre. Le pro­pos se veut autant prag­ma­tique qu’­his­to­rique ou phi­lo­so­phique, rai­son pour laquelle – selon Éric Piolle – il est cosi­gné par plu­sieurs digni­taires reli­gieux. En l’oc­cur­rence, l’é­vêque de Grenoble Guy de Kerimel, le rab­bin de Grenoble Nissim Sultan, le secré­taire géné­ral du dia­co­nat pro­tes­tant Jean-Marc Lefebvre ou encore Riad Azouni du Conseil des imams de l’Isère.

 

 

resizer.php

Guy de Kerimel affiche volon­tiers sa signa­ture sur le site du Diocèse de Grenoble. DR

 

« Nous échan­geons sur ces ques­tions depuis plu­sieurs mois et je crois que le mes­sage sur le pro­grès humain leur tient à cœur, estime Eric Piolle. Ils sou­haitent contri­buer à ce que les dis­cours sur les plus faibles soient des dis­cours bien­veillants, et disent quelque chose sur la façon dont on se traite soi-même. » Si la lettre est éga­le­ment signée par des repré­sen­tants du monde asso­cia­tif – Francis Silvente de la Fnars et Guy Brachet du Secours catho­lique –, ce sont bien les auto­ri­tés reli­gieuses qui appa­raissent au pre­mier plan. Et qui ont accepté, nous dit-on à la mai­rie, de signer avec enthou­siasme.

 

Une impli­ca­tion des trois grandes reli­gions mono­théistes qui sus­cite quelques émois. Pour le Parti socia­liste, à tra­vers la voix du Groupe des élus de gauche et du pro­grès, le maire de Grenoble « ins­tru­men­ta­lise la signa­ture des auto­ri­tés reli­gieuses pour béné­fi­cier de leur mora­lité et de leur res­pec­ta­bi­lité. (…) Il fait ainsi fi des prin­cipes les plus élé­men­taires de dis­tinc­tion entre le reli­gieux et le poli­tique qui est la base de la laï­cité ».

 

Jo Briant, porte-parole de la Coordination isé­roise de soli­da­rité avec les étran­gers migrants (Cisem) juge, pour sa part, « bizarre » la pré­sence de ces cosi­gna­taires reli­gieux. « Je ne vois pas très bien ce que viennent faire les reli­gions dans ce genre d’in­ter­pel­la­tion. C’est une sorte de cau­tion morale qui me paraît un peu éton­nante. Je pense qu’il ne faut pas tout mélan­ger ! », nous confie-t-il, tout en se défen­dant d’être un « laï­card ».

 

 

 

« Non à la destruction sans garantie de relogement »

 

 

 

C’est bien pour d’autres rai­sons que Jo Briant n’a pas sou­haité signer cette lettre, ce qu’on lui a pour­tant pro­posé. Grande fai­blesse du texte à ses yeux : il ne remet pas assez en cause la poli­tique gou­ver­ne­men­tale.

 

 

Bidonville avenue Edmond Esmonin à Grenoble avec des cabanes dans un camp abritant des Roms et des sans abris © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Un bidon­ville appelé à dis­pa­raître. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Et l’ac­teur asso­cia­tif de se déso­ler du manque de coopé­ra­tion entre les ins­ti­tu­tions :

« Il est clair, depuis un bon moment, qu’il n’y a aucune volonté col­lec­tive de la part de l’État, du Conseil dépar­te­men­tal, de la Métro et des com­munes de l’ag­glo­mé­ra­tion d’af­fron­ter le pro­blème et de faire en sorte que ceux qui seront expul­sés soient relo­gés. Le droit à l’hé­ber­ge­ment est un droit fon­da­men­tal. Nous disons non à la des­truc­tion du camp sans garan­tie de relo­ge­ment pour tous ! »

 

Si la lettre n’a pas obtenu de réponse offi­cielle de la part de la pré­si­dence de la République, elle a au moins per­mis des « contacts », nous dit le maire. Avant de confir­mer que le déman­tè­le­ment « dans quelques semaines » du cam­pe­ment d’Esmonin demeure une réa­lité.

 

« Mais nous vou­lons évi­ter impé­ra­ti­ve­ment – et c’est pour cela qu’on se démène – ce qui a été vécu jus­qu’à pré­sent, quand La Tronche a été éva­cuée, puis Saint-Martin-le-Vinoux, etc. Au moment où les condi­tions sani­taires, les condi­tions de risques et les condi­tions de pré­da­tion des mafias deviennent ingé­rables, on déplace le pro­blème. Il faut arrê­ter cela ! »

 

 

Florent Mathieu

 

 

De jeunes enfants s'amusent dans le bidonville avenue Edmond Esmonin à Grenoble avec des cabanes en palettes de bois dans un camp abritant des Roms et des sans abris

A lire aussi sur Place Gre’net :

 

Bidonville à Grenoble : un déman­tè­le­ment sous le feu des cri­tiques

Camps roms : sor­tir de la situa­tion par le haut ?

École : le dif­fi­cile cur­sus des enfants roms dans l’agglo

Grenoble : une jour­née avec les Roms au cœur du bidon­ville

 

 

 

commentez lire les commentaires
6115 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Bonjour,
    un compte en banque à SHANGHAI, la créa­tion d’une fausse repré­sen­ta­ti­vi­tée poli­tique des quar­tiers popu­laires, démen­te­le­ment en plein moi de juillet du cam­pe­ment d’Esmonin.….
    La poli­tique c’est tout un art,surtout celui d’en­fu­mer l’é­lec­teur.
    L’avenir de nos enfants est lar­ge­ment com­pro­mis, par un per­son­nel poli­tique sans véri­table vision de l’a­ve­nir mais sur­tout sans solu­tion face aux pro­blèmes que notre société ren­contre.

    Benyoub ABDELKADER
    « ALLONS QUARTIERS  »

    sep article
  2. Je ne sais pas si Eric Piolle a bien fait d’ap­pe­ler les com­mu­nau­tés reli­gieuses à signer la lettre à Hollande. En tout cas, cela n’a rien d’offusquant puisque sur le ter­rain, les asso­cia­tions reli­gieuses sont bien pré­sentes auprès des sans papiers, au côté des asso­cia­tions non confes­sion­nelles.

    Ce camp ne peut être détruit sans relo­ge­ment, si non, d’autres camps vont s’ou­vrir ailleurs et c’est un cercle vicieux qui s’ins­taure. La moi­tié du camp est consti­tué d’en­fants dont une grande par­tie est sco­la­ri­sée. Pourquoi les pri­ver d’é­cole en les expul­sant un peu plus loin dans l’ag­glo ? Et que fait l’aide sociale à l’en­fance du Conseil dépar­te­men­tal ? tel Ponce Pilate, elle s’en lave les mains ? juste bon à deman­der le déman­tè­le­ment du camp sans par­ler d’hé­ber­ge­ment. Et la Préfecture, digne repré­sen­tant de l’Etat qui dis­tri­bue des Obligations de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais (OQTF), his­toire de faire peur aux gens pour qu’ils partent d’eux-mêmes et dis­pa­raissent dans la nature ! quelle solu­tion huma­ni­taire à tant de détresse !!! :-((

    Si Eric Piolle a voulu qu’on parle de ce bidon­ville, il a réussi. J’espère qu’il réus­sira mieux que l’é­va­cua­tion de Pajol à Paris où les gens ont été dis­per­sés et « débrouillez-vous ». Il y a au moins une réflexion qu’on a beau­coup de mal à trou­ver dans les autres muni­ci­pa­li­tés de la Métro qui ne lèvent pas le petit doigt.

    sep article
  3. Dans la situa­tion actuelle, la vraie ques­tion de qu’elle com­mune récu­pé­rera le gros lot ? On parie : Saint Martin le Vinoux : 50 ; Echirolles : 60 ; Eybens : 40 ; Meylan : 50 ; Saint Martin d’Heres : 80 ; Grenoble : 60…?
    Comme depuis 10 ans ! Quand ce manège inhu­main s’ar­rê­tera ?
    Dans ces condi­tions, faire appel à la res­pon­sa­bi­lité de l’Etat est bien la demarche appro­priée.

    sep article
    • La com­pé­tence des gens du voyage est inter­com­mu­nale, c’est le droit com­mun. La vraie ques­tion concerne le loge­ment et les aires des gens du voyage. Je ne sais pas si vous réa­li­sez qu’Esmonin relève bien des com­pé­tences locales, la sol­li­ci­ta­tion n’est pas la bonne réponse. Dites moi bien com­ment l’Etat pour­rait agir à Esmonin sans créer un pré­cé­dent pour d’autres bidon­villes ?

      sep article
  4. Je le disais dans un pré­cé­dent post, Piolle et son équipe pour cri­ti­quer les choix du passé, ca va passe de plus en plus mal jamais je n’ai entendu autant dis­cu­ter sur le passé par des élus de plein droit en l’exer­cice de leur fonc­tion. Alors on dis­cute et on ne prend aucune déci­sion : les écoles n’ar­rivent pas, les routes sont amen­dées à coup de recours, et les loge­ments blo­qués par des dis­cus­sions autour du PLU. Piolle n’a pas pro­posé de loge­ments sociaux et a tout sim­ple­ment demandé l’ex­pul­sion d’Esmonin. Il pro­met­tait liberté en début d’an­née. Il s’est donc mordu la langue.

    Et main­te­nant le comble il prend l’é­tat pour cible…sauf qu’il s’a­git bien d’une com­pé­tence du pre­mier magis­trat de la com­mune donc lui le Maire.

    Piolle ne va pas encore par­ler du passé donc il lui faut trou­ver un res­pon­sable ailleurs : le Président de la République. Oui c’est incroyable le Président. Et les gre­no­blois ne voient pas ici un brin dd’op­por­tu­nisme.
    Jespere que la réponse du Président sera aussi ren­due publique pour mon­trer à tous la bande d’a­ma­teurs gre­no­blois inca­pables d’as­su­mer ses propres choix.
    Si Piolle croyait tenir sa majo­rité et pre­ten­dant une nou­velle fois « c’est pas moi c’est les autres » cette fois il s’est bien trompé : il doit assu­mer.
    Quant à uti­li­ser une cau­tion morale reli­gieuse, je trouve la méthode dou­teuse, l’in­dé­pen­dance de l’exé­cu­tif et de la reli­gion est consti­tu­tion­nelle. Quand on res­pon­sable on assume jus­qu’au bout sans cher­cher à endor­mir les gens.
    Au final, le pro­blème de relo­ge­ment est là, le Maire devrait plu­tot y réflé­chir. Alors quand on verra enfin de nou­veaux pro­jets à Grenoble ? Après les pro­chaines élec­tions ?

    sep article