Éclairage public : le plan lumière éclipse GEG

sep article



FOCUS – La municipalité de Grenoble vient de dévoiler son “plan lumière” pour la gestion de l’électricité publique en 2023. Après plusieurs mois de discussions, les syndicats de la société d’économie mixte (Sem) GEG se résignent à la transition, cet été, avec le nouvel opérateur Citéos.

 

 

 

La ville de Grenoble voit loin avec son plan lumière. Il ne s’a­git plus uni­que­ment de vali­der le contrat rem­porté par le grou­pe­ment privé Citéos – Vinci éner­gies – Bouygues éner­gies, au détri­ment de GEG, mais aussi d’an­non­cer un ser­vice public de l’é­clai­rage à l’ho­ri­zon 2023. Pour ce faire, la mai­rie pré­voit de créer, dès juin 2015, une régie muni­ci­pale “lumière”, confor­mé­ment aux enga­ge­ments de cam­pagne de l’an­née der­nière.

 

Le point numéro 40 “Réaliser un plan lumière” est lancé. Il devra per­mettre d’a­mé­lio­rer la qua­lité du réseau grâce aux 17,6 mil­lions d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ment sur les huit pro­chaines années.

 

 

 

 

Un calendrier pour la transition

 

 

Enseigne verte de nuit Gaz et électricité de Grenoble © GEG

Gaz Electricité de Grenoble © GEG

Le conseil muni­ci­pal devra tout de même vali­der par un vote la créa­tion de la régie “lumière” au conseil muni­ci­pal de mai et voter le bud­get en juillet. La tran­si­tion entre GEG et Citéos devrait s’ef­fec­tuer cet été « en dou­ceur », selon les termes de la mai­rie. En revanche, pas de pré­ci­sions de la mai­rie sur les pro­chaines moda­li­tés de tran­si­tion entre le nou­vel opé­ra­teur Citéos et le ser­vice public de l’é­clai­rage à venir.

 

D’après Bruno Catelin, délé­gué syn­di­cal CFE-CGC à GEG, neuf per­sonnes sont affec­tées par la perte du contrat à Grenoble. Et celui-ci de pré­ci­ser que des contrats sub­sistent dans l’ag­glo­mé­ra­tion. Les négo­cia­tions internes se pour­suivent jus­qu’au 8 mai, avec un objec­tif : ne pas sup­pri­mer d’emplois. Parmi les pistes explo­rées, des créa­tions ou d’ex­ten­sions de postes au sein de GEG mais aussi des départs anti­ci­pés volon­taires.

 

De son côté, l’op­po­si­tion de gauche et du pro­grès, menée par Jérôme Safar, a dénoncé dans un com­mu­ni­qué, ce 28 avril, le choix de la muni­ci­pa­lité « ET d’attribuer le mar­ché de l’éclairage public à Citéos ET de créer une régie char­gée de veiller à l’exécution du mar­ché attri­bué à Citeos ». Une “non déci­sion” « symp­to­ma­tique des dys­fonc­tion­ne­ments per­ma­nents de cette équipe ».

 

 

 

Un goût amer pour les syndicats

 

 

« Je ne vois pas ce que les agents de GEG y gagnent, estime Laurent Moyet, secré­taire géné­ral du syn­di­cat FO GEG. S’il y a quelque chose de posi­tif, on ne le voit pas. » Bien que le contrat perdu ne repré­sente pas plus de 2 % du chiffre d’af­faires de la Sem, c’est tout un sym­bole qui tombe puisque l’é­clai­rage public est géré par GEG depuis 1851.

 

Si les dis­cus­sions entre GEG et la mai­rie ont bien eu lieu, Laurent Moyet pré­fère rete­nir le côté posi­tif des actions de l’in­ter­syn­di­cale. « Ça nous a per­mis de gagner du temps et de conser­ver du bou­lot aux gars jusqu’au 1er sep­tembre. »

 

Manifestants salariés de GEG derrière une banderole dans les rues de Grenoble suite à la perte annoncée du marché de l'éclairage public par la Sem Gaz et électricité de Grenoble. © Muriel Beaudoing - placegrenet.fr

Les syn­di­cats CGT, FO et FCE-CGC de GEG le 20 octobre 2014. © Muriel Beaudoing – placegrenet.fr

 

GEG pour­suit, mal­gré tout, ses autres mis­sions de four­ni­ture de gaz et d’élec­tri­cité. À terme, la société d’é­co­no­mie mixte devrait rejoindre le pôle public de l’éner­gie qui sera géré par Grenoble-Alpes Métropole.

 

 

Ludovic Chataing

 

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
6212 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Ping : 23 – Créer un service public de l’énergie d’agglomération | Conseils municipaux de Grenoble

  2. Je ne com­prends pas : GEG perd l’é­clai­rage public, ce qui devrait donc faire du tra­vail en moins, mais aucune sup­pres­sion d’emploi n’est envi­sa­gée… On parle d’ailleurs aujourd’­hui de 9 emplois, alors qu’il y a quelques mois, c’é­tait 25… Mais ils vont faire quoi, ces employés muni­ci­paux ? Ils vont se mettre à 4 au lieu de 3 pour cou­per l’herbe sur les rond-points ?

    sep article
    • il me semble que c’est expli­qué dans le texte :
      « D’après Bruno Catelin, délé­gué syn­di­cal CFE-CGC à GEG, neuf per­sonnes sont affec­tées par la perte du contrat à Grenoble. Et celui-ci de pré­ci­ser que des contrats sub­sistent dans l’agglomération. Les négo­cia­tions internes se pour­suivent jusqu’au 8 mai, avec un objec­tif : ne pas sup­pri­mer d’emplois. Parmi les pistes explo­rées, des créa­tions ou d’extensions de postes au sein de GEG mais aussi des départs anti­ci­pés volon­taires. »

      sep article
      • Qui paie pour ces 9 agents ? Une bonne solu­tion serait de pro­po­ser des muta­tions au sta­tut de ces agents vers EDF ou GDF…?

        sep article
  3. Bel effort de com­mu­ni­ca­tion, on croi­rait presque que c’est une bonne nou­velle. Bref 6 mois de dis­cus­sion pour don­ner le contrat au privé et créer quand meme une regie à côté. 6 mois de recours. Le cout pour les admi­nis­trés ? Mystère.… fran­che­ment c’est un peu ridi­cule, Safar a rai­son au dela de mon opi­nion pour lui.

    sep article