Éco-pâturage : après la Bastille, trois ânes au parc Paul Mistral

sep article

EN BREF – Grenoble expérimente une nouvelle fois l’éco-pâturage. Dès ce vendredi 24 avril, trois ânes prendront leurs quartiers au parc Paul Mistral pour une dizaine de jours. A l’image de l’expérience menée sur le site de la Bastille, ce projet vise à maintenir la biodiversité des espaces verts de la Ville.

 

 

 

Des ânes vont pâturer dans le parc Paul Mistral durant 10 jours à compter du 24 avril.. © Ville de Grenoble

© Ville de Grenoble

Nouvelle expé­ri­men­ta­tion d’éco-pâturage à Grenoble. Après avoir investi le site de la Bastille, trois ânes pren­dront leurs quar­tiers dès ce ven­dredi 24 avril au parc Paul Mistral.

Durant dix jours, ces trois mam­mi­fères mis à dis­po­si­tion par la ferme Au pas de l’âne, située à Saint-Martin-le-Vinoux, pâtu­re­ront en jour­née au petit parc des Échangeurs. Ils pas­se­ront en revanche la nuit et le week-end dans un espace clos, pour leur sécu­rité. Le public pourra éga­le­ment les aper­ce­voir à l’occasion de la jour­née portes ouvertes orga­ni­sée, ce samedi 25 avril, au Centre hor­ti­cole de la ville de Grenoble.

 

 

Maintenir et gérer la biodiversité

 

 

Cette expé­rience d’éco-pâturage a pour « objec­tif de main­te­nir la bio­di­ver­sité, de lut­ter contre le risque d’incendie et de sen­si­bi­li­ser les Grenoblois à la pré­ser­va­tion de la nature en ville » explique la muni­ci­pa­lité dans un com­mu­ni­qué. Elle doit éga­le­ment per­mettre d’éviter les tontes et les fauches de l’herbe, tout en main­te­nant la zone propre et ouverte.

 

« La pâture se fera en petites par­celles, déli­mi­tées tem­po­rai­re­ment par des clô­tures élec­triques, de manière à auto­ri­ser les dépla­ce­ments des pié­tons et cycles sur le site sans les dévier. Les par­celles pâtu­rées seront inter­dites d’accès au public pen­dant la pré­sence des ani­maux, mais ceux-ci seront visibles depuis les che­mi­ne­ments exté­rieurs », ajoute la ville de Grenoble.

 

Si cette expé­rience s’avère concluante, elle pour­rait être renou­ve­lée dès cet été et même éten­due dans les années à venir à d’autres espaces verts. Des bota­nistes et ento­mo­lo­gistes éva­lue­ront, cet automne, les effets de l’éco-pâturage sur la faune et la flore locale.

 

 

Maïlys Medjadj

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net : 

Grenoble expé­ri­mente l’éco-pâturage avec cinq ânes sur la Bastille

 

 

commentez lire les commentaires
3879 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.