Éco-pâturage : après la Bastille, trois ânes au parc Paul Mistral

sep article

EN BREF – Grenoble expérimente une nouvelle fois l’éco-pâturage. Dès ce vendredi 24 avril, trois ânes prendront leurs quartiers au parc Paul Mistral pour une dizaine de jours. A l’image de l’expérience menée sur le site de la Bastille, ce projet vise à maintenir la biodiversité des espaces verts de la Ville.

 

 

 

Des ânes vont pâturer dans le parc Paul Mistral durant 10 jours à compter du 24 avril.. © Ville de Grenoble

© Ville de Grenoble

Nouvelle expérimentation d’éco-pâturage à Grenoble. Après avoir investi le site de la Bastille, trois ânes prendront leurs quartiers dès ce vendredi 24 avril au parc Paul Mistral.

Durant dix jours, ces trois mammifères mis à disposition par la ferme Au pas de l’âne, située à Saint-Martin-le-Vinoux, pâtureront en journée au petit parc des Échangeurs. Ils passeront en revanche la nuit et le week-end dans un espace clos, pour leur sécurité. Le public pourra également les apercevoir à l’occasion de la journée portes ouvertes organisée, ce samedi 25 avril, au Centre horticole de la ville de Grenoble.

 

 

Maintenir et gérer la biodiversité

 

 

Cette expérience d’éco-pâturage a pour « objectif de maintenir la biodiversité, de lutter contre le risque d’incendie et de sensibiliser les Grenoblois à la préservation de la nature en ville » explique la municipalité dans un communiqué. Elle doit également permettre d’éviter les tontes et les fauches de l’herbe, tout en maintenant la zone propre et ouverte.

 

« La pâture se fera en petites parcelles, délimitées temporairement par des clôtures électriques, de manière à autoriser les déplacements des piétons et cycles sur le site sans les dévier. Les parcelles pâturées seront interdites d’accès au public pendant la présence des animaux, mais ceux-ci seront visibles depuis les cheminements extérieurs », ajoute la ville de Grenoble.

 

Si cette expérience s’avère concluante, elle pourrait être renouvelée dès cet été et même étendue dans les années à venir à d’autres espaces verts. Des botanistes et entomologistes évalueront, cet automne, les effets de l’éco-pâturage sur la faune et la flore locale.

 

 

Maïlys Medjadj

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net : 

Grenoble expérimente l’éco-pâturage avec cinq ânes sur la Bastille

 

 

commentez lire les commentaires
3386 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.