Birdman nouveau long métrage du mexicain Alejandro González Iñárritu avec Michael Keaton

Michael Keaton magis­tral dans Birdman

Michael Keaton magis­tral dans Birdman

BLOG CINÉMA – Nouveau long métrage du mexi­cain Alejandro González Iñárritu, Birdman c’est 1 h 59 de cinéma dans les cou­lisses d’un théâtre new-yor­kais. Michael Keaton y prend son envol, secondé d’une belle et talen­tueuse bro­chette d’ac­teurs. Tous vibrent aux secousses d’une caméra qui vire­volte en un gigan­tesque plan-séquence dont on res­sort bouleversé. 

Alejandro González Iñárritu est ins­crit au pan­théon des cinéastes mexi­cains les plus pro­met­teurs et doués de leur géné­ra­tion, aux côtés de Guillermo del Toro et Alfonso Cuaron. En 2006, il est le pre­mier réa­li­sa­teur d’o­ri­gine mexi­caine à gagner le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes. Ses longs métrages Amours chiennes, 21 GrammesBabel et Biutiful lui valent un suc­cès mon­dial dont 12 nomi­na­tions aux Oscars. Mais le point d’orgue de sa car­rière implique son petit der­nier, Birdman, comé­die dra­ma­tique ayant rem­porté quatre sta­tuettes en 2014 : Meilleur scé­na­rio ori­gi­nal, Meilleure pho­to­gra­phie, Meilleur réa­li­sa­teur et sur­tout Meilleur film.

Birdman

Succès mérité ? Éhontée mas­ca­rade ? C’est que nous allons voir tout de suite, dans cette cri­tique du pre­mier film que je vois dans la fil­mo­gra­phie du mexi­cain à la mode.

Michael Keaton prend son envol

alter ego Birdman

Riggan Thomson (Michael Keaton) et son alter ego Birdman

Michael Keaton est Riggan Thomson, l’ac­teur qui incarna par trois fois ce super-héros aux ailes majes­tueuses que l’on nomme Birdman. Il porte sur ses épaules ce gigan­tesque plan-séquence tru­qué qui hausse le ton face au Gravity d’Alfonso Cuaron.

Ayant refusé de tour­ner Birdman 4 pour de gros et méchants stu­dios hol­ly­woo­diens, il ira jus­qu’à repous­ser les limites de son jeu d’ac­teur pour recon­qué­rir son public. Adapter la pièce Parlez-moi d’a­mour de Raymond Carver, tel est son défi. Riggan a du cran et des alliés fidèles, des acteurs à contre-emploi, si talen­tueux par­fois que l’on oublie­rait volon­tiers leur fic­ti­vité. Donc toutes les cartes en main pour réussir.

Riggan et Mike dans Birdman

Riggan et l’ac­teur Mike Shiner (Edward Norton)

Edward Norton en comé­dien casse-cou se char­gera d’i­ni­tier Riggan aux arcanes d’un acto­rat super-réa­liste ; ce même acto­rat qui manque cruel­le­ment au théâtre et, par exten­sion, au cinéma amé­ri­cain, dans lequel tout n’est que poudre aux yeux.

Il lui ensei­gnera quand jouer un rôle : dans la vie et non sur scène, ce que, lui, expé­ri­mente depuis de nom­breuses années. Dans un pre­mier temps, cette phi­lo­so­phie échap­pera à Riggan. Mais dans un souci de recon­nais­sance publique et un second temps, elle s’avérera sal­va­trice pour l’ac­teur. Déchu, divorcé, vieillis­sant, en conflit avec ses démons et sa fille (Emma Stone) fraî­che­ment sor­tie de cure, il pas­sera outre ses tor­tures inté­rieures pour mieux prendre son envol.

Riggan et Sam dans Birdman

Riggan et sa fille Sam (Emma Stone)

Birdman invoque en nous des sen­ti­ments contraires. Au cinéma, les his­pa­niques ont ce don si par­ti­cu­lier ; j’y réflé­chis­sais déjà dans ma cri­tique de Parle avec elle, réa­lisé par Pedro Almodóvar en 2001. Michael Keaton y offre, en tout cas, sa plus belle per­for­mance depuis Batman Returns de Tim Burton, pro­fi­tant d’in­car­ner un acteur has-been pour dres­ser le bilan de sa propre car­rière. À la fois drôle et d’une sin­cé­rité bou­le­ver­sante, il se livre aussi bien sur lui-même que sur son per­son­nage, ce qui n’est pas anodin.

Le choix du plan-séquence pour por­ter ce récit exal­tant n’est pas ano­din non plus. Il per­met à González Iñárritu de jon­gler avec beau­coup de sim­pli­cité entre dif­fé­rents degrés de réa­lité. Sans tran­si­tion, il passe de l’i­ma­gi­naire de Riggan au ration­nel de ses pré­oc­cu­pa­tions scé­niques. Arrivera-t-il à éra­di­quer la menace que repré­sente son double ? Sa pres­ta­tion à Broadway mar­quera-t-elle les esprits ? Il ne tient qu’à vous de le découvrir.

L’intelligence d’une mise en scène

Riggan vs. Mike dans Birdman

Riggan affronte Mike dans Birdman

À tra­vers sa mise en scène fluide et légère, González Iñárritu fait montre d’un savoir-faire hors du com­mun. Certains vous diront qu’elle empeste l’i­na­nité, la frime… Je ne les empê­che­rai pas de cra­cher leur venin. Toutefois, je vous prie de croire que, der­rière le plus long faux plan-séquence de l’his­toire du cinéma, se cache des inten­tions de réa­li­sa­tion par­fai­te­ment assumées.

N’espérez pas y trou­ver super-vilains, coups de feu ou défla­gra­tions mais plu­tôt “action ou vérité”, comme le célèbre jeu. Riggan n’est pas plus sur­hu­main que le com­mun des mor­tels et ne com­bat nul­le­ment le crime depuis le ciel. Si le fan­tas­tique fait quel­que­fois irrup­tion dans le récit, ce n’est pas tant pour nous éblouir que pour nous faire prendre conscience de cer­taines réalités.

J’ai per­son­nel­le­ment vécu Birdman comme une leçon de vie, un mes­sage d’es­poir. La démarche de Riggan a beau trou­ver son ori­gine dans l’or­gueil, elle reste belle et ins­ti­ga­trice de valeurs posi­tives : le cou­rage, la per­sé­vé­rance, la déter­mi­na­tion. Rares sont les scènes où il se voit endos­ser la peau du méchant.

Méchant, le public pour­rait l’être ou la plume du cri­tique d’art, même la célèbre jour­na­liste Tabitha Dickinson (Lindsey Duncan) pré­ten­dant qu’a­dap­ter la pièce de Carver, sor­tie en 1981, relève de l’esbroufe et non de l’ex­pres­sion artis­tique. Parlez-moi d’a­mour et non d’ad­mi­ra­tion ! Riggan confond-t-il ces deux sen­ti­ments ? À la fois pathé­tique et flam­boyant, Keaton crève l’écran.

Riggan, Jake et Lesley dans Birdman

Riggan, Jake (Zach Galifianakis) et Lesley (Naomi Watts)

Dans une entre­prise dif­fi­cile, la volonté déter­mine la réus­site. Ce n’est pas pour rien que l’a­dage clame « quand on veut, on peut ». Mais c’est sur­tout l’i­gno­rance qui donne des ailes, d’où le sous-titre du film (La sur­pre­nante vertu de L’Ignorance).

Candide, Riggan mène à bien sa quête du suc­cès en arpen­tant les rues, les cou­lisses et la scène. Il ne sait pas ce qui l’at­tend, quelle tour­nure pren­dront les évé­ne­ments mais il s’en contre­fout. Il va de l’a­vant. C’est la seule chose qui importe. Morpheus ne disait-il pas dans le film Matrix des frères Wachowski : « Il y a une dif­fé­rence entre connaître le che­min, et arpen­ter le che­min » ?

En conclu­sion, il vous faut décou­vrir Birdman et ce coûte que coûte. Vous y retrou­ve­rez un Keaton tout feu tout flamme dans un rôle à contre-emploi qui lui sied à mer­veille. Secondé par des acteurs au talent incon­tes­table, sa pres­ta­tion est subli­mée par une mise-en-scène inté­res­sante, en osmose par­faite avec les sujets de la scène et de l’ac­to­rat. Un régal. Mon coup de cœur du moment. Vous n’al­lez tout de même pas rater le plus long faux plan-séquence de l’his­toire du cinéma, si ?

Maxime Ducret

BirdmanBirdman

Un film de Alejandro González Iñárritu, avec Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton, Emma Stone, Noami Watts, Andrea Riseborough et Amy Ryan (États-Unis)

Genre : comé­die dramatique

Durée : 1 h 59 min
Sortie en salles le 25 février 2015

Séances : cinéma Le Club, 9 bis rue du Phalanstère à Grenoble.

Tél. : 04 76 87 46 21

M. Ducret

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Film Victoria de Sebastian Schipper
Victoria se perd dans la nuit berlinoise

BLOG CINÉMA - La tradition du plan-séquence, procédé ne datant pourtant pas d'hier, se poursuit en 2015 à travers un nouveau cru : Victoria de Sebastian Schipper. Réponse Lire plus

Affiche du film Ex Machina - intelligence artificielle
Alex Garland déve­loppe son I.A. dans Ex Machina

BLOG CINÉMA - Film de science-fiction ayant pour thème l'intelligence artificielle (I.A), Ex Machina se déroule comme un huis-clos réfléchi et anxiogène. Il s'agit de la Lire plus

Deuxième collaboration entre l'acteur Peter Ferdinando et Gerard Johnson, tous deux britanniques, Hyena nous plonge au cœur de la jungle londonienne, sur fond de drogue et de prostitution. Sans concession, ce polar nous expose ce qu'est la descente aux enfers au cinéma.
Hyena, polar sans concession

BLOG CINÉMA - Adoubé par Nicolas Winding Refn, le réalisateur Gerard Johnson dévoile son deuxième long métrage. Thriller “descente aux enfers”, Hyena nous propulse au cœur de la jungle Lire plus

UNE Lost river poster
Lost River : dans l’antre lugubre de Ryan Gosling

BLOG CINÉMA - La toute première fois de Ryan Gosling s'appelle Lost River. Thriller fantastique aux néons sombres et nourris de nombreuses inspirations, un essai concluant pour l'acteur qui, derrière la Lire plus

Film The voices
The Voices : humour et mort par Marjane Satrapi

BLOG CINÉMA - The Voices, gâterie décalée pour fans de comédies noires, est le quatrième film de Marjane Satrapi. Loin des charmes de l'Orient, il se déroule aux États-Unis, Lire plus

Inherent Vice
Inherent Vice, polar confus des seventies

BLOG CINÉMA - Inherent Vice, dernier né du cinéaste angelin Paul Thomas Anderson, nous propulse dans le Los Angeles des seventies. Le privé Larry "Doc" Sportello Lire plus

Flash Info

|

30/09

12h10

|

|

30/09

11h36

|

|

30/09

10h33

|

|

29/09

16h09

|

|

29/09

10h21

|

|

28/09

19h43

|

|

28/09

11h54

|

|

27/09

11h19

|

|

27/09

10h35

|

|

26/09

17h09

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 40 : « La res­tau­ra­tion de la tour Perret à Grenoble »

Abonnement| Rentrée poli­tique pour Isabelle Peters, nou­velle pre­mière adjointe du maire de Grenoble

À voir| La ville d’Eybens face à une pol­lu­tion aux micro­billes de pelouse syn­thé­tique suite à « des négligences »

Agenda

Je partage !