La reprise en main des Sem d’aménagement en débat à Grenoble

sep article



DÉCRYPTAGE – L’annonce du remplacement de Valérie Dioré par Pierre Kermen à la présidence des sociétés d’économie mixte (Sem) Innovia et Sages agite depuis quelques semaines le microcosme politique grenoblois. Une éviction emblématique et annonciatrice d’une reprise en main politique, selon les oppositions.

 

 

 

Jérôme Safar - Conseil municipal du 23 février 2015

Jérôme Safar – Conseil muni­ci­pal du 23 février 2015 – © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Je serai un maire à l’é­coute, un maire qui res­pecte, un maire qui ras­semble par-delà les clans ». C’est par cette cita­tion – extraite du dis­cours d’Éric Piolle, le maire de Grenoble, au soir de son élec­tion –, que Jérôme Safar, pré­sident du groupe Rassemblement de gauche, avait ouvert les hos­ti­li­tés lors du der­nier conseil muni­ci­pal.

 

Et d’en­chaî­ner : « Depuis, il n’est pas de jour où vos actes ne tra­hissent vos belles paroles et [où] la cré­di­bi­lité de vos belles pro­messes ne tend à se réduire un peu plus ».

 

L’attaque était fron­tale. En ques­tion, la récente révo­ca­tion de Valérie Dioré, direc­trice géné­rale des Sem Sages et Innovia depuis 2002. Deux socié­tés se défi­nis­sant cha­cune comme « par­te­naire opé­ra­tion­nel de la Ville de Grenoble pour les opé­ra­tions d’a­mé­na­ge­ment ». La pre­mière sur les quar­tiers de Bonne, Flaubert, Châtelet et Beauvert ; la seconde tour­née vers les « opé­ra­tions d’a­mé­na­ge­ment à carac­tère éco­no­mique », à savoir Bouchayer-Viallet et Grenoble Presqu’île.

 

 

 

« Éric Piolle n’avait rien à me reprocher »

 

 

 

Pour Valérie Dioré, la pilule a du mal à pas­ser. « En octobre 2014, M. Piolle m’a annoncé sa déci­sion de nom­mer un nou­veau direc­teur géné­ral, tout en m’ex­pri­mant sa volonté de me pro­po­ser une évo­lu­tion pro­fes­sion­nelle alter­na­tive puis­qu’il n’a­vait rien à me repro­cher », pré­ci­sait-elle dans les colonnes du  Dauphine Libéré du 25 février. Et d’af­fir­mer res­sen­tir « un sen­ti­ment d’in­jus­tice ».

 

Jérôme Safar dénonce, quant à lui, « une révo­ca­tion arbi­traire et bru­tale, cou­ron­née par un com­mu­ni­qué de presse, pour tout dire indigne, signé par Maud Tavel – l’ad­jointe en charge du per­son­nel ».

 

Conseil municipal du 23 février 2015

Conseil muni­ci­pal du 23 février 2015 – © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Un com­mu­ni­qué de presse plu­tôt laco­nique, envoyé le 29 jan­vier 2015, dans lequel Maud Tavel décla­rait : « Je me réjouis de pou­voir tra­vailler avec Pierre Kermen, dont l’ex­per­tise et l’ef­fi­ca­cité en matière d’ur­ba­nisme ont contri­bué à faire de Grenoble une ville pion­nière en matière d’in­no­va­tion sociale et d’a­mé­na­ge­ment durable. Il a aujourd’­hui la confiance du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion [de la Sem Innovia, ndlr] pour rele­ver les défis d’a­mé­na­ge­ment dans notre ville et notre agglo­mé­ra­tion ». Contactée, l’é­lue n’a pas sou­haité s’ex­pri­mer sur ce « dos­sier en cours d’ins­truc­tion », s’en tenant aux décla­ra­tions publiques faites par Eric Piolle lors du der­nier conseil muni­ci­pal.

 

 

 

Un “manque de respect” pour Jérôme Safar

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
4677 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.