Isère : J‑P Bonnetain remplace le préfet Richard Samuel

sep article



EN BREF – L’annonce est officielle : Jean-Paul Bonnetain, ancien préfet de police des Bouches-du-Rhône, a été nommé préfet de l’Isère, à l’occasion du conseil des ministres de ce mercredi 18 février. Il remplace ainsi Richard Samuel, nommé préfet hors cadre et inspecteur de l’administration en service extraordinaire.

 

 

 

Jean-Paul Bonnetain, ancien préfet de police des Bouches-du-Rhône, et nouveau préfet de l'Isère, en remplacement de Richard Samuel. © INHESJ

Jean-Paul Bonnetain, ancien pré­fet de police des Bouches-du-Rhône et nou­veau pré­fet de l’Isère, en rem­pla­ce­ment de Richard Samuel. © INHESJ

Son nom cir­cu­lait depuis quelques jours, mais cette fois ça y est, tous les doutes sont levés. Jean-Paul Bonnetain rem­pla­cera bien Richard Samuel, l’ac­tuel pré­fet de l’Isère. Le nou­veau repré­sen­tant de l’État arrive donc de Marseille, où il offi­ciait depuis 2012 en tant que pré­fet de police des Bouches-du-Rhône.

 

Né à Lyon en 1950, l’homme est loin d’être un novice. Il est notam­ment passé par l’Île de Beauté de 1998 à 2000 en tant que sous-pré­fet chargé de mis­sion pour les affaires régio­nales auprès du pré­fet de Corse et pré­fet de la Corse-du-Sud, avant de deve­nir conseiller tech­nique au cabi­net du ministre de l’in­té­rieur en sep­tembre 2000.

 

 

 

Sécurité publique et lutte contre le trafic de stupéfiants

 

 

Il a ensuite occupé, de 2004 à 2008, la fonc­tion de secré­taire géné­ral pour les affaires régio­nales auprès du pré­fet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, puis a passé un an en tant que pré­fet délé­gué à la sécu­rité de la zone Est de la France, auprès du pré­fet de la Moselle. En 2009, il a rejoint la place Beauvau, comme pré­fet hors cadre chargé de la struc­ture de coor­di­na­tion des ser­vices en matière de lutte contre le tra­fic de drogue.

 

Jean-Paul Bonnetain a ensuite été nommé pré­fet de l’Yonne en 2010, puis pré­fet de police des Bouches-du-Rhône en 2012. Force est de consta­ter que le nou­veau repré­sen­tant de l’État dans le dépar­te­ment arrive avec un solide bagage, tant en matière de sécu­rité publique que de lutte contre les tra­fics de stu­pé­fiants. Reste main­te­nant à voir si la poli­tique pré­fec­to­rale va connaître une évo­lu­tion, notam­ment, sur les ques­tions réga­liennes.

 

 

Paul Turenne

 

 

 

Salon de la préfecture de l'Isère - préfet Grenoble
A lire aussi sur Place Gre’net :

 

Le nou­veau pré­fet de l’Isère se fait attendre à Grenoble

 

 

commentez lire les commentaires
4528 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. On peut rajou­ter que ce nou­veau pré­fet connait bien le dépar­te­ment, au moins sa par­tie nord, puis­qu’il a occupé le poste de direc­teur géné­ral des ser­vices du Syndicat d’Agglomération Nouvelle (San) de la Ville Nouvelle de l’Isle d’Abeau entre 1988 et 1991.
    Maintenant, vu son âge, il ne va pas res­ter très long­temps avant la retraite, peut être 1 an. Que va-t-il pou­voir faire ? gérer les affaires cou­rantes ? Nous aime­rions qu’il s’in­té­resse plus que son pré­dé­ces­seurs aux pro­blèmes sociaux. Une par­tie de la délin­quance y est liée.

    sep article