La Romanche à Jarrie © Clé Drac-Romanche

Pollution chi­mique de la Romanche et du Drac : rejet des recours de Raymond Avrillier contre les auto­ri­sa­tions préfectorales

Pollution chi­mique de la Romanche et du Drac : rejet des recours de Raymond Avrillier contre les auto­ri­sa­tions préfectorales

FOCUS - Saisi par Raymond Avrillier, le tribunal administratif de Grenoble a rejeté, les 8 et 18 janvier 2024, ses demandes de suspension des arrêtés préfectoraux autorisant Arkema et Framatome, sur la plateforme chimique de Jarrie, à déverser des polluants dans la Romanche et le Drac. Et ce, à hauteur des champs de captage d'eau potable, souligne le militant de l'Ades. L'association fustige la décision du juge des référés invoquant l'absence d'urgence, au motif que ces autorisations préfectorales "n'entraîneraient pas une aggravation" de la pollution.

"Il convient désormais de considérer qu’il n’y a aucune urgence à suspendre des décisions illégales faisant courir des risques majeurs à la population (ici l’approvisionnement en eau potable) tant que ces décisions n’aggravent pas les risques." Amère, l'Ades2Association démocratie écologie solidarité tacle vivement, dans un communiqué publié vendredi 19 janvier 2024, le rejet par le tribunal administratif des requêtes de Raymond Avrillier concernant la pollution de la Romanche et du Drac.

Pollution de la Romanche et du Drac : Raymond Avrillier débouté

Le tribunal administratif a rejeté les requêtes de Raymond Avrillier (Ades), qui demandait la suspension des arrêtés préfectoraux autorisant les rejets de polluants dans la Romanche et le Drac par Framatome et Arkema. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Le militant écologiste demandait notamment au juge des référés la suspension de deux arrêtés préfectoraux pris les 19 septembre et 19 octobre 2023. Lesquels autorisaient respectivement les sociétés Framatome et Arkema, basées sur la plateforme chimique de Jarrie, "à déverser des tonnes de polluants dans la Romanche et dans le Drac", selon l'Ades.

Arkema, sur la plateforme chimique de Jarrie, est autorisée à déverser des polluants dans la Romanche à l’aval de Vizille et dans le Drac à l’aval du barrage de Notre-Dame-de-Commiers. © Anne Guillet-Caillot

Ceci, ajoute l'association, "à hauteur des champs de captage de notre eau potable d’un demi-million d’usagers de l’agglomération, et de nos puits d’eau potable propriétés publiques de la métropole dans la plaine de Reymure, sous la responsabilité de la régie publique des eaux de Grenoble Alpes Métropole".

Raymond Avrillier pointe "le risque pesant sur la qualité de l'eau potable"

Pourtant, souligne l'Ades dans son communiqué, ces autorisations préfectorales "violent l’arrêté de déclaration d’utilité publique des champs de captage de la plaine de Reymure". Elle cite ainsi les termes de cet arrêté du préfet de l'Isère, daté du 9 octobre 1967 et stipulant que "tout déversement d’eaux usées ou polluées chimiquement est interdit dans la Romanche à l’aval de Vizille, et dans le Drac à l’aval du barrage de Notre-Dame-de-Commiers".

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 52 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Une réflexion sur « Pollution chi­mique de la Romanche et du Drac : rejet des recours de Raymond Avrillier contre les auto­ri­sa­tions préfectorales »

  1. sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Nouvelle plainte de Raymond Avrillier contre la prolongation de concession des autoroutes
Nouvelle plainte de Raymond Avrillier contre la pro­lon­ga­tion de conces­sion des autoroutes

FLASH INFO - Raymond Avrillier revient à la charge contre l'accord de prolongation de concession des autoroutes à des entreprises privées décidées en 2015. Le Lire plus

Le bassin versant du Drac et de la Romanche alimente en eau la grande région urbaine de Grenoble. Un réservoir à mieux protéger.
Pollution des eaux du Drac : les com­munes d’Échirolles et Pont-de-Claix portent plainte contre Vencorex

FLASH INFO - Les communes d'Échirolles et de Pont-de-Claix ont annoncé, le 7 avril 2023, leur intention de déposer plainte contre l'entreprise Vencorex, qui exploite Lire plus

© Grenoble-Alpes Métropole
Alerte sur l’eau potable de l’ag­glo­mé­ra­tion de Grenoble : des traces de pol­lu­tion détec­tées dans la nappe phréatique

FOCUS - La principale ressource en eau potable des habitants de l'agglomération de Grenoble serait-elle menacée par des polluants chimiques ? Ce scénario cauchemardesque est Lire plus

La plateforme chimique de Pont-de-Claix - © Raphaëlle Denis - Place Gre'net
Plateformes chi­miques de Jarrie et Pont-de-Claix : France nature envi­ron­ne­ment demande un réel suivi sani­taire des riverains

EN BREF - France nature environnement (FNE) Isère est revenue, jeudi 30 mars 2023, sur l'étude de zone du sud grenoblois, close fin 2022. Celle-ci Lire plus

© Manuel Pavard - Place Gre'net
Explosion dans l’u­sine chi­mique d’Arkema à Jarrie : incen­die maî­trisé, pas de blessé, de pol­lu­tion ni de toxi­cité relevés

EN BREF - Une explosion s'est produite ce jeudi 10 novembre 2022 au matin dans l'usine Arkema, sur la plateforme chimique de Jarrie. Un site Lire plus

Raymond Avrillier au local de l'Ades. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Région Auvergne Rhône-Alpes : Raymond Avrillier révèle un juge­ment du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif « rap­pe­lant à l’ordre » Laurent Wauquiez

DÉCRYPTAGE - Raymond Avrillier, membre de l'Association écologie démocratie solidarité (Ades), a révélé ce mardi 15 mars 2022 que le tribunal administratif de Lyon avait Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !