Suite à la polémique autour de la pièce Les Copains d'en bas, la compagnie annule sa représentation à Grenoble

Grenoble : la repré­sen­ta­tion de la pièce Les Copains d’en bas annu­lée après la polé­mique autour du deal

Grenoble : la repré­sen­ta­tion de la pièce Les Copains d’en bas annu­lée après la polé­mique autour du deal

FOCUS – La repré­sen­ta­tion d’une pièce bap­ti­sée Les Copains d’en bas, pré­vue mardi 9 jan­vier quar­tier Saint-Bruno à Grenoble, a sus­cité la polé­mique. En cause ? Alors que la pièce relate l’a­ven­ture d’un jeune couple ayant décidé de vivre en cité HLM, la Ville de Grenoble a rajouté sur l’af­fiche la men­tion : « Comment vivre au quo­ti­dien à proxi­mité d’un point de deal ? » Par voie de com­mu­ni­qué, la com­pa­gnie a fina­le­ment annoncé annu­ler la représentation.

C’est une repré­sen­ta­tion qui n’est pas pas­sée inaper­çue. Mardi 9 jan­vier 2024, la com­pa­gnie isé­roise Artiflette, basée à Barraux, devait pré­sen­ter sa pièce Les Copains d’en bas à l’au­di­to­rium du Moonshot Labs, cours Berriat à Grenoble. Le synop­sis ? « Ben et Charlotte, la tren­taine, ont décidé d’aller habi­ter dans une cité HLM, pour vivre la fameuse mixité sociale [et] sont bal­lot­tés entre de magni­fiques moments por­teurs de sens et l’immersion de la vio­lence dans le quo­ti­dien de la cité », décrit Artiflette.

La mention "Comment vivre au quotidien à proximité d'un point de deal" ne figure pas sur l'affiche originale de la pièce Les Copains d'en bas, et a été rajoutée par la Ville de Grenoble. © Artiflette

La men­tion « Comment vivre au quo­ti­dien à proxi­mité d’un point de deal » ne figure pas sur l’af­fiche ori­gi­nale de la pièce Les Copains d’en bas, et a été rajou­tée par la Ville de Grenoble. © Artiflette

Pas de quoi sus­ci­ter de (grosse) polé­mique jus­qu’ici… sauf que la Ville de Grenoble, par­te­naire de la repré­sen­ta­tion, a cru bon d’a­jou­ter un sous-titre sur l’af­fiche du spec­tacle : « Comment vivre au quo­ti­dien à proxi­mité d’un point de deal ? » Un sous-titre qui ne figure pas sur l’af­fiche ori­gi­nale, ni dans les élé­ments de com­mu­ni­ca­tion de la com­pa­gnie Artiflette. Ceux-ci, au contraire, ne men­tionnent jamais la ques­tion du tra­fic de drogue… même lors­qu’ils évoquent « des jeunes qui s’installent dans [la] cage d’escalier » du couple.

Une repré­sen­ta­tion qui sus­cite de nom­breuses réactions

Il n’en fal­lait pas plus pour voir l’af­fiche sus­ci­ter des réac­tions iro­niques ou scan­da­li­sées, selon les cas. « Entre zoo-HLM et copain-dea­ler, vivez l’expérience ! », moque ainsi l’é­lue d’op­po­si­tion de Grenoble Émilie Chalas.

Quant à Alain Carignon, meilleur ennemi du maire de Grenoble, il fus­tige l’i­ni­tia­tive en la dési­gnant comme « une cam­pagne [de la muni­ci­pa­lité] pour apprendre à vivre avec un point de deal ». « Va-t-elle leur indi­quer aussi com­ment évi­ter une balle per­due ? », ajoute l’opposant. 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 71 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Florent Mathieu

Auteur

2 réflexions sur « Grenoble : la repré­sen­ta­tion de la pièce Les Copains d’en bas annu­lée après la polé­mique autour du deal »

  1. Déjà, pour la léga­li­sa­tion du can­na­bis, ce qui revient à dire que les dea­lers sont de simples com­mer­çants, voici ce que la mai­rie disait des « copains d’en bas » :
    « Ces gens qui tra­vaillent dans les quar­tiers n’ont pas de contrat de tra­vail, ils ne cotisent pas à la retraite, ils ne cotisent pas à l’Urssaf, ils n’ont pas les 35 heures, ils n’ont pas de congés payés. Ce sont qua­si­ment des esclaves ! »
    https://​www​.pla​ce​gre​net​.fr/​2​0​1​9​/​1​0​/​2​6​/​e​t​u​d​e​-​j​e​u​n​e​s​-​d​r​o​g​u​e​-​a​g​g​l​o​/​5​3​1​423

    sep article
  2. Quel mépris pour les habi­tants du quar­tier St Bruno.
    O. Bertrand, sous cou­vert de son » Maire » , c’est la paire
    gagnante d’une mai­rie diri­gée par des imbéciles.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Trafic de drogue place Saint-Bruno à Grenoble : les habi­tants ulcé­rés et dému­nis en quête de solution

REPORTAGE - Entre 150 et 200 personnes se sont réunies à l'Ampérage, à Grenoble, mercredi 22 novembre 2023, à l'appel de l'union de quartier Berriat Lire plus

Violences à Saint-Bruno : la bande cher­chant à reprendre le point de deal a été « iden­ti­fiée », confie le pro­cu­reur de la République

EN BREF - Après les violences entre trafiquants de stupéfiants ayant émaillé le quartier Saint-Bruno, à la fin août 2023, le procureur de la République Lire plus

Grenoble : dans le quar­tier Saint-Bruno, les auto­ri­tés tentent de jugu­ler les vio­lences entre tra­fi­quants rivaux

FOCUS - Une vague de violences a touché le quartier Saint-Bruno, à Grenoble, à la fin août 2023, dans le cadre d'une lutte de territoires Lire plus

Place Saint-Bruno lundi 5 octobre 2020 © Simon Marseille - Place Gre'net
Grenoble : le quar­tier Saint-Bruno, miné par les vio­lences, théâtre de la lutte de ter­ri­toires entre tra­fi­quants de stupéfiants

FOCUS - Mardi 29 août 2023, la police a massivement investi la place Saint-Bruno, à Grenoble, lors d'une opération menée conjointement par le parquet et Lire plus

Grenoble : vaste opé­ra­tion de police dans le quar­tier Saint-Bruno après les vio­lences de ces der­niers jours

FOCUS - Quelque 70 policiers ont été déployés sur la place Saint-Bruno, à Grenoble, mardi 29 août 2023, en fin d'après-midi et en début de Lire plus

La police à la recherche d'un potentiel violeur en série sur Grenoble, avec déjà huit victimes à son actif
Coups de feu, rixes… et bar­ri­cades : la place Saint-Bruno de Grenoble de nou­veau le théâtre de violences

FLASH INFO - Des coups de feu, des rixes... mais aussi des barricades dressées sur la place Saint-Bruno de Grenoble. Celle-ci a ainsi de nouveau Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !