JO d’hi­ver 2030 : un ras­sem­ble­ment fes­tif contre la can­di­da­ture des Alpes fran­çaises à Saint-Martin-d’Hères

JO d’hi­ver 2030 : un ras­sem­ble­ment fes­tif contre la can­di­da­ture des Alpes fran­çaises à Saint-Martin-d’Hères

REPORTAGE - Une soixantaine de personnes se sont réunies samedi 6 janvier 2024 près du rond-point d'Ikea, à l'entrée de Saint-Martin-d'Hères, pour protester contre la candidature des Alpes françaises aux Jeux olympiques d'hiver 2030. Un rassemblement festif organisé à l'initiative du comité grenoblois des Soulèvements de la Terre, qui relayait l'appel à la mobilisation lancé par le collectif No JO dans plusieurs lieux des régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La plupart ont revêtu leur tenue de ski : combinaison, masque, casque ou bonnet... Une manière symbolique de "montrer qu'on n'est pas opposés au ski ou aux sports d'hiver, mais bien à l'organisation de JO dans les Alpes, dans le contexte actuel de dérèglement climatique", explique un manifestant. Une soixantaine de militants ont participé samedi 6 janvier 2024, près du rond-point d'Ikea, à Saint-Martin-d'Hères, à ce rassemblement festif contre la candidature française aux Jeux olympiques d'hiver 2030.

Tous ont répondu à l'appel à la mobilisation lancé par le collectif No JO - basé dans les Hautes-Alpes - dans plusieurs lieux simultanés ce même jour : à Chambéry, au péage de La Saulce-Tallard (Hautes-Alpes) sur l'A51, à Aix-en-Provence et donc dans l'agglomération grenobloise, où le comité grenoblois des Soulèvements de la Terre était aux manettes. Un rassemblement non déclaré mais "sans action de blocage", précisaient les organisateurs.

Un programme perturbé par la présence de la police

L'objectif était plutôt d'effectuer "une animation du rond-point" pour démontrer "l'absurdité de ces JO". Mais les manifestants ont finalement dû revoir leurs plans. Car, malgré les précautions prises et un lieu de rendez-vous tenu secret jusqu'au dernier moment, la police était déjà présente sur les lieux à leur arrivée.

Après négociations avec les forces de l'ordre, le rassemblement a néanmoins pu se tenir, mais avec des conditions très restrictives : interdiction de déployer une banderole et même de s'approcher du rond-point, les militants étant tenus à l'écart sur une bande de terre, derrière le talus. Rassemblés autour d'une fanfare, ceux-ci ont tout de même manifesté leur ferme opposition à ces "JO totalement anachroniques".

"On préfèrerait que les fonds publics aident à la transition pour les stations qui vont souffrir du changement climatique."

"Les présidents de Région ont beau dire que ce seront des JO écologiques, on a certains doutes", ironise Sébastien, membre des Soulèvements de la Terre. "Je pense qu'on ne défend pas la même vision de l'écologie. Quand ils nous disent que ce sera décarboné, qu'il y aura des dameuses à hydrogène, on préfèrerait que les fonds publics aident à la transition pour les stations qui vont souffrir du changement climatique."

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 61 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

2 réflexions sur « JO d’hi­ver 2030 : un ras­sem­ble­ment fes­tif contre la can­di­da­ture des Alpes fran­çaises à Saint-Martin-d’Hères »

  1. sep article
  2. Finalement, tous les argu­ments avan­cés contre l’or­ga­ni­sa­tion des JO (res­sources en eau, CO2,.…) deviennent caducs pour ces mani­fes­tants en com­bi­nai­sons de ski quand il s’a­git de leurs loi­sirs en sta­tion avec pistes pré­pa­rées, remon­tées méca­niques, bref »touche pas à mon ski » et rien à cirer (damer)” de la société’l”

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

JO d’hi­ver 2030 : la can­di­da­ture des Alpes fran­çaises, un « non-sens éco­lo­gique, éco­no­mique et démo­cra­tique » pour les opposants

FOCUS - Le CNOSF1Comité national olympique et sportif français, le CPSF2Comité paralympique et sportif français et les Régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur ont officialisé, le Lire plus

JO d’hi­ver 2030 : le conseil muni­ci­pal rejette deux vœux deman­dant d’in­té­grer les équi­pe­ments gre­no­blois à la can­di­da­ture française

FOCUS - Le conseil municipal de Grenoble a rejeté, lundi 18 décembre 2023, deux vœux proposés par les groupes d'opposition Nouveau regard et l'Avenir ensemble Lire plus

JO d’hi­ver 2030 : les élus éco­lo­gistes au Département de l’Isère veulent des Jeux « exem­plaires en matière sociale et écologique »

FOCUS - Les élus du groupe Isère Écologie et Solidarités (IES) au Département de l'Isère ont réagi, mardi 5 décembre 2023, au feu vert donné Lire plus

JO d’hi­ver 2030 : des élus plaident pour inté­grer Grenoble et l’Isère à la can­di­da­ture fran­çaise, adou­bée par le CIO

FOCUS - Le Comité international olympique (CIO) a décidé, mercredi 29 novembre 2023, de ne retenir que la candidature des Alpes françaises pour le "dialogue Lire plus

Jeux olym­piques d’hi­ver 2030 : l’Isère absente du dos­sier de can­di­da­ture des Alpes françaises

FLASH INFO - Le CNOSF3Comité national olympique et sportif français, le CPSF4Comité paralympique et sportif français et les Régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur ont présenté, Lire plus

Enfant qui fond du vélo sur l'anneau de vitesse parc Paul Mistral.
JO d’hi­ver 2030 : le groupe AEC veut inté­grer l’an­neau de vitesse de Grenoble et l’Isère à la can­di­da­ture des Alpes françaises

FLASH INFO - La carte des sites de la candidature des Alpes françaises aux Jeux olympiques et paralympiques d'hiver 2030, présentée mardi 7 novembre 2023, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !