© RC Romans-Péage / Facebook

Meurtre de Thomas : la sec­tion de recherches de Grenoble enquête sur les sus­pects qui vont être pré­sen­tés au par­quet de Valence

Meurtre de Thomas : la sec­tion de recherches de Grenoble enquête sur les sus­pects qui vont être pré­sen­tés au par­quet de Valence

FOCUS – L’enquête des gen­darmes de la sec­tion de recherches de Grenoble se pour­suit sur le meurtre de Thomas, 16 ans, poi­gnardé lors d’un bal de vil­lage à Crépol, dans la Drôme, dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 novembre 2023. Dix-sept per­sonnes ont par ailleurs été bles­sées lors de ce même évé­ne­ment, dont deux griè­ve­ment. Les neuf sus­pects inter­pel­lés mardi 21 novembre et pla­cés en garde à vue – dont l’au­teur pré­sumé du coup de cou­teau mor­tel – ont été pré­sen­tés au par­quet de Valence samedi 25 novembre, en vue de l’ou­ver­ture d’une infor­ma­tion judi­ciaire cri­mi­nelle. La marche blanche orga­ni­sée par la famille de Thomas a quant à elle réuni plus de 6 000 per­sonnes, mer­credi 22 novembre, à Romans-sur-Isère.

[Article mis à jour le samedi 25 novembre 2023] Alors que l’é­mo­tion est loin d’être retom­bée après le meurtre de Thomas, neuf sus­pects en garde à vue depuis mardi 21 novembre ont été pré­sen­tés au par­quet de Valence samedi 25 novembre en début d’a­près-midi, « en vue de l’ou­ver­ture d’une infor­ma­tion judi­ciaire cri­mi­nelle », selon le pro­cu­reur de la République Laurent de Caigny.

Les gen­darmes de la sec­tion de recherches de Grenoble, sai­sis de l’en­quête pour meurtre et ten­ta­tives de meurtre en bande orga­ni­sée, tentent de leur côté de « confir­mer l’im­pli­ca­tion et le rôle » de cha­cun des indi­vi­dus dans la mort de l’a­do­les­cent de 16 ans, poi­gnardé dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 novembre, à Crépol.

Meurtre de Thomas dans la Drôme : neuf suspects en garde à vue

Thomas, 16 ans, élève de ter­mi­nale au lycée du Dauphiné à Romans-sur-Isère, a été mor­tel­le­ment poi­gnardé dans la nuit du 18 au 19 novembre 2023, à Crépol (Drôme). © RC Romans-Péage / Facebook

Thomas par­ti­ci­pait à un bal de vil­lage dans la petite com­mune du nord de la Drôme, à une ving­taine de kilo­mètres de Romans-sur-Isère. Il était envi­ron 1 h 30 lorsque la soi­rée, qui réunis­sait 300 à 400 per­sonnes, a bas­culé dans l’hor­reur. Une dizaine de jeunes se seraient vu refu­ser l’en­trée de la salle des fêtes par les vigiles, avant d’a­gres­ser l’un d’eux à l’arme blanche. Mais selon Le Parisien, cer­tains sus­pects auraient évo­qué une moque­rie sur la coupe de che­veux de l’un deux comme étant à l’o­ri­gine des agres­sions qui ont suivi.

Dix-sept bles­sés dont deux griè­ve­ment, et un mort, à coups de couteau

D’autres jeunes, pré­sents au bal, seraient alors sor­tis, ten­tant de venir en aide aux vigiles. La suite, rap­porte France Bleu Isère, c’est un « défer­le­ment de vio­lence ». Dix-sept per­sonnes ont été bles­sées, dont deux jeunes hommes hos­pi­ta­li­sés « en urgence abso­lue », selon les secours, après avoir reçu des coups de cou­teau. Le pro­nos­tic vital de ces deux vic­times, âgées de 23 et 28 ans, n’est tou­te­fois plus engagé.

Les faits se sont pro­duits dans la salle des fêtes de Crépol, petite com­mune du nord de la Drôme. © Google Maps

Poignardé lui aussi, Thomas a suc­combé à ses bles­sures durant son trans­fert en ambu­lance vers l’hô­pi­tal de Lyon. L’adolescent de 16 ans, sco­la­risé en ter­mi­nale au lycée du Dauphiné, à Romans-sur-Isère, était éga­le­ment licen­cié au club de rugby local, le RC Romans-Péage (RCRP). Lequel a orga­nisé une minute de silence, dimanche, en son hon­neur, imité le len­de­main par l’é­ta­blis­se­ment sco­laire drômois.

Une marche blanche « apo­li­tique » réunis­sant 6 000 personnes

C’est aussi à Romans-sur-Isère que la famille de la vic­time a sou­haité orga­ni­ser une marche blanche, mer­credi 22 novembre. Quelque 6 000 per­sonnes ont ainsi défilé silen­cieu­se­ment entre le lycée du Dauphiné et le stade Donnadieu, où ses copains du club de rugby lui ont rendu un der­nier hom­mage, avec un lâcher de ballons.

Meurtre de Thomas dans la Drôme : neuf suspects en garde à vue

Quelque 6 000 per­sonnes ont par­ti­cipé à la marche blanche orga­ni­sée par la famille de Thomas, mer­credi 22 novembre, à Romans-sur-Isère. © RC Romans-Péage / Facebook

Une marche que le RCRP comme les proches de Thomas vou­laient « apo­li­tique ». De fait, les réac­tions ont rapi­de­ment afflué dans la classe poli­tique, notam­ment de la part du Rassemblement natio­nal et de Reconquête. Deux par­tis qui ont vive­ment réagi dès le len­de­main du drame, Marine Le Pen évo­quant de « véri­tables raz­zias ». Un mot qui ren­voie direc­te­ment aux attaques de pillards en pays arabe, en réfé­rence à l’o­ri­gine eth­nique des sus­pects. Une réfé­rence éga­le­ment à la phrase « On est là pour tuer des Blancs » enten­due lors de la bagarre par des témoins notam­ment cités par Le Dauphiné libéré.

Du côté du gou­ver­ne­ment, le ministre de la Justice Éric Dupont-Moretti a fus­tigé une « récu­pé­ra­tion », tan­dis que la Première ministre Élisabeth Borne appe­lait, elle, « à la rete­nue et à la décence ». Et mer­credi soir, c’é­tait au tour d’Emmanuel Macron de dénon­cer le « ter­rible assas­si­nat » de Thomas. « Une agres­sion qui nous a tous mar­qués », a ajouté le pré­sident de la République.

Sept sus­pects arrê­tés à Toulouse dont le meur­trier pré­sumé de Thomas

Quant à Gérald Darmanin, celui-ci a qua­li­fié les faits « d’en­sau­va­ge­ment ». C’est d’ailleurs le ministre de l’Intérieur qui a annoncé en per­sonne, mardi 21 novembre, les inter­pel­la­tions, à Toulouse, des sept pre­miers sus­pects, qui ten­taient de fuir vers l’Espagne et le Maghreb. Des inter­pel­la­tions sui­vies quelques heures plus tard des arres­ta­tions de deux autres indi­vi­dus, à Romans-sur-Isère.

Meurtre de Thomas dans la Drôme : neuf suspects en garde à vue

Les coéqui­piers de Thomas au Rugby club Romans-Péage lui ont rendu hom­mage à la fin de la marche blanche, au stade Donnadieu de Romans-sur-Isère. © RC Romans-Péage / Facebook

Parmi les sept inter­pel­lés en Haute-Garonne, tous Drômois et nés en France – à l’ex­cep­tion d’un jeune né en Italie -, figure Chaïb A., un jeune homme de 20 ans « for­mel­le­ment dési­gné comme étant l’auteur du coup de cou­teau mor­tel », d’a­près le par­quet de Valence. Originaire de Romans-sur-Isère, celui-ci réside dans le « centre » de la com­mune drô­moise, pré­cise le pro­cu­reur, et « non dans le quar­tier de la Monnaie », comme le lais­saient entendre diverses rumeurs.

Déjà condamné à deux reprises à des amendes, « l’une pour recel de vol, l’autre pour port d’arme blanche », le meur­trier pré­sumé avait l’in­ter­dic­tion depuis sep­tembre de déte­nir ou por­ter une arme pour une durée de deux ans. Cinq autres sus­pects sont par ailleurs majeurs, âgés de 19 à 22 ans, et trois sont des mineurs de plus de 16 ans. Leurs gardes à vue peuvent durer jus­qu’à 96 heures.

[Photo de Une © RC Romans-Péage / Facebook]

Place Gre'net

Auteur

2 réflexions sur « Meurtre de Thomas : la sec­tion de recherches de Grenoble enquête sur les sus­pects qui vont être pré­sen­tés au par­quet de Valence »

  1. « inter­dic­tion de déte­nir ou por­ter une arme pour une durée de deux ans » Quel est le juge suf­fi­sam­ment démago, incom­pé­tent et intel­lec­tuel­le­ment ramolli pour avoir dicté une telle condam­na­tion ? Pourquoi pas « inter­dit d’at­ta­quer les vielles dames dans le métro pen­dant 2 mois ? »

    sep article
    • Porter un cou­teau est inter­dit quelque soit sa taille à plus forte rai­son un cou­teau de 25 cm, qui va dans une soi­rée fes­tive de vil­lage nor­ma­le­ment pour dan­ser, avec un cou­ç­teau ? Aucun fran­çais nor­ma­le­ment consti­tué qui res­pecte les valeurs fran­çaise de la république !

      sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Isère : un homme mis en exa­men pour meurtre et écroué, huit ans après la dis­pa­ri­tion d’un ancien détenu de 49 ans

EN BREF - Un homme de 32 ans a été interpellé, mercredi 19 juillet 2023, par la PJ de Grenoble, dans le cadre d'une information Lire plus

Palais de justice de Grenoble. ©Joël Kermabon- Place Gre'net
Karim Talbi poi­gnardé à Échirolles en février 2022 : son père mis en exa­men pour meurtre mais laissé libre par le juge des liber­tés et de la détention

FLASH INFO -  La police judiciaire a interpellé le 11 janvier 2023 le père de Karim Talbi, le jeune homme de 25 ans qui avait Lire plus

Meurtre devant un bar à Grenoble : l’autre co-gérant mis en exa­men pour meurtre et écroué

EN BREF - Après le meurtre d'un homme de 68 ans, tué par balles devant un bar de la rue Ampère, à Grenoble, le 18 Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Chatenay : un homme retrouvé mort sur un che­min, le sus­pect du meurtre écroué, la com­pagne de la vic­time mise en exa­men pour « recel de cadavre »

EN BREF - Le corps sans vie d'un homme a été découvert par des chasseurs, ce samedi 22 octobre 2022 au matin, sur la commune Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Meurtre dans une rési­dence étu­diante à Corenc : la com­pagne du tren­te­naire tué à l’arme blanche mise en exa­men et écrouée

FLASH INFO - Le corps sans vie d'un homme de 35 ans a été retrouvé dans son appartement, vendredi 7 octobre 2022, dans une résidence Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Meurtre à Grenoble en juin 2022 : un sus­pect de 23 ans mis en exa­men pour assas­si­nat et écroué

EN BREF - Trois mois et demi après le meurtre d'un homme de 25 ans, tué par balles le 30 juin 2022 dans le quartier Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !