Alternatiba et l'Alliance citoyenne dénoncent les passoires énergétiques et la "réno-procrastination" des propriétaires

Grenoble : Alternatiba et l’Alliance citoyenne dénoncent les pas­soires éner­gé­tiques et la « réno-pro­cras­ti­na­tion » des propriétaires

Grenoble : Alternatiba et l’Alliance citoyenne dénoncent les pas­soires éner­gé­tiques et la « réno-pro­cras­ti­na­tion » des propriétaires

FOCUS - Le mouvement citoyen de mobilisation sur le dérèglement climatique Alternatiba et l'Alliance citoyenne de de l'agglomération grenobloise se sont donné rendez-vous rue Charrel puis dans les rues de Grenoble jeudi 23 novembre 2023, à l'occasion de la Journée nationale contre la précarité énergétique. Objectif? Dénoncer la "réno-procrastination", soit des rénovations, sans cesse repoussées par des propriétaires récalcitrants, de logements considérés comme des "passoires énergétiques". Et ce, au détriment des locataires.

Le jeudi 23 novembre 2023 marquait la troisième Journée nationale contre la précarité énergétique. Un événement que le mouvement écologiste Alternatiba et l'association Alliance citoyenne, plus connue pour ses actions en faveur du burkini, se sont employées à faire connaître aux Grenoblois. Ce, en organisant un rassemblement rue Charrel, suivi d'une déambulation jusqu'à la Caserne de Bonne. Les militants ont ainsi déployé banderoles et pancartes pour dénoncer les passoires énergétiques d'un immeuble concerné par de la "réno-procrastination".

À savoir, la propension de certains propriétaires à remettre au lendemain les travaux de rénovation de logements qu'ils louent. Des travaux pourtant nécessaires au confort des locataires mais aussi dans le cadre de la lutte contre le dérèglement climatique.

Les militants d'Alternatiba et de l'Alliance citoyenne ont déambulé dans les rues pour sensibiliser à la lutte contre les passoires énergétiques. © Alliance citoyenne

Les militants d'Alternatiba et de l'Alliance citoyenne ont déambulé dans les rues pour sensibiliser à la lutte contre les passoires énergétiques. © Alliance citoyenne

Le rassemblement était aussi l'occasion pour les deux associations, réunies au sein du projet Territoire zéro logement passoires (ou Tezelopa), de dresser un bilan de la situation sur l'agglomération grenobloise. Selon un "travail de terrain" mené depuis octobre 2022, pas moins de 20 120 locataires habiteraient des passoires thermiques, propriétés de 1 280 "propriétaires rentiers". Cette absence de rénovation représenterait un surcoût moyen de 1 000 euros par an pour les locataires. Plus une émission annuelle de 4 800 tonnes de CO2.

Chauffer une "passoire" avec des "grille-pains"

La preuve par l'exemple? Antonin Duhoux, locataire d'un appartement de 50 m2 rue Charrel, décrit un appartement sans isolation thermique, aux fenêtres en simple vitrage. "On ne s'en rend pas forcément compte, selon la période de l'année, mais arrivé en hiver, il y a le chauffage", explique-t-il. Équipé de radiateurs électriques, qu'il préfère appeler des "grille-pains", le locataire évalue ainsi le coût énergétique pour ne pas grelotter entre 100 et 200 euros par mois.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 53 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Florent Mathieu

Auteur

2 réflexions sur « Grenoble : Alternatiba et l’Alliance citoyenne dénoncent les pas­soires éner­gé­tiques et la « réno-pro­cras­ti­na­tion » des propriétaires »

  1. Les pro­prié­taires ont aussi des charges et impôts à payer. Ce n’est pas en les insul­tant qu’ils devien­dront philantropes.

    sep article
  2. C’est bien connu : du point de vue des gau­chistes tous les pro­prié­taires bailleurs sont des nan­tis capables de se payer ces travaux.…

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Couverture du livre Jérémy et la maison malade lors de la présentation du livre à la presse le 15 novembre.
Jérémy et la mai­son malade, un livre jeu­nesse sur la pré­ca­rité éner­gé­tique conçu par des étu­diants de Grenoble INP

EN BREF - Jérémy et la maison malade est un livre jeunesse rédigé par des étudiants de l’INP de Grenoble, avec le soutien de la Lire plus

Lutte contre la pré­ca­rité éner­gé­tique : le CCAS de Grenoble vante les mérites de sa plateforme

FIL INFO - La Ville de Grenoble souhaite faire mieux connaître sa plateforme de lutte contre la précarité énergétique. Un dispositif qui vise à identifier Lire plus

Lutte contre la pré­ca­rité éner­gé­tique : la Fondation Grenoble INP lance la chaire d’ex­cel­lence Hope

FIL INFO - Mardi 25 septembre, la Fondation Grenoble INP a inauguré sa nouvelle chaire d'excellence baptisée Hope, dédiée à la lutte contre la précarité Lire plus

Droit au loge­ment appelle à un ras­sem­ble­ment à Grenoble contre la pré­ca­rité énergétique

FIL INFO - Le Dal 38 (Droit au logement 38) appelle à un rassemblement place Robert-Schuman à Grenoble, le mardi 20 février à compter de 10 Lire plus

Précarité éner­gé­tique, cou­pures d’éner­gie dans les squats : GEG répond aux accusations

Rassemblée devant les locaux de Gaz électricité de Grenoble (GEG) ce mercredi 15 novembre, une vingtaine de militants de différents collectifs entendaient notamment dénoncer les coupures Lire plus

Pour garder sa capacité d'investir, la Métro a choisi d'échelonner le rachat des actions que la ville de Grenoble détient dans Gaz Électricité de Grenoble.
Précarité éner­gé­tique : GEG et ses par­te­naires jouent la carte de la prévention

FOCUS - Lutter contre la précarité énergétique en misant sur la prévention, tel est le souhait de GEG et de ses partenaires, dont le CCAS Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !