Chartreuse : la réserve natu­relle en par­tie « pri­va­ti­sée » par un mar­quis ? Une plainte dépo­sée contre les chasses privées

Chartreuse : la réserve natu­relle en par­tie « pri­va­ti­sée » par un mar­quis ? Une plainte dépo­sée contre les chasses privées

FOCUS – Le mar­quis Bruno de Quinsonas-Oudinot, pro­prié­taire d’une par­tie de la réserve natu­relle des Hauts de Chartreuse, tente d’in­ter­dire le pas­sage des ran­don­neurs sur ses 750 hec­tares de terres – qu’il loue à des chas­seurs. Des pan­neaux signa­lant une pro­priété pri­vée ont ainsi été appo­sés en août 2023, atti­sant la polé­mique qui cou­vait déjà depuis des années avec les usa­gers de la nature. Réunis au sein d’un col­lec­tif, ceux-ci ont donc lancé une péti­tion qui a déjà récolté plus de 28 000 signa­tures le 26 sep­tembre, pour deman­der « la liberté d’ac­cès à tous » à la réserve natu­relle. Le Syndicat inter­pro­fes­sion­nel de la mon­tagne a par ailleurs déposé plainte, lundi 25 sep­tembre, contre les chasses pri­vées, pour exer­cice illé­gal du métier de guide et mise en dan­ger de la vie d’autrui.

[Article publié le 15 sep­tembre 2023 à 18 h 07 et mis à jour le 26 sep­tembre 2023 à 13 h 20 avec ajout enca­dré] Ce joyau caché de la réserve natu­relle des Hauts de Chartreuse illustre depuis des années la coha­bi­ta­tion hou­leuse entre usa­gers de la nature et chas­seurs. Pourtant, la Tour Percée1ou Tour Isabelle, somp­tueuse double arche natu­relle d’une tren­taine de mètres, décou­verte seule­ment en 2005 par l’al­pi­niste Pascal Sombardier, n’a jamais cessé depuis d’at­ti­rer les ran­don­neurs. Du moins jus­qu’en août 2023. Car depuis, l’ac­cès au site, et plus lar­ge­ment à toute une par­tie de la réserve natu­relle, est théo­ri­que­ment interdit.

Chartreuse: la réserve naturelle interdite en partie aux randonneurs

Très pri­sée des ran­don­neurs, la Tour Percée, décou­verte en 2005, est per­chée au cœur de la réserve natu­relle des Hauts de Chartreuse, sur les terres du mar­quis de Quinsonas qui veut en inter­dire l’ac­cès. © Jean-René Bouvier / Wikimedia Commons

C’est la pose, durant l’été, de pan­neaux « pro­priété pri­vée – défense d’en­trer », qui a mis le feu aux poudres, sus­ci­tant une polé­mique qui n’en finit plus d’en­fler. Derrière cette ini­tia­tive, un per­son­nage contro­versé, le mar­quis Bruno de Quinsonas-Oudinot, des­cen­dant d’une longue lignée aris­to­cra­tique de la noblesse isé­roise et pro­prié­taire de 750 hec­tares de terres au cœur de la réserve natu­relle2qui fait au total envi­ron 4 420 hec­tares, entre la Dent de Crolles et le Mont Granier.

« La pres­sion à l’en­contre des pra­ti­quants de la nature pour leur inter­dire l’ac­cès à une grande par­tie de la réserve est deve­nue de plus en plus forte ces der­nières années. »

Or, le site – qui englobe la Tour Percée – consti­tue une réserve de chasse pri­vée, le domaine de la Diane de Marcieu. Le mar­quis loue ainsi ses terres aux chas­seurs moyen­nant une somme ron­de­lette (plus de 25 000 euros par an, selon Reporterre). Des chas­seurs accu­sés régu­liè­re­ment de mena­cer et d’in­ti­mi­der les ran­don­neurs s’a­ven­tu­rant sur la pro­priété, à en croire les nom­breux témoi­gnages qui fleu­rissent au fil des ans.

Chartreuse: la réserve naturelle interdite en partie aux randonneurs

Le mar­quis Bruno de Quinsonas-Oudinot a posé des pan­neaux « pro­priété pri­vée – défense d’en­trer » tout autour de sa pro­priété, en août 2023, déclen­chant une polé­mique. © Collectif Chartreuse

Dans ce contexte déjà explo­sif, la ten­ta­tive du pro­prié­taire d’in­ter­dire tout pas­sage – hor­mis celui des chas­seurs – sur son domaine lui a donc valu les foudres des ran­don­neurs et des usa­gers de la mon­tagne. Regroupés au sein du col­lec­tif Chartreuse, ceux-ci ont ainsi lancé, le 1er sep­tembre, une péti­tion en ligne qui avait déjà recueilli plus de 28 000 signa­tures le 26 sep­tembre. Le mot d’ordre ? « Pour la liberté d’ac­cès à tout-e‑s à la réserve natu­relle des Hauts de Chartreuse ».

Les ran­don­neurs demandent la liberté d’ac­cès aux sen­tiers de la réserve natu­relle des Hauts de Chartreuse. © Collectif Chartreuse

Les péti­tion­naires sou­lignent que « la pres­sion à l’en­contre des pra­ti­quants de la nature pour leur inter­dire l’ac­cès à une grande par­tie de la réserve est deve­nue de plus en plus forte ces der­nières années », allant même par­fois jus­qu’à « des vio­lences ». Outre les pan­neaux « pro­priété pri­vée » ins­tal­lés en août 2023, dont ils demandent « l’in­ter­dic­tion », ces der­niers citent notam­ment « l’en­lè­ve­ment de maté­riel visant à sécu­ri­ser cer­tains pas­sages expo­sés ».

Le Syndicat inter­pro­fes­sion­nel de la mon­tagne dépose plainte contre les chasses privées

Le Syndicat inter­pro­fes­sion­nel de la mon­tagne (SIM-CFDT) a déposé plainte, lundi 25 sep­tembre 2023, auprès du pro­cu­reur de la République de Grenoble, contre les « orga­ni­sa­teurs, enca­drants et par­te­naires com­mer­ciaux » de chasses pri­vées dans la réserve natu­relle des Hauts de Chartreuse, plus par­ti­cu­liè­re­ment sur les terres du mar­quis Bruno de Quinsonas-Oudinot. Deux motifs : « exer­cice illé­gal » du métier de guide et « mise en dan­ger de la vie d’autrui ».

La démarche fait suite à la récep­tion de vidéos mon­trant des guides de chasse emme­ner des clients for­tu­nés sur les lieux. « Des vidéos élo­quentes où les “gens” de Monsieur le Marquis encadrent au prix fort des acti­vi­tés spor­tives et dan­ge­reuses sans la moindre qua­li­fi­ca­tion adé­quate (il fau­drait être guide de haute mon­tagne, de fait) », dénonce le SIM-CFDT sur sa page Facebook.

« L’un au moins de ces gens d’armes ferait éga­le­ment l’objet de plaintes pour vio­lences contre des ran­don­neurs – bien que n’ayant même pas le droit de ver­ba­li­ser », ajoute le syn­di­cat. « Dans cette affaire, comme d’habitude, le SIM défend le res­pect de l’Etat de droit contre la loi du plus “fort”, fût-ce une brute épaisse et armée… »

Du côté du par­quet, le pro­cu­reur adjoint François Touret-de Coucy « confirme la récep­tion de cette plainte qui va être trans­mise pour enquête », pré­cise-t-il ce mardi 26 septembre.

Une pré­cé­dente plainte d’un ran­don­neur à l’en­contre du pro­prié­taire avait par ailleurs déjà été enre­gis­trée au par­quet, a indi­qué, le 18 sep­tembre 2023, le pro­cu­reur de la République de Grenoble Éric Vaillant. Mais la pro­cé­dure a été « clas­sée sans suite en juillet 2023, les vio­lences allé­guées étant insuf­fi­sam­ment carac­té­ri­sées », a expli­qué le magistrat.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 46 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

10 réflexions sur « Chartreuse : la réserve natu­relle en par­tie « pri­va­ti­sée » par un mar­quis ? Une plainte dépo­sée contre les chasses privées »

  1. Il me sem­blait qu’en 1789 on avait éra­di­qué ces pro­prié­taires de sang bleu ( c’est une mala­die) … la beauté de nos mon­tagnes et cam­pagnes appar­tient à tous nos com­pa­triotes ! ON EST EN FRANCE !!!
    Le mar­quis n’a qu’à faire de la ran­don­née, il verra que cela se mérite ! Comme la beauté d’un paysage !

    sep article
  2. Et oui mes­sieurs et mes­dames les éco­los et cita­dins , la nature appar­tient à des pro­prié­taires qui payent des impôts des­sus . Donc pen­sez à ça quand vous ramas­sez des cham­pi­gnons et autres en lais­sant vos détri­tus de pic nic . La forêt ne vous appar­tient pas.

    sep article
  3. Si les ran­don­neurs veulent un droit de pas­sage, il faut qu’ils en acceptent les devoirs de res­pect de la faune et de la flore. Un bien privé n’est pas une cour de récréa­tion comme trop de gens l’oublient.

    sep article
  4. Et bien si les 25000 signa­taires de la péti­tion donnent cha­cun 1,10€ ils rem­por­te­ront l’enchère et ejec­te­ront les chasseurs.

    Rien n’est com­pli­qué c’est juste une ques­tion d’argent pour l’aristocratie vieillissante

    sep article
  5. Les peti­tion­naires peuvent se por­ter can­di­dats à la loca­tion de la chasse

    sep article
  6. Encore des éco­los de mes deux et des profs com­mu­nistes qui se croient chez eux par­tout et qui emmerdent les chas­seurs. Ce pro­prié­taire a bien rai­son de rap­pe­ler à tous ces cita­dins que les pay­sages natu­rels appar­tiennent tou­jours à quelqu’un qui en dis­pose comme il le sou­haite. C’est leur faute s’il se font exclure. Ils se per­mettent tout.

    sep article
    • Il y a des pays où le droit de pas­sage existe et où cela se passe très bien (pays nor­diques, Ecosse, …).

      Le droit de pas­sage devrait être imposé par la loi, sous réserve du res­pect des zones traversées.

      sep article
      • Tout à fait. Comme le droit de pas­sage sur le lit­to­ral et les cours d’eau en France.
        Pour un droit de pas­sage pour atteindre les som­mets en France.
        A ma connais­sance ce sont les pre­miers som­mets qui deviennent inter­dits d’ac­cès en France, c’est une longue tra­di­tion qui se perd.

        Quand à Ducobu, il s’évertue à per­pé­tuer la cari­ca­tu­rale oppo­si­tion chas­seur-écolo… ridicule

        sep article
    • Absolument, la pro­priété est pri­vée. Les pas­sage de pro­me­neurs est à la dis­cré­tion du pro­prié­taire. Un espace non construit et res­pec­tueux de la faune et flore ne veut pas dire libre d’accès.

      sep article
  7. La loi numéro 2023 – 54 du 2 février 2023 visant à limi­ter l’en­grilla­ge­ment des espaces natu­rels et à pro­té­ger les pro­prié­tés pri­vées, avec son article 8, a effec­ti­ve­ment créé dans le code pénal dans sa par­tie légis­la­tive l’ar­ticle 226−4−3 qui dis­pose que dans le cas où le carac­tère privé du lieu est maté­ria­lisé phy­si­que­ment, péné­trer sans auto­ri­sa­tion dans la pro­priété pri­vée rurale ou fores­tière d’au­trui, sauf le cas ou la loi le per­met, consti­tue une contra­ven­tion de la 4e classe.
    Quand un décret d’ap­pli­ca­tion est néces­saire pour la mise en œuvre concrète d’une dis­po­si­tion légis­la­tive, pré­ci­sée alors par des articles dans la par­tie régle­men­taire du code, cela est ins­crit dans la loi. Ce n’est pas le cas ici pour cette dis­po­si­tion légis­la­tive d’ap­pli­ca­tion directe.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Chasseurs en Isère, septembre 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Accidents de chasse : en Isère, la dif­fi­cile coha­bi­ta­tion entre chas­seurs et pro­me­neurs dans les espaces naturels

ENQUÊTE - La saison de la chasse s'est ouverte ce dimanche 11 septembre 2022 en Isère et dans une large moitié sud de la France. Lire plus

Bikeboard sur les pentes de la station de St Pierre de Chartreuse - © Chartreuse tourisme
Label recon­duit pour le Parc natu­rel régio­nal de Chartreuse qui appelle, de nou­veau, les tou­ristes au res­pect de la mon­tagne cet été

FOCUS - Tandis que la saison estivale vient de démarrer pour le Parc naturel régional de la Chartreuse, ses acteurs se félicitent de la reconduction Lire plus

Réserves natu­relles de Chartreuse et du Vercors : les réponses pénales aux infrac­tions désor­mais harmonisées

FOCUS - Les parquets de Grenoble, Chambéry et Valence ont signé deux protocoles de politique pénale relatifs aux réserves naturelles des Hauts de Chartreuse et Lire plus

En Haute-Savoie, l'autorisation renouvelée cet été de tirer chevreuils et sangliers passe mal après la mort de deux sportifs. Une pétition a été lancée.
Un an de pri­son ferme et deux avec sur­sis pour le chas­seur res­pon­sable de la mort d’un ran­don­neur à Revel en 2015

FIL INFO — Épilogue (ou non) de l'accident de chasse mortel de Revel, survenu le 10 octobre 2015. Le chasseur responsable de la mort d'un randonneur Lire plus

Déchets en Chartreuse : la Frapna se mobilise

La Fédération Rhône-Alpes de la protection de la nature (Frapna) organise une journée de ramassage des déchets sur la commune de Saint-Hilaire-du-Touvet, en Chartreuse, le Lire plus

Montage humoristique se moquant de l'entassement des Grenoblois sur le lac Paladru, l'été. Crédit page FB "Memes Grenoblois pour Narvalos de la Cuvette"
Surfréquentation des lacs et mon­tagnes en Isère : vers des mesures de res­tric­tion inéluctables

DÉCRYPTAGE - Avec le retour de la canicule au cœur du mois d'août, les habitants de l'agglomération grenobloise et les vacanciers se ruent vers les Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !