Le potager du Bar Radis est au 5ème étage d’un parking silo, au cœur de l’écoquartier Flaubert © Sophie Eymard – Place Gre’net

Grenoble : Le Bar Radis, res­tau­rant à visée éco­lo­gique et soli­daire, pris en étau entre les faibles récoltes de son pota­ger et l’inflation

Grenoble : Le Bar Radis, res­tau­rant à visée éco­lo­gique et soli­daire, pris en étau entre les faibles récoltes de son pota­ger et l’inflation

DÉCRYPTAGE – Aléas cli­ma­tiques, sou­cis de ges­tion et néces­saire hausse des prix… Près d’un an après l’inauguration du très attendu Bar Radis gre­no­blois en octobre 2022, les résul­tats ne sont pas encore ceux escomp­tés ini­tia­le­ment. Cette pre­mière année, « celle où l’on paye les pots cas­sés », ne décou­rage tou­te­fois pas le maraî­cher en charge du pota­ger péda­go­gique, lui-même membre fon­da­teur, ni les sala­riés du bar asso­cia­tif. Tous res­tent opti­mistes quant à l’a­ve­nir du pro­jet à moyen terme. 

Sur le toit en ter­rasse de 600 m² du Bar Radis, per­ché au som­met d’un par­king-silo de l’écoquartier Flaubert à Grenoble, les gigan­tesques tour­ne­sols cen­sés pré­ser­ver du vent le pota­ger péda­go­gique dominent, imper­tur­bables. Mais Thibaut, l’unique maraî­cher à temps plein de ces presque 1 000 m² de ter­rain, fait la moue.

Thibaut est le seul maraîcher à temps plein sur le potager, même si des bénévoles ou ses collègues salariés l'aident partiellement © Sophie Eymard – Place Gre’net

Thibaut est le seul maraî­cher à temps plein sur le pota­ger, même si des béné­voles ou ses col­lègues sala­riés lui donnent un coup de main. © Sophie Eymard – Place Gre’net

« Les rafales soufflent entre 50 et 100 km/h », lâche-t-il, d’un air ren­fro­gné. Celles-ci semblent en effet se glis­ser sans mal à tra­vers l’impressionnante muraille végé­tale, attei­gnant par là même les ran­gées de fruits et légumes. « Nous n’avons appris qu’une fois ins­tal­lés que le vent tour­nait », rap­porte, dépité, ce sala­rié asso­cié de la Scop1Société coopé­ra­tive de pro­duc­tion qui per­met une gou­ver­nance démo­cra­tique de l’entreprise Le Bar Radis, qui réunit trois asso­cia­tions : Maltobar, La Tête à l’envers et Cultivons nos toits.

Or, ce jar­din géré par Thibaut – pré­ci­sé­ment 900 m² de maraî­chage et 80m² de serre – est censé four­nir, à terme, 20% des fruits et légumes du bar res­tau­rant bio et local atte­nant. Le Bar Radis, qui sou­haite pra­ti­quer des « prix acces­sibles », gère par ailleurs un café asso­cia­tif et orga­nise des ate­liers par­ti­ci­pa­tifs gra­tuits et des évè­ne­ments. Le tout dans un bâti­ment de 380 m² com­pre­nant un bar, une salle de res­tau­ra­tion, une cui­sine pro­fes­sion­nelle et une cui­sine « amateure ».

Des erreurs notam­ment liées à l’i­mage de « vitrine » du potager

L’établissement avait été inau­guré en grandes pompes en octobre 2022, la Métro et la Ville de Grenoble ayant sou­tenu le pro­jet. Des aides jus­ti­fiées par la voca­tion sociale du Bar Radis, « favo­ri­sant le lien et les bonnes pra­tiques ali­men­taires », d’après Margot Belair, adjointe à l’urbanisme de Grenoble.

Un pro­jet sou­tenu par la Ville de Grenoble et la métropole

La Ville de Grenoble a versé une sub­ven­tion de 3 000 euros en 2017, dans le cadre de la Biennale des Villes en Transition ainsi qu’une sub­ven­tion de 5 000 euros dans le cadre de Grenoble Capital Verte.

En ce qui concerne les condi­tions pour l’oc­cu­pa­tion du bâti­ment, l’ap­pel à pro­jet de la Grande table gagné en 2017 a donné au Bar Radis le droit d’u­ti­li­ser le fonds de com­merce. Locataire du lieu, celui-ci verse 60 000 euros TTC par an2Une somme votée en conseil muni­ci­pal en 2022. et paie l’in­té­gra­lité des charges (fluides, taxe foncière …).

Grenoble Alpes Métropole a quant à elle versé au Bar Radis une sub­ven­tion de 15 000 euros en 2022 pour la créa­tion de ce nou­veau commerce.

[Encadré ajouté le 13 août à 10 heures, après récep­tion de nou­veaux élé­ments par le Bar Radis3La somme annon­cée par le maraî­cher de 60 000 euros d’aide de la Ville a en effet été démen­tie par la direc­tion du Bar Radis]

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 66 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Sophie Eymard

Auteur

5 réflexions sur « Grenoble : Le Bar Radis, res­tau­rant à visée éco­lo­gique et soli­daire, pris en étau entre les faibles récoltes de son pota­ger et l’inflation »

  1. sep article
    • La vidéo à 13 ans, et il ne me semble pas qu’il ait été élu…

      sep article
  2. Bizarre qu un marai­cher ne s inté­resse pas a la météo.…avant de s installer.…😂

    sep article
  3. Avec 15 000 € de la Métropole et 60 000 € de la Ville de Grenoble, ça fait com­bien le prix d’une carotte ? 5 € ?

    sep article
    • En sub­ven­tions ça ne repré­sente pas tant d’argent que ça. D’autre part, c’est un super pro­jet en plus d’être un lieu très accueillant.

      sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Dans l'écoquartier Flaubert de Grenoble, le bar-radis se situe sur le toit-terrasse d'un parking silo. File d'attente lors de l'inauguration du bar-radis, le samedi 8 octobre 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
« On n’est pas un lieu pour bobos » affirme l’é­quipe du Bar Radis qui vient d’ou­vrir dans l’é­co­quar­tier Flaubert à Grenoble

DÉCRYPTAGE - Le Bar Radis a ouvert ses portes au cœur de l'écoquartier Flaubert, à Grenoble. Installé sur la toiture-terrasse d'un parking silo, ce nouvel Lire plus

Le pro­jet gre­no­blois du Bar Radis en lice pour la grande finale de la Fabrique Aviva

FIL INFO — Le Bar Radis, « restaurant et atelier partagé d'émancipation alimentaire » grenoblois, est en lice pour la grande finale de la Fabrique Aviva, structure Lire plus

Le bar asso­cia­tif gre­no­blois L’engrenage accueille des sans-abris pour la nuit

FOCUS - Face aux vagues de grand froid, le bar associatif L'engrenage est devenu un "centre d’hébergement" provisoire pour les personnes sans-abris, depuis le 26 Lire plus

Lieu culturel emblématique à Grenoble, la Bobine, à l'entrée du parc Mistral, abrite un bar associatif, un restaurant, une salle de spectacle et de concert, des studios de répétition et d'enregistrement. © Maeva Schamberger / La Bobine
« Balance ton bar » : la Bobine, accu­sée d’a­voir cou­vert les vio­lences sexistes et sexuelles de l’un de ses ser­veurs, se défend

DÉCRYPTAGE - Dans une lettre ouverte écrite en décembre 2021, quatre femmes accusent La Bobine d'avoir couvert le harcèlement et les agressions dont elles se Lire plus

Atelier d'initiation au jardinage, lors de l'inauguration du projet de végétalisation à l'école Anatole France © Anaïs Mariotti
Végétalisation à l’é­cole Anatole France, un suc­cès du bud­get participatif

VIDÉO - Sélectionné par les Grenoblois en 2015 dans le cadre de la première édition du budget participatif, le projet de Farid Lebdi voit enfin Lire plus

UNE Hakim porteur du projet Cuisine du coeur, lauréat du budget participatif 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
5e bud­get par­ti­ci­pa­tif de Grenoble : près de 6500 votants et neuf pro­jets lau­réats, soli­daires et écolo

  EN BREF - Cuisine pour les précaires, jardinage avec les migrants, défibrillateurs cardiaques en accès libre, cendriers ludiques dans l'espace publique… Neuf projets lauréats Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !