Lieu culturel emblématique à Grenoble, la Bobine, à l'entrée du parc Mistral, abrite un bar associatif, un restaurant, une salle de spectacle et de concert, des studios de répétition et d'enregistrement. © Maeva Schamberger / La Bobine

« Balance ton bar » : la Bobine, accu­sée d’a­voir cou­vert les vio­lences sexistes et sexuelles de l’un de ses ser­veurs, se défend

« Balance ton bar » : la Bobine, accu­sée d’a­voir cou­vert les vio­lences sexistes et sexuelles de l’un de ses ser­veurs, se défend

DÉCRYPTAGE - Dans une lettre ouverte écrite en décembre 2021, quatre femmes accusent La Bobine d'avoir couvert le harcèlement et les agressions dont elles se disent victimes de la part d'un serveur de l'établissement. Une réaction au communiqué du lieu culturel associatif, qui affirme de son côté avoir mené une enquête dans les règles, avant de licencier l'auteur présumé des faits. La Bobine avait été pointée par "Balance ton bar Grenoble", en novembre 2021, pour le comportement de cet ex-salarié, soupçonné d'avoir commis des violences sexistes et sexuelles répétées entre 2019 et 2021.

La polémique a fait irruption publiquement à la mi-novembre 2021, en pleine vague "Balance ton bar". Parmi la vingtaine d'établissements mentionnés sur le compte Instagram "Balance ton bar Grenoble", un nom avait particulièrement retenu l'attention : celui de La Bobine. Pourquoi celui-ci plus qu'un autre ? Car l'emblématique lieu culturel grenoblois – à la fois bar associatif, restaurant, salle de spectacle et de concerts, studios de répétition et d'enregistrement – bénéficie d'une image plutôt positive sur les questions liées au féminisme et à l'égalité des genres.

La Bobine a été mise en cause dans une publication sur "Balance ton bar Grenoble", qui l'accuse d'avoir couvert les agressions sexistes et sexuelles commises par l'un de ses serveurs. © Balance_ton_bar Grenoble / Instagram (capture d'écran)

La Bobine a été mise en cause dans une publication sur "Balance ton bar Grenoble", qui l'accuse d'avoir couvert les agressions sexistes et sexuelles commises par l'un de ses serveurs. © Balance_ton_bar Grenoble / Instagram (capture d'écran)

Pourtant, l'auteure de la publication accusait La Bobine d'avoir eu connaissance, dès février 2021, des violences sexistes et sexuelles commises envers elle et d'autres femmes par l'un de ses serveurs. Selon cette internaute, le salarié serait encore resté en poste de longs mois après ce premier signalement, en profitant pour "continuer ses agressions", avec la complicité au moins passive de l'établissement.

Depuis, la controverse a rebondi par communiqués interposés. D'abord avec celui de l'association Projet Bob - La Bobine, publié le 23 novembre 2021 sur son site internet. Puis, sous la forme d'une lettre ouverte datée du 16 décembre 2021 et signée par "Eva, Clémentine, Marine et Lola2Tous les prénoms ont été anonymisés, qui se présentent comme "quatre des victimes connues de l’agresseur qui a sévi à La Bobine".

"Une personne agressée sexuellement, une victime de coups, deux autres harcelées"

De quoi est soupçonné exactement le serveur ? Difficile d'obtenir l'information auprès des différentes parties, ce dernier ne faisant pas, pour l'heure, l'objet de poursuites pénales. Sous couvert d'anonymat, l'une des victimes déclarées a fini par livrer quelques détails : "Une personne a été agressée sexuellement, une victime de coups, deux autres harcelées... Et encore, je ne cite pas tout, loin de là."

La Bobine, Parc Paul Mistral, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Les faits incriminés, notamment des cas de harcèlement répétés, se sont produits entre 2019 et 2021, pour certains dans l'enceinte de La Bobine, pour d'autres à l'extérieur. © Chloé Ponset - Place Gre'net

Des faits survenus essentiellement, selon les témoins, de 2019 à 2021 (inclus), au sein de La Bobine, mais aussi en dehors de ses murs. Dans leur lettre ouverte, soutenue par les associations et collectifs Noustoutes38, Balance ton bar Grenoble, Balance ta scène, Serein.e.s, En tout genre et Déviations, les quatre femmes accusent le lieu associatif d'avoir "couvert durant tout ce temps" les "agressions".

"L'agresseur s'est servi de son lieu de travail comme d'un terrain de chasse pour parvenir à ses fins"

Clémentine, la première à avoir donné l'alerte, pointe ainsi la responsabilité de La Bobine. "En tant que barman, l'agresseur s'est servi de son lieu de travail comme d'un terrain de chasse pour parvenir à ses fins", affirme la jeune femme. Elle évoque également l'alcoolisation massive du salarié "sur ses heures et son lieu de travail". Laquelle avait pour effet de "décupler sa violence" lorsqu'il "se rendait chez ses victimes ou les invitait chez lui, en étant ivre".

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 77 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Parti de Bruxelles, le mouvement "Balance ton bar" a atteint Grenoble où un compte Instagram publie les témoignages anonymes de femmes victimes de violences sexuelles et sexistes dans des bars et discothèques de l'agglomération grenobloise. © Shutterstock
Violences sexuelles : ce que « Balance ton bar Grenoble » va chan­ger dans les cafés, clubs et discothèques

ENQUÊTE - Lancé à Bruxelles à la mi-octobre 2021, le mouvement "Balance ton bar" a vite essaimé dans toute la France, comme à Grenoble où Lire plus

Le groupe TOTEM à La Bobine ©Pascale Cholette
Le duo gre­no­blois Totem lance son livre-disque « Le Pas du gué­pard » à La Bobine

  FIL INFO — Vendredi 25 octobre, la Bobine accueille Totem, groupe de musique électro-organique aux textes poétiques qui présentera son album Le Pas du Lire plus

Environ 1 200 personnes ont participé à une marche aux flambeaux à Grenoble à l'occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus d’un mil­lier de mani­fes­tants pour la Journée inter­na­tio­nale contre les vio­lences faites aux femmes

REPORTAGE VIDÉO - Plus d'un millier de personnes ont défilé aux flambeaux ce jeudi 25 novembre 2021 à Grenoble, à l'occasion de la Journée internationale Lire plus

Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble a signé une convention de partenariat sur les signalements d’agressions sexistes ou sexuelles le monde étudiant avec l’Université Grenoble-Alpes, Grenoble École de management, la DDSP de l'Isère et d’autres établissements d'enseignement supérieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Étudiants vic­times de vio­lences sexuelles et sexistes : une conven­tion signée entre le par­quet de Grenoble et plu­sieurs établissements

FOCUS - Le parquet de Grenoble et plusieurs établissements d'enseignement supérieur grenoblois ont signé, ce 15 octobre 2021, une convention régissant la prise en charge Lire plus

Martine Comte, présidente du Codase, Eric Vaillant, procureur, Anne Auclair, présidente du tribunal judiciaire, Martine Kohly, vice-présidente du Département en charge de l’enfance, de la famille, de la jeunesse et des sports, et Pierre Bejjaji, conseiller métropolitain délégué à la prévention de la délinquance et à la prévention spécialisée, ont signé, le 15 décembre 2021, au Codase, deux conventions pour la mise en œuvre de stages de responsabilisation pour les auteurs de violences conjugales et les parents défaillants. © Manuel Pavard – Place Gre’net
Grenoble : La jus­tice peut désor­mais impo­ser des stages de res­pon­sa­bi­li­sa­tion pour les auteurs de vio­lences conju­gales et les parents défaillants

FOCUS - Deux conventions pour la mise en œuvre de stages de responsabilité parentale et de responsabilisation du conjoint violent ont fait l'objet d'une signature Lire plus

Tags hostiles contre une conférence sur les violences sexuelles à Sciences Po Grenoble
Des tags hos­tiles contre une confé­rence sur les vio­lences sexuelles à Sciences Po Grenoble

FLASH INFO — Une conférence-débat sur les violences sexistes et sexuelles accueillies par des tags hostiles? C'est la scène qui s'est déroulée à Sciences Po Lire plus

Flash Info

|

09/02

12h28

|

|

08/02

18h42

|

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Politique| Nouvel appel à la mobi­li­sa­tion à Grenoble contre la réforme des retraites mardi 31 jan­vier 2023

Agenda

Je partage !