En Isère, la sécheresse s'aggrave sur les cours d'eau et les nappes phréatiques. Les pouvoirs publics multiplient, en vain, les mesures de restriction.

Le nord du dépar­te­ment de l’Isère placé en alerte sécheresse

Le nord du dépar­te­ment de l’Isère placé en alerte sécheresse

FLASH INFO – Le pré­fet a placé, ce mardi 18 juillet 2023, une grande par­tie du Nord-Isère, défi­ci­taire en pré­ci­pi­ta­tions, en alerte séche­resse et cer­taines eaux sou­ter­raines en alerte ren­for­cée. Le sud du dépar­te­ment passe quant à lui en niveau de vigi­lance. Des recom­man­da­tions et res­tric­tions sur l’u­sage de l’eau s’ap­pliquent donc dans les com­munes concer­nées, pour les par­ti­cu­liers, col­lec­ti­vi­tés et entreprises.

La déci­sion a été prise après consul­ta­tion du Comité dépar­te­men­tal de l’eau. Le pré­fet de l’Isère place en alerte séche­resse (niveau 21voir enca­dré) le nord du dépar­te­ment, qui « reste défi­ci­taire en pré­ci­pi­ta­tions », sou­ligne-t-il dans un com­mu­ni­qué, ce mardi 18 juillet 2023. Ainsi, « les nappes pré­sentent des niveaux par­ti­cu­liè­re­ment bas qui ne leur per­mettent déjà plus par endroit d’assurer le sou­tien d’étiage des cours d’eau ».

Le Nord-Isère placé en alerte sécheresse

Carte mon­trant la déli­mi­ta­tion des zones concer­nées par les niveaux de séche­resse en Isère. © Préfecture de l’Isère

La zone concer­née par ces res­tric­tions de niveau 2 équi­vaut aux bas­sins ver­sants sui­vants : Est-lyon­nais, Bourbre, Isle-Crémieu, Bièvre-Liers-Valloire, Sanne-Varèze-Quatre Vallées et Chambaran. Par ailleurs, les eaux sou­ter­raines des nappes de Chambaran, Bièvre-Liers-Valloire et de Sanne-Varèze-Quatre Vallées passent, elles, en alerte ren­for­cée (niveau 3).

L’Isère, le Drac et la Romanche en vigilance

Dans le reste du dépar­te­ment, notam­ment le Sud-Isère où la situa­tion est « moins cri­tique », selon la pré­fec­ture, les grands cours d’eau Isère, Drac et Romanche sont quant à eux pla­cés en vigi­lance séche­resse (niveau 1).

« Les pluies prin­ta­nières, les épi­sodes ora­geux fré­quents, notam­ment à proxi­mité des reliefs du Sud Isère, et la fonte des neiges ont per­mis aux eaux super­fi­cielles et aux nappes de se main­te­nir glo­ba­le­ment à des niveaux accep­tables », pré­cise le com­mu­ni­qué pré­fec­to­ral. Ces niveaux res­tent néan­moins insuffisants.

Le Nord-Isère placé en alerte sécheresse

Les nappes pré­sentent des niveaux par­ti­cu­liè­re­ment bas, notam­ment dans le Nord-Isère où cer­taines eaux sou­ter­raines sont pla­cées en alerte ren­for­cée. © iStock

« L’absence d’évènements plu­vieux signi­fi­ca­tifs et la hausse des tem­pé­ra­tures pour le mois de juillet risquent cepen­dant d’accentuer la baisse du niveau des cours d’eau déjà consta­tée », ajoute en effet la préfecture.

Des res­tric­tions sur l’ar­ro­sage et le lavage

Si le niveau de vigi­lance implique des recom­man­da­tions afin d’é­co­no­mi­ser la consom­ma­tion d’eau, l’a­lerte séche­resse s’ac­com­pagne de « res­tric­tions sup­plé­men­taires notam­ment pour les par­ti­cu­liers, les col­lec­ti­vi­tés et l’usage domes­tique des entre­prises ».

Parmi elles, l’ar­ro­sage des pelouses et mas­sifs, des stades, des parcs et des jar­dins pota­gers est inter­dit de 11 heures à 18 heures. Interdiction éga­le­ment du rem­plis­sage et de la vidange des pis­cines pri­vées, du lavage des véhi­cules à domi­cile – mais auto­risé chez les pro­fes­sion­nels recy­clant l’eau – ainsi que du lavage et net­toyage des voi­ries, façades, toi­tures et trot­toirs (sauf si réa­lisé par une entre­prise de net­toyage professionnel).

Le Nord-Isère placé en alerte sécheresse

Des res­tric­tions s’im­posent notam­ment pour l’ar­ro­sage des végé­taux, des jar­dins pota­gers ou des parcs. © Pixabay

Dans les com­munes concer­nées par l’a­lerte ren­for­cée, les mesures sont encore plus dras­tiques. Il est ainsi inter­dit d’ar­ro­ser les végé­taux publics et pri­vés toute la jour­née, les parcs et jar­dins publics entre 7 heures et 23 heures, et les jar­dins pota­gers de 9 heures à 20 heures. La liste com­plète des recom­man­da­tions et res­tric­tions, selon les niveaux d’a­lerte, est dis­po­nible sur le site de la pré­fec­ture.

Les quatre niveaux d’a­lerte pour la sécheresse

Il existe quatre niveaux dif­fé­rents d’a­lerte qui peuvent être acti­vés pour la séche­resse en fonc­tion des zones géographiques.

1. Le pre­mier niveau, dit de « vigi­lance », avec des recom­man­da­tions fortes pour limi­ter la consom­ma­tion d’eau.
2. Le second, dit « d’alerte », impose des res­tric­tions notam­ment pour les par­ti­cu­liers, les col­lec­ti­vi­tés et l’usage domes­tique des entreprises.
3. Le troi­sième, dit « d’alerte ren­for­cée », résulte d’une aggra­va­tion de la situa­tion d’alerte et ren­force l’ensemble des restrictions.
4. Le qua­trième est un niveau de crise.

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La catastrophe naturelle reconnue pour les dommages causés par la sécheresse en 2022 à Grenoble
Le Nord-Isère (déjà) placé en niveau 2 d’a­lerte séche­resse, et le reste du dépar­te­ment en niveau 1 de vigilance

FLASH INFO - La sécheresse s'impose (déjà) sur le département de l'Isère. Vendredi 21 avril 2023, la préfecture de l'Isère a ainsi annoncé le placement en Lire plus

La catastrophe naturelle reconnue pour les dommages causés par la sécheresse en 2022 à Grenoble
Des res­sources en eau pré­oc­cu­pantes en Isère, avec un Nord-Isère déjà classé en vigi­lance sécheresse

FOCUS - Si les pluies de mars ont amélioré la situation, les cours d'eau et les nappes phréatiques du département de l'Isère ne se portent Lire plus

Le niveau de sécheresse s'atténue (un peu) pour les cours d'eau souterrains et superficiels en Isère
Le niveau de séche­resse s’at­té­nue (un peu) pour les cours d’eau sou­ter­rains et super­fi­ciels en Isère

FLASH INFO - Nouvelle adaptation du niveau d'alerte sécheresse pour le département de l'Isère. Si la préfecture de l'Isère indique "maintenir un niveau élevé de Lire plus

La catastrophe naturelle reconnue pour les dommages causés par la sécheresse en 2022 à Grenoble
Le dépar­te­ment de l’Isère des­cend en niveau 3 d’a­lerte séche­resse, avec une légère levée des restrictions

FLASH INFO - Alors que l'ensemble du département était classé en niveau maximal d'alerte sécheresse depuis le 17 août, la préfecture de l'Isère annonce une Lire plus

Aide sur la facture d'eau: 9615 ménages concernés pour 2022, la Métro annonce pérenniser le dispositif
Sécheresse : le point sur les réserves d’eau potable et la nappe phréa­tique de Grenoble et son agglomération

DECRYPTAGE - La Métropole de Grenoble fait-elle face à la menace d'un manque d'eau potable? Alors que son territoire (et l'ensemble du territoire isérois) est Lire plus

Le niveau 4 de crise sécheresse étendu à l'ensemble du département de l'Isère à compter du 17 août
Le niveau 4 de crise séche­resse étendu à l’en­semble du dépar­te­ment de l’Isère à comp­ter du 17 août

FLASH INFO - C'est désormais l'ensemble du département de l'Isère, et plus seulement les territoires de montagne, qui est placé en situation de crise sécheresse. Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !