De nombreux magasins du centre-ville de Grenoble ont été saccagés et pillés. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Grenoble : de nom­breux maga­sins pillés en centre-ville et des affron­te­ments et véhi­cules incen­diés dans les quar­tiers Sud

Grenoble : de nom­breux maga­sins pillés en centre-ville et des affron­te­ments et véhi­cules incen­diés dans les quar­tiers Sud

REPORTAGE VIDÉO - De nombreux appels à manifester partout en France circulaient ce vendredi 30 juin 2023 après la mort de Nahel, tué trois jours plus tôt par un policier à Nanterre. À Grenoble, une manifestation en mémoire du jeune homme, annoncée puis interdite par la préfecture de l'Isère, s'est transformée en scènes de pillages de très nombreux magasins du centre-ville, avec tirs de mortiers à l'appui. Dans les quartiers Sud de l'agglomération, les habitants ont subi une nouvelle nuit de violences, notamment à Échirolles, Teisseire, à la Villeneuve et au Village olympique.

C'est à une nouvelle nuit de violences mais aussi de pillages qu'ont pu assister les habitants de Grenoble et de son agglomération après celles survenues la veille, dans la nuit du 29 au 30 juin. Plusieurs organisations avaient au départ lancé un appel à manifester, comme partout en France, contre le racisme et les violences policières.

Une manifestation prévue place de Verdun à 20 heures, en mémoire de Nahel, 17 ans, tué par un policier à Nanterre le 27 juin lors d’un contrôle routier. Mais la préfecture avait finalement interdit toute manifestation non déclarée.

Une voiture en train de brûler au cœur du quartier Teisseire. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Une voiture en train de brûler au cœur du quartier Teisseire. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Les premiers incidents se sont déroulés vendredi, bien avant la tombée de la nuit dans l’agglomération grenobloise. En effet, dès 18 heures, des affrontements ont éclaté dans le quartier du Village olympique et une dizaine de véhicules ont brûlé.

Un peu plus tard, à la Villeneuve, des émeutiers ont pris pour cible les forces de l'ordre avec des tirs de mortiers d'artifice et incendié le bureau de police du quartier. À Teisseire, c'est le dépôt Auchan qu'ont tenté d'investir des dizaines de jeunes, avant de mettre le feu à des poubelles ou des voitures dans les rues environnantes.

« Quant on tue des jeunes, la révolte est légitime »

Devant l'impossibilité de se rassembler sur la place de Verdun, totalement bloquée par des barrages policiers, l'information a circulé sur les réseaux sociaux de rallier le square Dr Martin, dans le centre-ville de Grenoble. Environ deux cents personnes s'y sont retrouvées dans le calme, peu après 20 heures.

Interdites d'accès à la place de Verdun, environ deux cent personnes se sont retrouvées square Dr Martin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Interdites d'accès à la place de Verdun, environ deux cent personnes se sont retrouvées square Dr Martin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au nombre d'entre elles, des représentants d'organisations syndicales ou antifascistes, ainsi que des membres du Front uni des immigrations et des quartiers populaires de Grenoble (FUIQP Grenoble) qui avait également appelé à manifester pour Nahel et contre les violences policières.

Parmi eux, Michel Szempruch du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) comprend la réaction explosive des jeunes des quartiers populaires. « Quand on tue des jeunes, la révolte est légitime », a-t-il expliqué.

C'est alors qu'ont surgi plusieurs groupes de jeunes, pour la plupart cagoulés et masqués, qui ont lancé des tirs de mortiers et s'en sont pris au magasin Lacoste dont ils ont tenté, en vain, d'enfoncer le rideau de fer. Non sans infliger de sérieux dégâts aux vitrines.

Les forces de l'ordre rapidement arrivées sur les lieux ont alors fait usage de plusieurs grenades lacrymogènes pour disperser les fauteurs de trouble qui se sont répandus en petit groupes dans les rues de l'hyper-centre.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 59 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

3 réflexions sur « Grenoble : de nom­breux maga­sins pillés en centre-ville et des affron­te­ments et véhi­cules incen­diés dans les quar­tiers Sud »

  1. Ou est la démo­cra­tie Monsieur Macron lorsque vous impo­sez vos loi à coup de 49,3.
    Résultat : nos jeunes n’ont plus confiance en l’é­tat fran­çais ils ont entendu par­ler leurs parents lors des mani­fes­ta­tions contre la retraite recu­ler à 64 ans de l’i­gno­rance de ce gou­ver­ne­ment à l’é­coute du peuple toutes ori­gines confon­dues. Agissé mes­dames, mes­sieurs du gouvernement.

    sep article
  2. Foot Locker, Lacoste et Jott, une signa­ture ves­ti­men­taire bien connue qui dit clai­re­ment qui sont les pilleurs.

    sep article
  3. Quel hont e plus de res­pect lol faut qu on arrête de dire que la mort de ce jeune à pro­vo­qué cette vio­lence ils y a cer­taines per­sonnes qui sont la pour atti­ser la vio­lence et la nupt en fait par­tie Mr Mélenchon attise la haine on devrait lui inter­dire de par­ler pour un poli­tique c est hon­teux je plein la police et je l ai sou­tient dans ce qu il vive au quo­ti­dien per­sonne n est par­fai­tils ont tel­le­ment de pre­cions ne nous éton­nons pas des sui­cides dans la police

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Mort de Nahel : inter­dic­tion des mani­fes­ta­tions non décla­rées à Grenoble et arrêt des trans­ports en com­mun à par­tir de 21 heures

FLASH INFO - Le préfet de l'Isère a pris un arrêté interdisant les manifestations non déclarées à Grenoble à partir de ce vendredi 30 juin Lire plus

Mort de Nahel à Nanterre : les réac­tions et appels au calme affluent après la nuit de vio­lences urbaines en Isère

FOCUS - Maires, députés, préfet... Les élus et représentants des institutions ont réagi en nombre, ce vendredi 30 juin 2023, aux violences urbaines et dégradations Lire plus

Mort de Nahel à Nanterre : bâti­ments incen­diés, tirs de mor­tiers… Les vio­lences urbaines s’in­ten­si­fient à Grenoble et en Isère

FOCUS - Les violences urbaines se sont intensifiées dans l'agglomération grenobloise et le reste de l'Isère, dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 Lire plus

Mort de Nahel à Nanterre : nuit de vio­lences urbaines à Échirolles et Bourgoin-Jallieu

EN BREF - Après la mort de Nahel, 17 ans, tué par un policier, mardi 27 juin 2023, lors d'un contrôle routier à Nanterre, la Lire plus

Le "cycle d'écologie politique" Érosions de retour pour une troisième édition du 5 au 15 octobre à Grenoble
Dissolution des Soulèvements de la Terre : nou­veau ras­sem­ble­ment à Grenoble contre la « cri­mi­na­li­sa­tion du mou­ve­ment éco­lo­giste » et « une fuite en avant répressive »

FOCUS - À l'appel du comité de soutien grenoblois du mouvement écologiste Soulèvements de la Terre, un nouveau rassemblement a eu lieu ce mercredi 28 Lire plus

Manifestation en réaction à la dissolution des Soulèvements de la terre, à Grenoble, mercredi 23 juin 2023. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Dissolution des Soulèvements de la Terre : le comité de sou­tien gre­no­blois appelle à une nou­velle manifestation

EN BREF - Après la manifestation spontanée, mercredi 21 juin 2023 à Grenoble, pour dénoncer la dissolution du mouvement des Soulèvements de la Terre par Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !