Casserolade à Grenoble : un man­ne­quin d’Emmanuel Macron brûlé et une mani­fes­ta­tion sau­vage émaillée de quelques incidents

Casserolade à Grenoble : un man­ne­quin d’Emmanuel Macron brûlé et une mani­fes­ta­tion sau­vage émaillée de quelques incidents

EN BREF – Entre 200 et 300 per­sonnes ont par­ti­cipé, lundi 24 avril 2023 au soir, à Grenoble, à la cas­se­ro­lade orga­ni­sée pour le pre­mier anni­ver­saire de la réélec­tion d’Emmanuel Macron. Un man­ne­quin à l’ef­fi­gie du pré­sident de la République a été brûlé lors du ras­sem­ble­ment, suivi d’une mani­fes­ta­tion spon­ta­née émaillée de quelques inci­dents. Un mani­fes­tant a ainsi été inter­pellé par la police, qui a fait mas­si­ve­ment usage de gaz lacrymogènes.

Entre 200 et 300 per­sonnes (230 selon la police) s’é­taient donné ren­dez-vous dès 19 heures sur la place Notre-Dame, lundi 24 avril 2023. À Grenoble, comme par­tout en France, une cas­se­ro­lade était en effet orga­ni­sée pour « célé­brer » – ou plu­tôt déplo­rer – le pre­mier anni­ver­saire de la réélec­tion d’Emmanuel Macron. Un pré­sident de la République cris­tal­li­sant la colère de la foule présente.

Casserolade à Grenoble : mannequin de Macron brûlé et incidents

Un man­ne­quin à l’ef­fi­gie d’Emmanuel Macron a été brûlé par des mani­fes­tants. © Auvergne-Rhône-Alpes Révoltée – Facebook (cap­ture d’é­cran vidéo)

Illustration : un man­ne­quin à l’ef­fi­gie du chef de l’État, auréolé d’une cou­ronne, a ainsi été frappé à coups de barre de fer, puis brûlé par des mani­fes­tants. Au milieu du concert de cas­se­roles, tam­bours et boîtes métal­liques, les habi­tuels slo­gans enten­dus dans les cor­tèges contre la réforme des retraites ont été enton­nés, du désor­mais tra­di­tion­nel « Louis XVI, on l’a déca­pité ; Macron, on va recom­men­cer » aux slo­gans anti-police.

La place Lavalette noyée sous les gaz lacrymogènes

Une par­tie des mani­fes­tants sont ensuite par­tis, vers 20 h 30, en déam­bu­la­tion sau­vage dans les rues du centre his­to­rique. Une mani­fes­ta­tion spon­ta­née émaillée de quelques inci­dents. Mais pour Camille1le pré­nom a été modi­fié, par­ti­ci­pante à la cas­se­ro­lade, « c’est la police qui a lancé les hos­ti­li­tés. L’ambiance était fes­tive et joyeuse mais, encore une fois, ils ont voulu nous inter­dire de défi­ler et ont gazé à tout-va sans rai­sons valables », raconte-t-elle.

Casserolade à Grenoble : mannequin de Macron brûlé et incidents

Entre 200 et 300 per­sonnes se sont ras­sem­blées sur la place Notre-Dame pour la cas­se­ro­lade, qui a été sui­vie d’une mani­fes­ta­tion spon­ta­née. © Solidaires Isère – Facebook

Sans sur­prise, la ver­sion dif­fère radi­ca­le­ment du côté de la Direction dépar­te­men­tale de la sécu­rité publique (DDSP). La police évoque ainsi « des som­ma­tions, sui­vies de jets de pro­jec­tiles sur les effec­tifs ». Les forces de l’ordre ont alors riposté en lan­çant des gre­nades lacry­mo­gènes, fai­sant recu­ler les mani­fes­tants. La place Lavalette, près du musée de Grenoble, a notam­ment été noyée sous les gaz lacrymogènes.

De nom­breux contrôles d’i­den­tité et une interpellation

Le cor­tège res­tant s’est ensuite dirigé vers l’hô­tel de police, bou­le­vard du Maréchal-Leclerc, puis vers l’Île Verte où les poli­ciers ont pro­cédé à des contrôles d’i­den­tité au pied d’un immeuble, sus­ci­tant de nou­velles échauf­fou­rées avec les mani­fes­tants. « Une pou­belle a été incen­diée au cours de la déam­bu­la­tion sau­vage », selon la DDSP, qui situe la « fin du dis­po­si­tif » peu avant 22 heures.

Casserolade à Grenoble : mannequin de Macron brûlé et incidents

La police a pro­cédé à de nom­breux contrôles d’i­den­tité de mani­fes­tants au pied d’un immeuble, dans le sec­teur de l’Île Verte, non loin de l’hô­tel de police. © Solidaires Isère – Facebook

Une per­sonne a par ailleurs été inter­pel­lée à la suite de « des­crip­tions don­nées par les opé­ra­teurs », pré­cise la police. Le mani­fes­tant arrêté est soup­çonné de « dégra­da­tion de bien pri­vés et vio­lences sur per­sonne dépo­si­taire de l’au­to­rité publique avec arme par des­ti­na­tion ».

Manuel Pavard

Auteur

Une réflexion sur « Casserolade à Grenoble : un man­ne­quin d’Emmanuel Macron brûlé et une mani­fes­ta­tion sau­vage émaillée de quelques incidents »

  1. C’est à vomir. Il n’y a plus de limites à la haine fas­ciste d’ex­trême gauche à Grenoble.
    Et qui est la per­sonne à droite de la photo à côté du dra­peau rouge et noir ?

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés devant l'hôtel de Ville de Grenoble lundi 17 avril 2023 pour boycotter dans un concert de casseroles l'allocution télévisée d'Emmanuel Macron, © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : un concert de cas­se­roles pour boy­cot­ter l’al­lo­cu­tion d’Emmanuel Macron suivi d’une mani­fes­ta­tion spontanée

REPORTAGE VIDÉO -  Plusieurs centaines d'opposants à la réforme des retraites se sont rassemblés devant l'hôtel de Ville de Grenoble en tapant sur des casseroles, Lire plus

Réforme des retraites : mani­fes­ta­tion sau­vage avor­tée et quelques inci­dents dans la soi­rée à Grenoble

EN BREF - La dixième journée de mobilisation contre la réforme des retraites s'est achevée par quelques tensions, à Grenoble, lorsqu'une centaine de manifestants ont Lire plus

Réforme des retraites : mani­fes­ta­tion sau­vage, ten­sions et pou­belles incen­diées dans les rues de Grenoble

EN BREF - Près de 300 personnes sont parties en manifestation sauvage, jeudi 23 mars 2023 au soir, dans les rues de Grenoble, après la Lire plus

Réforme des retraites : 5 000 per­sonnes à la mani­fes­ta­tion aux flam­beaux, puis des heurts après le défilé officiel

EN BREF - Près de 5 000 personnes ont défilé dans le calme à Grenoble, mardi 21 mars 2023 au soir, lors de la manifestation Lire plus

Évacuation de la MSH : étu­diants et per­son­nel mobi­li­sés dénoncent l’in­ter­ven­tion de la police sur le cam­pus de l’Université Grenoble Alpes

FOCUS - L'évacuation par la police, vendredi 21 avril 2023, du bâtiment de la Maison des sciences de l'Homme (MSH), occupé depuis deux jours par Lire plus

Réforme des retraites : des cen­taines de mani­fes­tants en colère à Grenoble contre la déci­sion du Conseil constitutionnel

REPORTAGE VIDÉO - L'annonce, vers 18 heures, de la décision du Conseil constitutionnel validant l'essentiel de la réforme des retraites a provoqué la colère des Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !