© Manuel Pavard - Place Gre'net

Le crâne d’Éric Foray, dis­paru depuis 2016, retrouvé dans le mas­sif du Vercors

Le crâne d’Éric Foray, dis­paru depuis 2016, retrouvé dans le mas­sif du Vercors

EN BREF – Le crâne d’Éric Foray, dis­paru depuis plus de six ans, a été retrouvé récem­ment dans le mas­sif du Vercors, a annoncé le par­quet de Valence, ce mer­credi 4 jan­vier 2023. Ce Drômois de 47 ans avait été aperçu pour la der­nière fois le 16 sep­tembre 2016, à Chatuzange-le-Goubet (Drôme). Les inves­ti­ga­tions, menées depuis par le groupe « cold case » (affaires non élu­ci­dées) de la sec­tion de recherches de Grenoble, se pour­suivent pour déter­mi­ner les causes du décès, le juge d’ins­truc­tion condui­sant désor­mais une enquête pour meurtre.

Annoncée, la veille, au com­pa­gnon de la vic­time par son avo­cat Me Bernard Boulloud, la nou­velle a été confir­mée ce mer­credi 4 jan­vier 2023 par le par­quet de Valence. Le crâne d’Éric Foray, dis­paru depuis 2016, a été décou­vert récem­ment dans le mas­sif du Vercors.

« Les causes du décès d’Éric Foray res­tent à décou­vrir, comme le reste de sa dépouille. Pour l’heure, aucune hypo­thèse n’est écar­tée, y com­pris celle menant à un homi­cide volon­taire », indique le pro­cu­reur de la République de Valence Laurent de Caigny dans un com­mu­ni­qué, évo­quant une « évo­lu­tion majeure » de l’enquête.

Éric Foray avait disparu en 2016. son crâne a été retrouvé dans le Vercors

Le com­pa­gnon d’Éric Foray, Régis Pique, ici lors d’une marche blanche orga­ni­sée en octobre 2019, dans la Drôme, avait remué ciel et terre pour le retrou­ver. © France Télévisions (cap­ture d’écran)

Le Drômois, alors âgé de 47 ans, n’a­vait plus donné signe de vie depuis le 16 sep­tembre 2016. Il avait quitté ce jour-là son domi­cile, à Chatuzange-le-Goubet, près de Romans-sur-Isère, dans la Drôme, pour aller faire des courses, à bord de son 4×4. Un véhi­cule qui n’a jamais été retrouvé. Son com­pa­gnon avait remué ciel et terre depuis, pour faire avan­cer les recherches, mul­ti­pliant notam­ment les appels à témoins sur les réseaux sociaux.

La sai­sine du juge d’instruction éten­due à la qua­li­fi­ca­tion de meurtre

L’enquête ini­tiale avait conduit le par­quet de Valence à ouvrir une infor­ma­tion judi­ciaire pour enlè­ve­ment et séques­tra­tion, confiée à un juge d’ins­truc­tion du pôle cri­mi­nel de Valence. Des inves­ti­ga­tions menées par le groupe « cold case » de la sec­tion de recherches de Grenoble, appuyé par le grou­pe­ment de gen­dar­me­rie de la Drôme.

Le crâne d'Éric Foray disparu depuis 2016 retrouvé dans le Vercors

Me Bernard Boulloud, l’a­vo­cat gre­no­blois du com­pa­gnon d’Éric Foray, estime qu’il faut pri­vi­lé­gier la piste cri­mi­nelle. © Manuel Pavard – Place Gre’net

« Par un réqui­si­toire sup­plé­tif en date du 3 jan­vier 2023, le par­quet de Valence a étendu la sai­sine du juge d’instruction à la qua­li­fi­ca­tion de meurtre, pour qu’il pour­suive désor­mais l’élucidation des cir­cons­tances, le cas échéant, cri­mi­nelles du décès » d’Éric Foray, pré­cise par ailleurs le pro­cu­reur de la République.

La piste d’un lien avec Nordahl Lelandais étu­diée mais jamais prouvée

Le nom d’Éric Foray était sou­vent cité parmi les poten­tielles vic­times de Nordahl Lelandais, condamné à 20 ans de pri­son pour le meurtre du capo­ral Arthur Noyer, puis à la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tuité, assor­tie d’une peine de sûreté de 22 ans, pour celui de la petite Maëlys de Araujo. Me Boulloud avait ainsi déposé plainte contre X pour séques­tra­tion, avec consti­tu­tion de par­tie civile, en 2018, pour recher­cher une connexion entre le dis­paru et l’ex-militaire.

La cel­lule Ariane, char­gée de réexa­mi­ner de nom­breux cold cases pour y déce­ler une éven­tuelle impli­ca­tion de Nordahl Lelandais, avait pu éta­blir ini­tia­le­ment un lien, en 2018. Le nom d’un cer­tain Julien Foray figu­rait en effet dans le car­net d’a­dresse de l’an­cien maître-chien. Mais il s’a­gis­sait en réa­lité d’un ami de ce der­nier, qui n’a­vait aucun lien avec Éric Foray. La piste avait donc été écar­tée, sans être pour autant tota­le­ment exclue.

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

FOCUS - Trente-six ans après la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra, un crâne humain a été découvert, ce mercredi 26 octobre 2022, sur la Lire plus

Nordahl Lelandais. DR (capture d'écran Facebook)
Nordahl Lelandais mis en cause par une lettre ano­nyme dans un éven­tuel nou­veau meurtre en Chartreuse, le par­quet de Grenoble ouvre une enquête

EN BREF - Le parquet de Grenoble confirme, ce jeudi 5 mai 2022, avoir ouvert une enquête suite à une lettre anonyme impliquant Nordahl Lelandais Lire plus

Meurtre de Maëlys : Nordahl Lelandais condamné à la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tuité assor­tie d’une période de sûreté de 22 ans

REPORTAGE - Après trois semaines d'audience et près de sept heures de délibéré, la cour d'assises de l'Isère a condamné, ce vendredi 18 février 2022, Lire plus

Le Parquet de Grenoble et la Caf de l'Isère partenaires contre les trafiquants de stupéfiants
Affaire Marie-Ange Billoud : le par­quet rouvre l’en­quête, 37 ans après sa dis­pa­ri­tion à Pontcharra et deux semaines après la réso­lu­tion de l’af­faire Bonfanti

FOCUS - Deux semaines après les aveux d'Yves Chatain, mis en examen le 9 mai 2022 dans l'affaire Marie-Thérèse Bonfanti, 36 ans après la disparition Lire plus

Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra : 36 ans après, un homme arrêté et mis en exa­men pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre

FOCUS - Trente-six ans après la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra (Isère), un homme de 56 ans a été interpellé, puis mis en examen Lire plus

Les avocats des parties civiles, Me Yves Crespin, Me Caroline Rémond, Me Laurent Boguet et Me Fabien Rajon, ont plaidé devant la cour d'assises de l'Isère, ce mercredi 16 février 2022. (collage photos) © Manuel Pavard - Place Gre'net
Procès de Nordahl Lelandais : les plai­doi­ries des par­ties civiles ravivent le sou­ve­nir de Maëlys et accablent l’ac­cusé, ce « pilleur d’existence »

REPORTAGE - Débuté le 31 janvier 2022, le procès de Nordahl Lelandais, jugé devant la cour d'assises de l'Isère pour l'enlèvement et le meurtre de Lire plus

Flash Info

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Flash info| Explosion pos­si­ble­ment d’o­ri­gine cri­mi­nelle dans une épi­ce­rie ita­lienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 jan­vier 2023

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Agenda

Je partage !