@ Pixabay

Affaire des piqûres : pas de traces de GHB dans les der­nières ana­lyses toxi­co­lo­giques réa­li­sées à Grenoble

Affaire des piqûres : pas de traces de GHB dans les der­nières ana­lyses toxi­co­lo­giques réa­li­sées à Grenoble

FIL INFO – Reçus ce ven­dredi 29 avril 2022 par le par­quet de Grenoble, les résul­tats des ana­lyses toxi­co­lo­giques réa­li­sées sur sept vic­times de « l’af­faire des piqûres » n’ont pas révélé la pré­sence de GHB ni d’autres pro­duits. Par ailleurs, une nou­velle plainte a été dépo­sée, ce ven­dredi, pour des faits com­mis à La Belle Électrique, à Grenoble, le 27 mars 2022. Au total, ce sont désor­mais qua­torze plai­gnants qui affirment avoir été piqués à leur insu lors de soi­rées en boîte de nuit ou en concert, dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise.

Le mys­tère reste entier dans « l’af­faire des piqûres ». Le par­quet de Grenoble a reçu, ce ven­dredi 29 avril 2022, les résul­tats des ana­lyses de sang et d’u­rine réa­li­sées sur sept vic­times par le labo­ra­toire de toxi­co­lo­gie du CHU Grenoble-Alpes. Or, « les résul­tats de ces ana­lyses toxi­co­lo­giques sont encore tous néga­tifs au GHB, comme à d’autres pro­duits, sauf pour un plai­gnant pour lequel des traces de can­na­bis ont été retrou­vées », indique le pro­cu­reur de la République Éric Vaillant.

Les per­sonnes piquées en boîte de nuit ont, pour cer­taines, res­senti des malaises dans la fou­lée mais les ana­lyses réa­li­sées sur leurs pré­lè­ve­ments sont pour­tant néga­tives au GHB et à d’autres pro­duits. © Pixabay

Les conclu­sions rejoignent ainsi celles des trois pre­miers exa­mens pra­ti­qués à la demande du par­quet, qui n’a­vaient pas non plus révélé la pré­sence de GHB ou d’autres drogues. Néanmoins, pré­ve­nait le pro­cu­reur ce mer­credi 27 avril, « dans deux de ces trois ana­lyses, les pré­lè­ve­ments étaient inter­ve­nus plus de 17 heures après les faits, ce qui ne per­met pas d’exclure for­mel­le­ment une admi­nis­tra­tion toxique de GHB ».

Une qua­tor­zième plainte dépo­sée ce ven­dredi 29 avril, pour des faits com­mis à La Belle Électrique le 27 mars

Par ailleurs, la Brigade ter­ri­to­riale auto­nome (BTA) de gen­dar­me­rie de Seysssinet-Pariset a reçu, ce ven­dredi 29 avril, une nou­velle plainte pour des faits com­mis à La Belle Électrique, à Grenoble, le 27 mars – ce qui en fait chro­no­lo­gi­que­ment la pre­mière affaire de ce type du res­sort du par­quet de Grenoble. Celle-ci va être « jointe à l’en­quête menée par les poli­ciers de la Sûreté de Grenoble », pré­cise Éric Vaillant.

Concert de Danakil à Grenoble. © La Belle Électrique

Une nou­velle plainte a été dépo­sée ce ven­dredi 29 avril pour des faits com­mis lors d’une soi­rée à La Belle Electrique le 27 mars der­nier. © La Belle Électrique

Au total, qua­torze per­sonnes ont ainsi déposé plainte dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, toutes vic­times de piqûres lors de soi­rées en boîte de nuit ou en concert. Des faits sur­ve­nus pour la plu­part lors du week-end de Pâques, mais éga­le­ment donc à la fin mars. Et qui font l’ob­jet de deux enquêtes pour « admi­nis­tra­tion de sub­stances nui­sibles » diri­gées par le par­quet. La pre­mière confiée aux poli­ciers gre­no­blois, pour douze plai­gnants, tan­dis que les deux autres, piqués dans une dis­co­thèque à Saint-Martin-d’Uriage, relèvent de la com­pa­gnie de gen­dar­me­rie de Meylan.

@ Balance ton bar Grenoble (Instagram)

Sur le compte Instagram « Balance ton bar Grenoble », plu­sieurs per­sonnes racontent avoir été vic­times de piqûres lors de soi­rées en dis­co­thèque, au cours des der­nières semaines, dans la région gre­no­bloise. @ Balance ton bar Grenoble (Instagram)

Au niveau natio­nal, la liste des villes concer­nées par « l’af­faire des piqûres » s’al­longe main­te­nant de jour en jour. Après Nantes, Béziers, Rennes, Amiens, Périgueux, Lyon et donc Grenoble, de nou­velles plaintes ont ainsi été signa­lées à Saint-Malo, Roanne, Tours ou encore Toulouse. Et plu­sieurs fes­ti­va­liers ont affirmé avoir été piqués à leur insu lors du Printemps de Bourges et au cours du fes­ti­val Les Insolents à Lanester (Morbihan).

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Club lumière rouge en boite de nuit. © Pixabay - eszterateh
Affaire des piqûres : treize plaintes dépo­sées dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise mais pas de GHB détecté dans les pre­mières analayses

FLASH INFO - Avec les nouvelles victimes signalées ces derniers jours, treize plaintes ont désormais été déposées dans "l'affaire des piqûres" en boîte de nuit, Lire plus

© Wikipedia Commons
Affaire des piqûres : deux nou­velles plaintes de per­sonnes piquées à leur insu en boîte de nuit, à Saint-Martin-d’Uriage et Voiron

FOCUS - Deux nouvelles victimes ont déposé plainte après avoir été piquées à leur insu lors d'une soirée en discothèque, ce dimanche 17 avril 2022, Lire plus

Club lumière rouge en boite de nuit. © Pixabay - eszterateh
Grenoble : plu­sieurs per­sonnes piquées à leur insu puis vic­times de malaise en boîte de nuit et en concert

FOCUS - Sept personnes - cinq femmes et deux hommes - âgées de 17 à 22 ans ont déposé plainte après avoir été victimes de Lire plus

Parti de Bruxelles, le mouvement "Balance ton bar" a atteint Grenoble où un compte Instagram publie les témoignages anonymes de femmes victimes de violences sexuelles et sexistes dans des bars et discothèques de l'agglomération grenobloise. © Shutterstock
Violences sexuelles : ce que « Balance ton bar Grenoble » va chan­ger dans les cafés, clubs et discothèques

ENQUÊTE - Lancé à Bruxelles à la mi-octobre 2021, le mouvement "Balance ton bar" a vite essaimé dans toute la France, comme à Grenoble où Lire plus

Lieu culturel emblématique à Grenoble, la Bobine, à l'entrée du parc Mistral, abrite un bar associatif, un restaurant, une salle de spectacle et de concert, des studios de répétition et d'enregistrement. © Maeva Schamberger / La Bobine
« Balance ton bar » : la Bobine, accu­sée d’a­voir cou­vert les vio­lences sexistes et sexuelles de l’un de ses ser­veurs, se défend

DÉCRYPTAGE - Dans une lettre ouverte écrite en décembre 2021, quatre femmes accusent La Bobine d'avoir couvert le harcèlement et les agressions dont elles se Lire plus

La Région distribue des boutons d'alerte connecté aux associations de lutte contre les violences faites aux femmes
La Région Aura dis­tri­bue des bou­tons d’a­lerte connec­tés aux asso­cia­tions de lutte contre les vio­lences faites aux femmes

FOCUS - À l'occasion de la journée du 8 mars 2022, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a distribué à des associations de lutte contre les violences faites Lire plus

Flash Info

|

08/02

18h42

|

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Politique| Nouvel appel à la mobi­li­sa­tion à Grenoble contre la réforme des retraites mardi 31 jan­vier 2023

Agenda

Je partage !