Parti de Bruxelles, le mouvement "Balance ton bar" a atteint Grenoble où un compte Instagram publie les témoignages anonymes de femmes victimes de violences sexuelles et sexistes dans des bars et discothèques de l'agglomération grenobloise. © Shutterstock

Violences sexuelles : ce que « Balance ton bar Grenoble » va chan­ger dans les cafés, clubs et discothèques

Violences sexuelles : ce que « Balance ton bar Grenoble » va chan­ger dans les cafés, clubs et discothèques

ENQUÊTE - Lancé à Bruxelles à la mi-octobre 2021, le mouvement "Balance ton bar" a vite essaimé dans toute la France, comme à Grenoble où un compte Instagram a ouvert le 29 octobre. Celui-ci publie des témoignages anonymes de femmes qui se disent victimes de violences sexuelles ou sexistes dans des bars, clubs et discothèques grenoblois. Si les autorités judiciaires et les gérants d'établissements regrettent une certaine stigmatisation, tous concèdent la nécessité d'une prise de conscience.

"Personnellement, ça a été très compliqué à vivre mais je me suis posé la question : “Si je n'avais pas été interpellée, est-ce que j'aurais réagi aussi vite ?”" La réaction ambivalente d'Irena Chelihi traduit bien les sentiments contradictoires qui traversent la gérante du Barberousse. Son bar à rhum situé dans le centre historique fait en effet partie de la vingtaine d'établissements grenoblois pointés par le mouvement "Balance ton bar".

La gérante du Barberousse conteste la véracité des faits pointés par la publication de "Balance ton bar Grenoble" et estime la forme très violente, tout en affirmant soutenir ce mouvement en tant que femme et féministe. © Balance_ton_bar Grenoble / Instagram (capture d'écran)

La gérante du Barberousse conteste la véracité des faits pointés par la publication de "Balance ton bar Grenoble" et estime la forme très violente, tout en affirmant soutenir ce mouvement en tant que femme et féministe. © Balance_ton_bar Grenoble / Instagram (capture d'écran)

Après #MeToo ou #BalanceTonPorc, ce nouveau hashtag visant cette fois le milieu de la nuit est parti de Bruxelles à la mi-octobre 2021. La vague a ensuite très vite déferlé sur toute la France, et donc sur Grenoble. Ouvert le 29 octobre, le compte Instagram "Balance ton bar Grenoble" publie dès lors quasi quotidiennement des témoignages anonymes de femmes se disant victimes de violences sexuelles et sexistes dans des bars, clubs et discothèques grenoblois.

Une trentaine de publications sur la page "Balance ton bar Grenoble"

Depuis la première publication, le 9 novembre, une trentaine d'autres ont ainsi suivi. Pour des accusations allant de réflexions sexistes à des viols et agressions sexuelles, en passant par les nombreux récits de clientes droguées à leur insu au GHB. Un large panel de violences, dont les auteurs présumés peuvent être aussi bien d'autres clients que des serveurs ou agents de sécurité.

"J'ai voulu surfer sur ce mouvement venu de Bruxelles car, ici aussi, il y avait une forte demande de pouvoir témoigner", explique l'administratrice de la page "Balance ton bar Grenoble". Désirant rester anonyme, celle-ci se définit simplement comme "militante féministe". "J'ai trouvé l'idée excellente car j'ai été serveuse en bar et boîte de nuit", précise-t-elle. "J'y ai vu beaucoup de choses et c'est pour ça que j'ai quitté ce monde-là."

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 89 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble a signé une convention de partenariat sur les signalements d’agressions sexistes ou sexuelles le monde étudiant avec l’Université Grenoble-Alpes, Grenoble École de management, la DDSP de l'Isère et d’autres établissements d'enseignement supérieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Étudiants vic­times de vio­lences sexuelles et sexistes : une conven­tion signée entre le par­quet de Grenoble et plu­sieurs établissements

FOCUS - Le parquet de Grenoble et plusieurs établissements d'enseignement supérieur grenoblois ont signé, ce 15 octobre 2021, une convention régissant la prise en charge Lire plus

Environ 1 200 personnes ont participé à une marche aux flambeaux à Grenoble à l'occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus d’un mil­lier de mani­fes­tants pour la Journée inter­na­tio­nale contre les vio­lences faites aux femmes

REPORTAGE VIDÉO - Plus d'un millier de personnes ont défilé aux flambeaux ce jeudi 25 novembre 2021 à Grenoble, à l'occasion de la Journée internationale Lire plus

A Sciences Po, des étudiants creusent le filon du soutien scolaire. Profitant de la notoriété de l'école et à grand coup de marketing.
L’association En tout genre pointe les « failles » du dis­cours de l’IEP de Grenoble sur les vio­lences sexuelles

  FLASH INFO — "Par toutes ces failles dans votre discours, vous ne reconnaissez pas réellement l’existence d’un problème structurel à l'IEP". C'est peu dire Lire plus

Sciences Po Grenoble annonce renforcer ses dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles
Sciences Po Grenoble annonce ren­for­cer ses dis­po­si­tifs de lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles

FLASH INFO — Des dispositifs qui sont autant de "jalons nécessaires au bien-être et à l'épanouissement de chacune et chacun au sein de Sciences Po Lire plus

Rassemblement contre les vio­lences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supé­rieur à Grenoble

  FOCUS - Quelques dizaines d’étudiants se sont rassemblés devant le musée de Grenoble, samedi 6 mars 2021, pour protester contre les violences sexistes et Lire plus

Candidat à la présidence de la Communauté université Grenoble Alpes, Bernard Augier réclame plus de transparence et de démocratie.
L’Université Grenoble-Alpes adopte une charte antisexisme

La Commission formation et vie universitaire (CFVU) de l'Université Grenoble-Alpes a adopté jeudi 1er décembre une charte antisexisme, portée par les organisations syndicales Solidaires Étudiants, Lire plus

Flash Info

|

27/01

8h30

|

|

25/01

16h10

|

|

25/01

15h18

|

|

25/01

11h21

|

|

25/01

10h46

|

|

25/01

10h37

|

|

24/01

15h27

|

|

23/01

15h30

|

|

20/01

12h42

|

|

20/01

10h48

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 53 : « Une drôle de polé­mique autour des pigeons à Grenoble »

Abonnement| Les loups bien pré­sents en Isère, y com­pris dans le nord du dépar­te­ment, avec 22 meutes recen­sées en 2022

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Agenda

Je partage !