ChristopheTostainCreditDauphineLibere

L’ex-PDG du Dauphiné libéré Christophe Tostain condamné à une simple amende de 1000 euros pour vio­lences envers une femme

L’ex-PDG du Dauphiné libéré Christophe Tostain condamné à une simple amende de 1000 euros pour vio­lences envers une femme

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – L’ex-PDG du Dauphiné libéré Christophe Tostain a été condamné à 1000 euros d’a­mende, ce jeudi 16 décembre 2021, par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble, pour des vio­lences envers une femme, com­mises le 14 février 2021. Une peine bien infé­rieure aux réqui­si­tions du pro­cu­reur, qui récla­mait une peine de pri­son. Le juge­ment n’a en effet pas retenu la cir­cons­tance aggra­vante de vio­lences par concubin.

Jugé pour vio­lences conju­gales le 4 novembre 2021, Christophe Tostain ris­quait jus­qu’à huit mois de pri­son ferme. Mais le juge­ment du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble, rendu en déli­béré ce jeudi 16 décembre, s’est mon­tré par­ti­cu­liè­re­ment clé­ment. L’ex-PDG du Dauphiné libéré n’a ainsi écopé que d’une simple amende de 1000 euros, pour des faits requa­li­fiés en « vio­lences ayant entraîné une inca­pa­cité totale de tra­vail de moins de huit jours ».

Christophe Tostain, PDG du Dauphiné Libéré. © Thierry Guillot - Dauphiné Libéré

Déjà condamné pour vio­lences conju­gales en 2019, Christophe Tostain, ex-PDG du Dauphiné libéré, ris­quait la réci­dive si le concu­bi­nage avec la vic­time était confirmé. © Thierry Guillot – Dauphiné Libéré

Les faits qui lui sont repro­chés remontent au 14 février 2021. Christophe Tostain, 50 ans, était accusé d’a­voir, ce jour-là, frappé et bous­culé une femme après une vio­lente dis­pute. Des coups ayant entraîné une inca­pa­cité totale de tra­vail (ITT) d’un jour pour la vic­time. Rencontrée dix-huit mois aupa­ra­vant sur le réseau social Tinder, celle-ci l’a­vait rejoint à son domi­cile pour la Saint-Valentin.

La vic­time se pré­sen­tait comme la com­pagne de Christophe Tostain, ce que ce der­nier contestait

À la barre, l’an­cien PDG du Dauphiné libéré – fonc­tion qu’il occu­pait depuis 2013, avant de se mettre en retrait après la révé­la­tion des faits par son propre jour­nal, en mars 2021 – avait sou­tenu que la dis­pute était liée à un motif pro­fes­sion­nel. Selon lui, cette femme l’a­vait en effet sol­li­cité pour obte­nir un poste au sein du quo­ti­dien. Une demande qu’il avait refu­sée, affirmait-il.

La rédaction du Dauphiné Libéré dans ses nouveaux locaux. © Dauphiné Libéré

PDG du Dauphiné libéré depuis 2013, Christophe Tostain s’é­tait mis en retrait de ses fonc­tions en mars 2021, après la révé­la­tion des faits par son propre jour­nal. © Dauphiné Libéré

Mais les deux par­ties s’é­taient sur­tout oppo­sées sur la véri­table nature de leur rela­tion. La vic­time se pré­sen­tait ainsi comme la com­pagne de Christophe Tostain, ce que ce der­nier contes­tait farou­che­ment, évo­quant une « simple rela­tion d’ordre sexuel ».

Cette ques­tion était deve­nue l’élé­ment cen­tral du dos­sier. Et ce, pour deux rai­sons. D’abord car il s’a­git d’une cir­cons­tance aggra­vante. Lorsque l’ITT est infé­rieure à huit jours, il faut ainsi que les vio­lences aient été com­mises par le conjoint ou concu­bin pour rele­ver du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel. Dans le cas contraire, l’au­teur ne risque qu’une contravention.

Déjà condamné pour vio­lences conju­gales, il se serait retrouvé en réci­dive si le concu­bi­nage était avéré

Deuxième rai­son : si le concu­bi­nage était avéré, Christophe Tostain se serait alors retrouvé en réci­dive. L’ex-PDG du Dauphiné libéré avait en effet déjà été condamné à six mois de pri­son avec sur­sis pour vio­lences conju­gales, en mai 2019, par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon.

Recel d'apologie du terrorisme

Christophe Tostain a com­paru le 4 novembre 2021 devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble, qui a rendu son déli­béré ce jeudi 16 décembre. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Lors de l’au­dience du 4 novembre, le minis­tère public avait d’ailleurs requis un an d’emprisonnement, dont dix mois avec sur­sis pro­ba­toire pen­dant deux ans, ainsi que la révo­ca­tion de ces six mois de sur­sis pro­non­cés en 2019. L’accusé encou­rait donc huit mois de pri­son ferme au total.

Mais fina­le­ment, le tri­bu­nal n’a pas suivi les réqui­si­tions du par­quet. Le juge n’a pas retenu la cir­cons­tance aggra­vante de vio­lences par concu­bin, consi­dé­rant visi­ble­ment que le pré­venu et sa vic­time n’en­tre­te­naient pas de rela­tion de couple. Christophe Tostain n’a donc été condamné qu’à 1000 euros d’a­mende. Et il devra en outre ver­ser 1000 euros de dom­mages et inté­rêts à la femme violentée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Christophe Tostain, PDG du Dauphiné Libéré. © Thierry Guillot -Dauphiné Libéré
Christophe Tostain, PDG du Dauphiné Libéré, de nou­veau accusé de vio­lences conjugales

  FLASH INFO — Le PDG du Dauphiné Libéré (de nouveau) mis en cause dans une affaire de violences conjugales. Christophe Tostain a ainsi été Lire plus

Christophe Tostain, PDG du Dauphiné Libéré. © Thierry Guillot -Dauphiné Libéré
Condamnation de son PDG, ratés du “digi­tal first”, ratio­na­li­sa­tions dans l’air… Le Dauphiné libéré désorienté

DÉCRYPTAGE - Condamné le 2 mai dernier par le tribunal correctionnel de Lyon pour violence conjugale et outrages à agent, le PDG Christophe Tostain peut-il Lire plus

Martine Comte, présidente du Codase, Eric Vaillant, procureur, Anne Auclair, présidente du tribunal judiciaire, Martine Kohly, vice-présidente du Département en charge de l’enfance, de la famille, de la jeunesse et des sports, et Pierre Bejjaji, conseiller métropolitain délégué à la prévention de la délinquance et à la prévention spécialisée, ont signé, le 15 décembre 2021, au Codase, deux conventions pour la mise en œuvre de stages de responsabilisation pour les auteurs de violences conjugales et les parents défaillants. © Manuel Pavard – Place Gre’net
Grenoble : La jus­tice peut désor­mais impo­ser des stages de res­pon­sa­bi­li­sa­tion pour les auteurs de vio­lences conju­gales et les parents défaillants

FOCUS - Deux conventions pour la mise en œuvre de stages de responsabilité parentale et de responsabilisation du conjoint violent ont fait l'objet d'une signature Lire plus

Environ 1 200 personnes ont participé à une marche aux flambeaux à Grenoble à l'occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus d’un mil­lier de mani­fes­tants pour la Journée inter­na­tio­nale contre les vio­lences faites aux femmes

REPORTAGE VIDÉO - Plus d'un millier de personnes ont défilé aux flambeaux ce jeudi 25 novembre 2021 à Grenoble, à l'occasion de la Journée internationale Lire plus

Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble a signé une convention de partenariat sur les signalements d’agressions sexistes ou sexuelles le monde étudiant avec l’Université Grenoble-Alpes, Grenoble École de management, la DDSP de l'Isère et d’autres établissements d'enseignement supérieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Étudiants vic­times de vio­lences sexuelles et sexistes : une conven­tion signée entre le par­quet de Grenoble et plu­sieurs établissements

FOCUS - Le parquet de Grenoble et plusieurs établissements d'enseignement supérieur grenoblois ont signé, ce 15 octobre 2021, une convention régissant la prise en charge Lire plus

Parti de Bruxelles, le mouvement "Balance ton bar" a atteint Grenoble où un compte Instagram publie les témoignages anonymes de femmes victimes de violences sexuelles et sexistes dans des bars et discothèques de l'agglomération grenobloise. © Shutterstock
Violences sexuelles : ce que « Balance ton bar Grenoble » va chan­ger dans les cafés, clubs et discothèques

ENQUÊTE - Lancé à Bruxelles à la mi-octobre 2021, le mouvement "Balance ton bar" a vite essaimé dans toute la France, comme à Grenoble où Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin