Actualité

Inauguration de l'exposition « Art et Science : un demi-siècle d’existence pour le laboratoire ARC-Nucléart » au Musée dauphinois. © Véronique Magnin - Place Gre'net

Pour ses 50 ans, l’atelier Arc-Nucléart d’irradiation gamma au ser­vice du patri­moine, s’expose au Musée dauphinois

Pour ses 50 ans, l’atelier Arc-Nucléart d’irradiation gamma au ser­vice du patri­moine, s’expose au Musée dauphinois

FOCUS – L’atelier gre­no­blois Arc-Nucléart qui met l’ir­ra­dia­tion gamma au ser­vice du patri­moine fête ses 50 ans. Pour l’oc­ca­sion, le Musée dau­phi­nois rend hom­mage à cet ate­lier de res­tau­ra­tion et de recherche hébergé au CEA de Grenoble à tra­vers une expo­si­tion retra­çant son his­toire. Au nombre de ses réa­li­sa­tions remar­quables, le sau­ve­tage de cen­taines de pièces issues des col­lec­tions du musée, conser­vées dans les murs de l’ancien couvent Sainte-Marie‑d’en-Haut.

« Cette expo­si­tion est là pour mar­quer nos 50 ans d’existence. L’occasion m’est ainsi don­née de rendre hom­mage à l’ingénieur Louis de Nadaillac, qui a eu cette idée ori­gi­nale au début des années 1970 de sau­ver de la des­truc­tion des sculp­tures en bois poly­chro­mées au moyen de l’irra­dia­tion. » Tels ont été les pre­miers mots de Christian Vernou, conser­va­teur en chef du patri­moine de l’Atelier de recherche et de conser­va­tion gre­no­blois Arc-Nucléart1Doté d’un bud­get d’1,5 mil­lion d’euros, l’atelier Arc-Nucléart est un grou­pe­ment indé­pen­dant d’in­té­rêt public sou­tenu par quatre par­te­naires : le CEA, le minis­tère de la Culture, la Ville de Grenoble et l’asso­cia­tion ProNucléart, ce jeudi 25 novembre 2021 au Musée dau­phi­nois, lors de l’inauguration de l’exposition « Art et Science : un demi-siècle d’existence pour le labo­ra­toire Arc-Nucléart », à décou­vrir jusqu’au 28 février 2022 dans la gale­rie du cloître.

Une tren­taine de pan­neaux y exposent les ins­tru­ments uti­li­sés par l’équipe d’Arc-Nucléart com­po­sée de chi­mistes, phy­si­ciens, tech­ni­ciens, res­tau­ra­teurs et conser­va­teurs pour sau­ver, grâce au nucléaire, des chef-d’œuvres et autres objets patri­mo­niaux emblé­ma­tiques dont le public peut aussi admi­rer les photographies.

Christian Vernou, conservateur en chef du patrimoine d’ARC-Nucléart devant une photographie de la Vierge à l’Enfant de Flavigny-sur Ozerain en Côte d’Or restaurée par l’atelier en 1971. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Christian Vernou, conser­va­teur en chef du patri­moine d’Arc-Nucléart devant la pho­to­gra­phie de la Vierge à l’Enfant res­tau­rée par l’atelier en 1971. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Le lieu de l’ex­po­si­tion n’est pas for­tuit. De fait, le Musée dau­phi­nois est le pre­mier éta­blis­se­ment cultu­rel à avoir sol­li­cité, dans les années 70, les ser­vices de l’atelier labo­ra­toire hébergé sur le site du Commissariat à l’énergie ato­mique et aux éner­gies alter­na­tives (CEA) de Grenoble. En l’oc­cur­rence, un choix de la der­nière chance pour sau­ver des pièces de ses col­lec­tions qui conti­nuaient à se dégra­der, en dépit des soins déjà pro­di­gués. Ainsi, l’ap­pli­ca­tion du nucléaire a‑t-elle per­mis de pro­lon­ger la vie de cen­taines de pièces dont L’homme sau­vage, figure mythique de la mon­tagne alpine qui trône à l’entrée de l’exposition.

« L’homme sauvage », figure mythique de la montagne alpine sauvé de la dégradation par l'équipé d'ARC-Nucléart. © Véronique Magnin - Place Gre'net

Statue de « L’homme sau­vage », sauvé de la dégra­da­tion par l’é­quipé d’Arc-Nucléart. © Véronique Magnin – Place Gre’net

Depuis cin­quante ans, Arc-Nucléart plas­ti­fie par irra­dia­tion des mil­liers d’ob­jets du patrimoine

Le rayon­ne­ment gamma émis lors de la dés­in­té­gra­tion de noyaux ato­miques (réac­tion nucléaire) est en par­ti­cu­lier uti­lisé pour dur­cir les objets dégra­dés et donc poreux, préa­la­ble­ment impré­gnés d’une résine hydro­phobe2Qui n’aime pas l’eau plas­ti­fiante. Le tout selon le pro­cédé bap­tisé Nucléart3Cette tech­nique est éga­le­ment appli­quée à d’anciens objets en fer deve­nus poreux sous l’effet de la cor­ro­sion ou en pierre alté­rée par la pluie, le gel, le vent ou le soleil. À la condi­tion que ces pièces de pierre soient démon­tables comme un balustre ou une sculp­ture. (voir enca­dré) qui a fait l’objet d’un dépôt de bre­vet dans les années 70. Cette tech­nique est spé­cia­le­ment adap­tée au trai­te­ment d’ob­jets consti­tués de matière orga­nique4 Bois, cuir, os, cornes et fibres végé­tales (van­ne­ries, tis­sus etc.), qu’Arc-Nucléart a déjà sau­vés par milliers.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 74 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Véronique Magnin

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Peuple Rikbaktsa, coiffes en plumes de perroquet, d'aras, de hocco et toucan. Collection du musée d'histoire naturelle de Lille. © Philip Bernardbleu
Exposition Amazonie[s] forêt-monde au musée dau­phi­nois de Grenoble : immer­sion au cœur d’un éco­sys­tème en grand danger

FOCUS - Après deux ans de préparation, l'exposition Amazonie[s], forêt-monde est enfin ouverte au public et le restera jusqu'au 2 mai 2022 au musée dauphinois Lire plus

signature pour donation meuble hache
Le musée dau­phi­nois reçoit une impor­tante dona­tion de meubles Hache d’un col­lec­tion­neur privé

FLASH INFO – Le Musée dauphinois a reçu une donation de meubles Hache, du nom d'une célèbre dynastie d'ébénistes dauphinois. Tous appartenaient à Maître Stéphane Lire plus

Face à une grève très suivie, la Ville de Grenoble annule la restauration scolaire du jeudi 25 novembre
Face à une grève très sui­vie, la Ville de Grenoble annule la res­tau­ra­tion sco­laire du jeudi 25 novembre

FLASH INFO — Après un mouvement de grève très suivi dans les écoles grenobloises mardi 23 novembre, la Ville de Grenoble annonce annuler la restauration Lire plus

Le Mary Rose. © The Mary Rose Trust
Les rayons X de l’ESRF ont exploré un ves­tige du Mary Rose, navire de guerre pré­féré d’Henri VIII

FLASH INFO - Une technique du Synchrotron européen de Grenoble (ESRF) offre de nouvelles perspectives pour la conservation du Mary Rose, navire de guerre préféré Lire plus

© Gilles-Marie Moreau
Restauration du patri­moine reli­gieux ancien de Grenoble : « un plan d’urgence s’impose »

  TRIBUNE LIBRE - Gilles-Marie Moreau, historien, auteur de plusieurs livres sur l'histoire de Grenoble et de sa région, nous a transmis un courrier qu'il Lire plus

Le syn­chro­tron de Grenoble va contri­buer à mieux conser­ver Le Cri, chef‑d’œuvre d’Edvard Munch

  FOCUS – Grâce au synchrotron européen de Grenoble, une équipe scientifique internationale a démontré que l’humidité était la principale cause de la dégradation du Lire plus

Flash Info

|

19/07

15h30

|

|

19/07

11h59

|

|

17/07

19h01

|

|

16/07

19h53

|

|

14/07

11h04

|

|

10/07

15h12

|

|

09/07

15h36

|

|

09/07

11h24

|

|

07/07

10h36

|

|

05/07

19h12

|

Les plus lus

Culture| Festivités du 14 juillet : feux d’ar­ti­fice, bals, concerts et ani­ma­tions dans les com­munes de la métro­pole grenobloise

Politique| Grenoble : deux ex-élus attaquent la déli­bé­ra­tion octroyant un ter­rain de la Ville à moi­tié prix pour un « pseudo-habi­tat participatif »

A écouter| La Ville de Grenoble met un local flam­bant neuf à la dis­po­si­tion des livreurs de repas à domicile

Agenda

Je partage !