A Sciences Po, des étudiants creusent le filon du soutien scolaire. Profitant de la notoriété de l'école et à grand coup de marketing.

L’association En tout genre pointe les « failles » du dis­cours de l’IEP de Grenoble sur les vio­lences sexuelles

L’association En tout genre pointe les « failles » du dis­cours de l’IEP de Grenoble sur les vio­lences sexuelles

FLASH INFO — « Par toutes ces failles dans votre dis­cours, vous ne recon­nais­sez pas réel­le­ment l’existence d’un pro­blème struc­tu­rel à l’IEP ». C’est peu dire que l’as­so­cia­tion étu­diante « queer et fémi­niste » En tout genre n’a pas été convain­cue par le com­mu­ni­qué de Sciences Po Grenoble, fai­sant suite à des signa­le­ments d’a­gres­sions sexuelles pré­su­mées, dans la fou­lée du mou­ve­ment « Sciences Porcs ».

Baptisé « Soutien et dis­po­si­tifs de Sciences Po Grenoble aux vic­times de vio­lences sexuelles », le texte indique que la direc­trice de l’IEP, Sabine Saurugger, a été infor­mée « d’un grand nombre de témoi­gnages rela­tant des cas de vio­lences sexistes ou sexuelles » au sein de plu­sieurs éta­blis­se­ments. Et fait état de mesures prises face à ces pro­blé­ma­tiques, tout en « [sou­hai­tant] entendre les pro­po­si­tions des élues étu­diantes et élus étudiants ».

En tout genre s’é­tonne dans son propre com­mu­ni­qué que la direc­trice explique avoir été infor­mée « par le biais de cap­tures d’écran de posts publiés sur les réseaux sociaux ». « Nombre de ces témoi­gnages affirment que la direc­tion avait été mise au cou­rant des faits », écrit l’as­so­cia­tion. Qui consi­dère dès lors que les Instituts d’é­tudes poli­tiques doivent « rééva­luer leur res­pon­sa­bi­lité dans la créa­tion et le main­tien d’une culture du viol dans leurs éta­blis­se­ments ».

Pour l'association En tout genre, Sciences-Po Grenoble ne prend pas la mesure de la "culture du viol" ou de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. © Simon Marseille - Place Gre'net

Pour l’as­so­cia­tion En tout genre, Sciences Po Grenoble ne prend pas la mesure de la « culture du viol » ou de la lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles. © Simon Marseille – Place Gre’net

Autres « failles », selon En tout genre ? L’absence de la men­tion de pro­cé­dures dis­ci­pli­naires dans le mes­sage de Sciences Po. Des pro­cé­dures qui « ne sont pra­ti­que­ment jamais lan­cées », affirme l’as­so­cia­tion. Quant au « signa­le­ment sys­té­ma­tique au pro­cu­reur », celui-ci ne serait pas non plus d’ac­tua­lité. Quid des for­ma­tions sur les vio­lences sexistes et sexuelles ? Elles n’ont pas de carac­tère obli­ga­toire, déplore encore l’or­ga­ni­sa­tion étudiante.

C’est pour­quoi En tout genre avance ses propres reven­di­ca­tions. Parmi les­quelles des for­ma­tions obli­ga­toires pour les élèves comme les per­son­nels ensei­gnants ou admi­nis­tra­tifs. La mise en place d’une com­mis­sion étu­diante sur les vio­lences sexistes et sexuelles. Un « conseil de dis­ci­pline sys­té­ma­tique (…) lorsqu”’il est demandé par la vic­time ». Ou encore la mise en place de « safe zone » lors des évé­ne­ments en lien avec la vie asso­cia­tive étudiante.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO
Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO

FLASH INFO - La Ville de Grenoble a adopté lors de son conseil municipal du 13 mai 2024 une convention avec la Ligue protectrice des Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !