Les anti-Neyrpic ont donné de la voix devant le tribunal de Grenoble en soutien à cinq citoyens attaqués par Apsys

sep article

 

EN BREF – Une petite centaine d’opposants au projet Neyrpic de Saint-Martin-d’Hères se sont donné rendez-vous devant le palais de justice de Grenoble, ce jeudi 8 avril 2021. Ceci pour soutenir cinq Martinérois, attaqués en justice par le promoteur Apsys, qui juge abusif leur recours déposé contre le permis de construire du centre commercial.

 

Une petite cen­taine de per­sonnes s’é­taient don­née ren­dez-vous devant le palais de jus­tice de Grenoble, jeudi 8 avril entre 13 heures et 14 heures. Objectif ? Soutenir cinq habi­tants de Saint-Martin-d’Hères, convo­qués par la jus­tice suite à une plainte du pro­mo­teur Apsys. Le groupe accuse les rive­rains d’a­voir déposé un recours abu­sif contre le per­mis de construire du centre com­mer­cial Neyrpic. Un per­mis approuvé par la muni­ci­pa­lité mar­ti­né­roise.

 

Rassemblement des opposants au projet Neyrpic devant le palais de justice de Grenoble le jeudi 8 avril © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement des oppo­sants au pro­jet Neyrpic devant le palais de jus­tice de Grenoble le jeudi 8 avril 2021. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les mou­ve­ments Alternatiba Grenoble et Neyrpic autre­ment contestent fer­me­ment le motif de cette plainte. Alors que le pro­mo­teur accuse les dépo­sants du recours de lui avoir fait perdre la somme de 27 mil­lions d’eu­ros, ceux-ci répliquent en rap­pe­lant que la pro­cé­dure juri­dique n’empêchait en rien le dérou­le­ment des tra­vaux. Un argu­ment déjà avancé en amont du ras­sem­ble­ment et rap­pelé au micro devant le tri­bu­nal de Grenoble.

 

 

La plainte d’Apsys : un exemple parmi d’autres de « procédures baillons » ?

 

Michel, l’un des cinq habi­tants convo­qués devant les juges, défend son recours devant ses sou­tiens. « Nous avons relevé des irré­gu­la­ri­tés rela­tives au droit à l’ur­ba­nisme et de l’en­vi­ron­ne­ment dans ce per­mis », leur explique-t-il. Et celui-ci de racon­ter com­ment, en novembre 2018, quelques mois après avoir déposé un recours au tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble, il a vu arri­ver à son domi­cile un huis­sier envoyé par Apsys.

 

Pour Bruno de Lescure, la plainte du promoteur Apsys n'est qu'un exemple de "procédures baillons" parmi d'autres sur le territoire grenoblois © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pour Bruno de Lescure, la plainte du pro­mo­teur Apsys n’est qu’un exemple de « pro­cé­dures baillons » parmi d’autres sur le ter­ri­toire gre­no­blois. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Michel ne mâche pas ses mots : « De la part d’Apsys, c’est une inti­mi­da­tion, une attaque bru­tale », lance-t-il. Tout en affir­mant ne pas se lais­ser inti­mi­der, fort du sou­tien du col­lec­tif Neyrpic autre­ment et de tous les mou­ve­ments citoyens qui ont rejoint la contes­ta­tion contre ce pro­jet qua­li­fié « d’un autre temps ». « Nous voilà ici, cet après-midi, pour voir si nous, citoyens, nous avons le droit d’a­gir ! », conclut-il. Le juge­ment sera rendu le 10 juin.

 

Une plainte qui en rap­pelle d’autres ? Bruno de Lescure, de Vivre à Grenoble, n’a pas man­qué de par­ti­ci­per au ras­sem­ble­ment, arbo­rant des pan­cartes dénon­çant les « pro­cé­dures baillons ». Dans le viseur : Neyrpic, les Jardins de la Buisserate… ou le ter­rain Galtier. Un pro­jet de construc­tion à Grenoble, dans le cadre duquel Grenoble Habitat réclame deux mil­lions d’eu­ros à des rive­rains ayant, eux aussi, déposé un recours.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2457 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. les proxis de Piolle Pot s’ac­tivent. Après avoir détruit la com­merce de Grenoble, Mr Piolle s’in­quiète pour le pro­jet des voi­sins qui va enfon­cer le clou dans le cer­cueil de la com­merce gre­no­bloise. Bravo, SMH avec la poli­tique intel­li­gente par rap­port à l’ac­cess par voi­ture

    sep article