Le permis de construire de « Neyrpic » à Saint-Martin-d’Hères vient d’être délivré au promoteur Apsys

sep article



FIL INFO – Apsys a obtenu, ce jeudi 3 mai, le permis de construire du projet Neyrpic. À l’emplacement des halles du même nom, ce complexe de plus d’une centaine de boutiques, espaces loisirs, cafés et restaurants, constituera le cœur du centre-ville de Saint-Martin-d’Hères. Coup d’envoi des travaux du projet estimé à 190 millions d’euros ? Courant du deuxième semestre 2018.

 

 

Bansay Maurice, président et fondateur d’Apsys_projet Neyrpic

Maurice Bansay, pré­sident et fon­da­teur d’Apsys DR

Ce jeudi 3 mai, le pro­mo­teur Apsys semble par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux d’an­non­cer l’ob­ten­tion du per­mis de construire pour le pro­jet Neyrpic. Précieux sésame que l”« orfèvre de l’im­mo­bi­lier com­mer­cial » (sic) convoite depuis plu­sieurs années. Et qui va lui per­mettre de lan­cer les tra­vaux du futur mas­to­donte com­mer­cial de Saint-Martin-d’Hères d’ici quelques semaines.

 

La livrai­son du pro­jet est pro­gram­mée pour 2020. Ce pro­jet « nous tient très à cœur, déclare dans un com­mu­ni­qué, le PDG d’Apsys Maurice Bansay, tant il incarne notre vision de la ville et de l’immobilier com­mer­cial ».

 

 

« Sublimer » le « fleuron industriel » « dans un esprit brut ultra-inventif »

 

Pour la construc­tion du bâti­ment, Apsys va don­ner la pri­meur aux entre­prises locales par l’en­tre­mise d’un accord conclu avec la Fédération fran­çaise du bâti­ment de l’Isère. Le pro­mo­teur annonce la créa­tion de 2 100 emplois, dont 1 300 pour la construc­tion de Neyrpic et 800 pour l’ex­ploi­ta­tion des futurs locaux, dans le sec­teur de la vente notam­ment.

 

Les anciennes halles de l'usine Neyrpic où viendra s'installer le pôle commercial du promoteur Apsys © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Anciennes halles de l’u­sine Neyrpic où vien­dra s’ins­tal­ler le pôle com­mer­cial du pro­mo­teur Apsys © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Apsys brigue pour Neyrpic la cer­ti­fi­ca­tion de per­for­mance envi­ron­ne­men­tale bap­ti­sée « Breeam Very Good », un label euro­péen de réfé­rence. Les bâti­ments de l’an­cienne usine Neyrpic « les plus remar­quables » sont conser­vés. « La pres­ti­gieuse Maison Édouard François » en charge de l’ar­chi­tec­ture s’af­fai­rera à « subli­mer » ce « fleu­ron indus­triel », « dans un esprit brut ultra-inven­tif ».

 

 

Le « Corso », « terrain de jeu pour les Martinérois, artistes et associations »

 

En terme d’a­mé­na­ge­ment pié­ton, Apsys veut trans­for­mer l’axe reliant l’avenue Gabriel Péri à la Maison Communale, en « Corso », une « cou­lée verte » de plus de 300 mètres de long.

 

Futur projet de centre commercial Neyrpic sur Saint-Martin-d'Hères, version 2. Axe historique nord sud © Apsys

Futur pro­jet de centre com­mer­cial Neyrpic sur Saint-Martin-d’Hères, ver­sion 2. Axe his­to­rique nord sud © Apsys

Sa super­fi­cie de 8 000 m2 per­met­tra aussi d” « [accueillir] ter­rasses de cafés et res­tau­rants, espaces de jeux et de loi­sirs, évé­ne­ments et acti­vi­tés sai­son­nières (concerts en été, pati­noire en hiver…) ».

 

« Le Corso sera un “ter­rain de jeu” que les Martinérois, les artistes, asso­cia­tions et col­lec­tifs locaux pour­ront s’approprier tout au long de l’année. »

 

De quoi récon­ci­lier, dans une cer­taine mesure avec le pro­jet d’Apsys les oppo­sants au centre com­mer­cial qui dénoncent une « pri­va­ti­sa­tion » du cœur de ville…

 

 

Un futur pôle commercial, contraint par un protocole d’accord 

 

Dans son com­mu­ni­qué, le spé­cia­liste de l’im­mo­bi­lier com­mer­cial n’o­met pas de men­tion­ner le « pro­to­cole » qu’il a cosi­gné avec Grenoble-Alpes Métropole et Saint-Martin‑d’Hères.

 

Affiche promotionnelle du futur retail park d'Apsys, prévu sur le site des anciennes usines Neyrpic de Saint-Martin-d'Hères © Olivier Razemon

Affiche pro­mo­tion­nelle du futur retail park d’Apsys, prévu sur le site des anciennes usines Neyrpic de Saint-Martin-d’Hères © Olivier Razemon

Ce pro­to­cole d’ac­cord a, par ailleurs, été voté à la majo­rité, après plus de trois heures de débat, par les conseillers com­mu­nau­taires.

 

Ce docu­ment engage Apsys à « pro­po­ser une pro­gram­ma­tion com­plé­men­taire à l’existant et res­pec­tueuse des grands équi­libres com­mer­ciaux et urbains de l’agglomération ».

 

Sur les douze points que contient ce pro­to­cole, Apsys en reprend un, dans son com­mu­ni­qué : « le non-trans­fert d’enseignes depuis le centre-ville de Grenoble ». Tout en res­pec­tant le pro­to­cole, le nou­veau temple du shop­ping entend bien sûr atti­rer une « col­lec­tion de marques inédites et concepts inno­vants et [faire] la part belle aux talents com­mer­ciaux locaux ainsi qu’aux nou­velles formes com­mer­ciales (com­merce col­la­bo­ra­tif, phy­gi­tal, éphé­mère…) ».

 

 

SC

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3684 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.