Grenoble : la friche Esmonin (enfin) “nettoyée” suite aux interpellations de riverains et d’élus d’opposition

sep article

 

FIL INFO – La Ville de Grenoble vient de nettoyer la friche Esmonin, située à l’intersection des avenues Léon-Blum et Esmonin. Fin mars, riverains et élus d’opposition avaient interpellé la municipalité sur ce lieu de dépôt devenu une décharge à ciel ouvert depuis plusieurs années.

 

 

C’est un véri­table sou­la­ge­ment pour les rive­rains qui avaient lancé un appel à l’aide sur Twitter et inter­pellé la presse. La Ville de Grenoble vient tout juste de pro­cé­der au net­toyage de la friche Esmonin, où ordures et encom­brants s’en­tas­saient depuis 2014.

 

 

En 2015, un camp de Roms s’é­tait éta­bli quelques mois sur cet ancien site indus­triel, avant d’être éva­cué. Mais depuis 2016, le site s’é­tait trans­formé en une grande décharge à ciel ouvert.

 

Ce ter­rain, pro­priété de la Métropole et mis à dis­po­si­tion par la Ville de Grenoble, sert de lieu de dépôt aux ser­vices tech­niques de la com­mune. Qui redi­rigent ensuite les déchets vers des déchet­te­ries pro­fes­sion­nelles. Mais, peu à peu, les détri­tus ont fini par s’ac­cu­mu­ler sur le site. D’autant plus que des indi­vi­dus venaient dépo­ser illé­ga­le­ment leurs ordures.

 

Un amon­cel­le­ment source d’o­deurs insup­por­tables, en par­ti­cu­lier l’été. Sans comp­ter l’as­pect esthé­tique… De quoi excé­der les rive­rains, qui se sen­taient aban­don­nés.

 

 

L’opposition pointe la responsabilité de la municipalité

 

Sans sur­prise, les élus d’op­po­si­tion sont mon­tés au cré­neau. Alain Carignon, du groupe Société civile, divers droite et centre, a ainsi inter­pellé dans une vidéo, fin mars, la muni­ci­pa­lité sur la ges­tion de ce lieu juste avant l’ou­ver­ture de la bien­nale des villes en tran­si­tion. Avant d’in­ter­ro­ger le maire de Grenoble à ce sujet lors du conseil muni­ci­pal du lundi 29 mars.

 

L'entrée de la friche Allibert indique que la friche doit être détruite prochainement. © Tim Buisson – Place Gre’net

Un pan­neau situé à l’en­trée indique que la friche va être détruite pro­chai­ne­ment. © Tim Buisson – Place Gre’net

Mais l’é­dile a botté en touche, Éric Piolle lui repro­chant d’avoir asso­cié les squats et ce lieu de dépôt d’ordures en posant simul­ta­né­ment une ques­tion sur ces deux sujets… sans répondre sur le fond du sujet.

 

Émilie Chalas, conseillère muni­ci­pale du groupe Nouveau Regard, a, elle aussi, tourné une vidéo sur place. « Voilà la réa­lité de ce site Allibert qui, en fait, attend un pro­jet d’a­mé­na­ge­ment. Et qui attend aussi que les élus de Grenoble soient res­pon­sables et pré­sents ». La friche fait en effet par­tie du pro­jet Grand’Alpe visant à redy­na­mi­ser le sud de Grenoble.

 

Pour lut­ter contre les dépôts illé­gaux, des vigiles sur­veillent à pré­sent l’en­trée en per­ma­nence. Seules les balayeuses de la Ville viennent encore y vider leurs cuves. De son côté, Gilles Namur, adjoint à la nature en ville et aux espaces publics, évoque une sécu­ri­sa­tion du lieu d’ici fin avril. L’arsenal répres­sif devrait éga­le­ment s’é­tof­fer avec des contrôles plus fré­quents de la police et l’ins­tal­la­tion de « pièges pho­to­gra­phiques ».

 

Tim Buisson

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
7311 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.