Le Département de l’Isère engage le gouvernement à accélérer la vaccination

sep article



 

FLASH INFO – Alors que la vaccination se déploie au compte-gouttes en France, le président du Département de l’Isère engage le gouvernement à cesser de « perdre de temps ». Et à s’appuyer sur les collectivités locales pour accélérer la campagne.

 

Le président du Conseil départemental Jean-Pierre Barbier a rappelé que le Département maintenait les budgets alloués à la culture et au tourisme. © Jules Peyron - Place Gre'net

Le pré­sident du Département de l’Isère engage le gou­ver­ne­ment à accé­lé­rer la vac­ci­na­tion en s’ap­puyant sur les col­lec­ti­vi­tés locales . © Jules Peyron – Place Gre’net

« Chacun peut com­prendre que les publics les plus vul­né­rables et les per­son­nels de santé soient prio­ri­taires, le temps que les capa­ci­tés de pro­duc­tion des labo­ra­toires et que le nombre de vac­cins auto­ri­sés aug­mentent », sou­ligne Jean-Pierre Barbier (Les Républicains) dans un com­mu­ni­qué.

 

« Cependant, nous espé­rons qu’il ne s’agit pas d’un effet d’annonce car la len­teur prise par la vac­ci­na­tion (quelques mil­liers en une semaine alors que plu­sieurs cen­taines de mil­liers de doses sont déjà à dis­po­si­tion en France) ren­force le sen­ti­ment de défiance et empêche notre pays de se pro­je­ter serei­ne­ment dans une sor­tie de crise ».

 

Début décembre, Jean-Pierre Barbier avait déjà inter­pellé le gou­ver­ne­ment. Pour lui pro­po­ser d’as­so­cier les col­lec­ti­vi­tés locales à la cam­pagne de vac­ci­na­tion. Un mois après, la vac­ci­na­tion com­mence à peine.

 

 

Un déploiement peu rapide et peu efficace pour Jean-Pierre Barbier

 

En Isère, la cam­pagne a démarré le 4 jan­vier auprès de 5 000 per­sonnes. Six éta­blis­se­ments pour per­sonnes âgées sont concer­nés cette semaine. Un déploie­ment peu rapide et peu effi­cace pour le pré­sident du Département de l’Isère.

 

« Alors que le Département dis­pose d’une com­pé­tence au titre de la santé publique qu’il a choi­sie, nous venons tout juste d’être asso­cié à la démarche, regrette Jean-Pierre Barbier. Il existe déjà une conven­tion avec l’Agence régio­nale de santé (ARS) dans le domaine de la vac­ci­na­tion, en rai­son de l’ac­ti­vité du centre dépar­te­men­tal de santé. Qui plus est, sa connais­sance des publics vul­né­rables, du ter­rain, et la réac­ti­vité et agi­lité de ses agents lar­ge­ment démon­trées durant cette crise, garan­ti­raient une accé­lé­ra­tion de cette cam­pagne, si le Département était plei­ne­ment mis à contri­bu­tion ».

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
1023 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.