Grenoble : des organisations de jeunesse affirment leur solidarité avec les occupants de l’immeuble de l’Abbaye

sep article

 

FIL INFO – Ce lundi 28 décembre 2020, des organisations de jeunesse se sont déclarées solidaires des personnes ayant investi un immeuble vide du quartier de l’Abbaye à Grenoble, avec l’aide de l’association Droit au logement de l’Isère. Fustigeant les coupures de fluides en plein hiver, les signataires demandent à la Ville de renouer les négociations avec les occupants.

 

 

Squat de l'Abbaye : des organisations de jeunes solidaires. L'immeuble occupé depuis le 9 décembre dans le quartier de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L’immeuble occupé depuis le 9 décembre 2020 dans le quar­tier de l’Abbaye. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« La mai­rie de Grenoble doit négo­cier ! », exigent les orga­ni­sa­tions1Dont l’Union natio­nale lycéenne de l’Isère (UNL 38), l’Union des étu­diants com­mu­nistes de Grenoble (UEC) et les Jeunes insoumis.es de Grenoble. Mais aussi l’Unef Grenoble, le NPA jeunes Grenoble, Fridays for future Grenoble et Solidaires étu­diants.  signa­taires d’un com­mu­ni­qué publié ce 28 décembre 2020. En cause, la situa­tion des habi­tants des loge­ments inves­tis le 9 décembre der­nier par l’as­so­cia­tion Droit au loge­ment de l’Isère (Dal 38) reven­di­quant des relo­ge­ments « dignes et décents » pour ses habi­tants.

 

L’association avait par ailleurs demandé au maire de Grenoble d’u­ser de son droit de réqui­si­tion sur le bâti­ment, dans l’at­tente d’une « solu­tion pérenne », mais en vain. « La pré­fec­ture et la mai­rie refusent encore d’ap­pli­quer la loi de réqui­si­tion de 1945 dans une agglo­mé­ra­tion qui compte près de 17 000 loge­ments vacants », déplorent ainsi les orga­ni­sa­tions de jeu­nesse.

 

 

Ces organisations demandent le rétablissement des fluides et l’ouverture de négociations

 

Les signa­taires constatent de sur­croît que, « depuis le 21 décembre, l’élec­tri­cité, l’eau et le chauf­fage […] ont été cou­pés sur demande du bailleur social Actis ». Des cou­pures jugées « inad­mis­sibles en pleine période hiver­nale et après quatre ans de chauf­fage des loge­ments à vide ». Ils jugent enfin « inac­cep­table que la mai­rie ait refusé de rece­voir une délé­ga­tion des habi­tants », le 23 décembre der­nier.

 

Prise de parole du Dal 38 devant l'immeuble occupé du quartier de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Prise de parole du Dal 38 devant l’im­meuble occupé du quar­tier de l’Abbaye. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Les orga­ni­sa­tions de jeu­nesse demandent ainsi « le réta­blis­se­ment de tous les fluides » et l’ou­ver­ture de « véri­tables négo­cia­tions pour que cha­cun puisse accé­der à un loge­ment digne et pérenne ». Mais aussi « la réqui­si­tion des loge­ments vacants et la baisse des loyers et charges ». Sans oublier « la fin de la pri­va­ti­sa­tion des loge­ments et de la spé­cu­la­tion sur les biens com­muns ».

 

 

Un appel aux dons pour les occupants de l’Abbaye

 

Ce lundi 28 décembre à 17 heures, les orga­ni­sa­tions de jeu­nesse invi­taient à une réunion « tous ceux qui veulent sou­te­nir la mobi­li­sa­tion ». À ce titre, les par­ti­ci­pants ont appelé aux dons via une cagnotte en ligne et quan­ti­fié les besoins en cou­ver­tures, appa­reils de chauf­fage et autres objets pou­vant amé­lio­rer la situa­tion maté­rielle des occu­pants.

 

Par ailleurs, les sou­tiens des mal-logés de l’Abbaye ont annoncé qu’ils par­ti­ci­pe­raient à un ras­sem­ble­ment le 2 jan­vier pro­chain à 14 heures sur la pas­se­relle pié­tonne Saint-Laurent  pour exi­ger de nou­velles réqui­si­tions à Grenoble et sou­te­nir la lutte des occu­pants du 7, place Laurent Bonnevay, Enfin, ce mardi 29 décembre2Article modi­fié le 29 décembre 2020 à 10 heures., le Nouveau parti anti­ca­pi­ta­liste de l’Isère (NPA 38) réagit à son tour en se fen­dant d’un com­mu­ni­qué peu ou prou dans les mêmes termes que ceux des orga­ni­sa­tions de jeu­nesse.

 

Joël Kermabon

 

1 L’Union natio­nale lycéenne de l’Isère (UNL 38), l’Union des étu­diants com­mu­nistes de Grenoble (UEC) et les Jeunes insoumis.es de Grenoble. Mais aussi l’Unef Grenoble, le NPA jeunes Grenoble, Fridays for future Grenoble et Solidaires étu­diants.

 

2 Article modi­fié le 29 décembre 2020 à 10 heures.

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
4559 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Peut on defi­nir : « orga­ni­sa­tion de jeu­nesse » ?

    En tant que jeune, je ne défend pas le squat des appar­te­ments et je demande l’ex­pul­sion et la recon­duite à la fron­tière pour ceux qui n’ont pas de papier.

    En un mot : « le res­pect des lois. »

    sep article
  2. Ping : jeunesse, éducation | Revue de presse Emancipation

  3. Ensemble ! Isère est aussi soli­daire des occu­pants de l’im­meuble de l’Abbaye. Un com­mu­ni­qué a été rédigé et envoyé à la presse.

    sep article
    • JK

      29/12/2020
      10:54

      Bonjour
      Effectivement, nous l’a­vons reçu le 24 décembre après véri­fi­ca­tion. Cependant dans le flux de cour­riers élec­tro­niques que nous rece­vons chaque jour ce mail a mal­en­con­treu­se­ment échappé à notre vigi­lance, ce dont nous vous deman­dons de nous excu­ser.

      sep article