Mobilisation le vendredi 11 décembre pour défendre les 7 personnes mises en examen pour s'être introduit sur les Jardins de la Buisserate à Saint-Martin-le-Vinoux. © Tim Buisson – Place Gre’net

Jardins de la Buisserate : mobi­li­sa­tion en sou­tien des sept oppo­sants au pro­jet immo­bi­lier mis en examen

Jardins de la Buisserate : mobi­li­sa­tion en sou­tien des sept oppo­sants au pro­jet immo­bi­lier mis en examen

 

FOCUS – Sept militants opposés au projet de construction d'immeubles sur les jardins de la Buisserate, à Saint-Martin-le-Vinoux, sont soumis depuis plusieurs mois à un contrôle judiciaire strict. Ils s'étaient introduits sur le terrain en vue de créer une zone à défendre (Zad). Plusieurs associations, syndicats, collectifs et organisations politiques "s'indignent de ces procédés". Quant aux avocats des mis en examen, ils montent aujourd'hui au créneau pour demander une nullité de procédure. L'un d'eux a en outre sollicité une trêve afin que ses deux clients puissent retrouver leur famille à Noël.

 

 

Les travaux de terrassement des Jardins de la Buisserate ont débuté le lundi 2 novembre. © Tim Buisson – Place Gre’net

Tous les arbres des jardins de la Buisserate ont été déracinés le lundi 2 novembre 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net

Dans la nuit du 4 au 5 septembre 2020, six individus étaient interpellés par la brigade anti-criminalité de Grenoble, à proximité des jardins de la Buisserate à Saint-Martin-le-Vinoux. Ce avant d'être placés en garde à vue pendant près de soixante heures, pour avoir voulu établir une zone à défendre (Zad) sur le terrain destiné à un projet immobilier. Une septième personne avait été arrêtée à son domicile un mois plus tard, le mardi 6 octobre.

 

Si les jardins ont, depuis, été détruits en plein confinement, la mobilisation se poursuit... sur le terrain judiciaire. Car les jeunes interpellés – âgés de 21 à 29 ans – encourent jusqu'à cinq ans de prison, pour "association de malfaiteurs en vue de commettre des dégradations" et "tentative d'installation en réunion sur le terrain d'autrui". Aucun d'entre eux n'avait été confronté à la justice par le passé.

 

 

Contrôle judiciaire strict pour les défenseurs des Jardins de la Buisserate mis en examen

 

"C'était dur !, relate Agathe*. Moi, c'était ma première garde à vue. J'étais très déboussolée, je ne comprenais pas bien ce qu'il se passait et ce qu'il nous arrivait". Depuis, les suspects subissent un contrôle judiciaire strict. Ils ne peuvent pas quitter le territoire français ni se rendre sur la commune de Saint-Martin-le-Vinoux. Et doivent pointer chaque semaine au commissariat.

 

La justice les somme, par ailleurs, de trouver un emploi ou une formation. Ils ont également interdiction d'entrer en contact les uns avec les autres. Enfin, ils sont assignés à résidence entre 20 heures et 7 heures du matin. Un point toutefois moins contraignant du fait du confinement et de la mise en place du couvre-feu qui va suivre.

 

Une vingtaine de personnes étaient présentes vendredi 11 décembre pour afficher leur soutiens aux 7 personnes mises en examen. © Tim Buisson – Place Gre’net

Une vingtaine de personnes ont affiché leur soutien aux sept personnes mises en examen vendredi 11 décembre 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net

 

"On mobilise l'appareil d’État et les services de répression pour annihiler des mouvements locaux, qui sont très loin de représenter un danger pour l’État", déplore Pierre Janot, avocat au barreau de Grenoble qui défend l'une des personnes mise en examen.

 

 

Une tribune de soutien signée par 36 organisations

 

Tribune de soutien au sept mis en examen des Jardins de la Buisserate.

Tribune de soutien aux sept mis en examen des Jardins de la Buisserate. (Cliquer sur l'image pour lire le PDF)

Si les jardins sont détruits, la lutte continue pour soutenir les militants. "Les sept que nous soutenons subissent une injustice cruelle", s'insurge Francis Odier de France nature environnement (FNE). Avec 35 autres organisations, l'association a signé une tribune, publiée le samedi 5 décembre (cf. ci-contre). Elles y dénoncent "la criminalisation des personnes en lutte pour le bien commun" et réaffirment leur soutien aux mis en examen.

 

Le collectif Avenir des terres, qui défend les jardins, s'est également joint à la manifestation contre la loi "Sécurité globale" et la précarité qui se tenait le même jour. Un vélo tirait le char, surmonté d'épouvantails. Les mêmes que ceux utilisés pour interpeller les élus de Saint-Martin-le-Vinoux lors du conseil municipal du lundi 12 octobre 2020.

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 57 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Tim Buisson

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO
Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO

FLASH INFO - La Ville de Grenoble a adopté lors de son conseil municipal du 13 mai 2024 une convention avec la Ligue protectrice des Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !