Grève du personnel des écoles de Grenoble mardi 17 novembre : la Ville répond aux syndicats Sud et CNT

sep article



 

FOCUS – Les organisations syndicales Sud et CNT ont déposé un préavis de grève pour les écoles de Grenoble le mardi 17 novembre. En conséquence, la Ville annule la restauration scolaire et ne peut garantir ni la garderie du matin ni le temps périscolaire. De quoi agacer Pierre Mériaux, adjoint au personnel. Qui estime que la Ville répond en grande partie aux revendications des syndicats et déplore un manque de dialogue social de leur part.

 

 

La res­tau­ra­tion sco­laire ne sera pas assu­rée dans les écoles de Grenoble ce mardi 17 novembre. La gar­de­rie du matin, les accueils à midi (avec un repas froid pré­paré par les parents) ou les temps péri­sco­laires de l’a­près-midi ne seront, quant à eux, pos­sibles qu’en fonc­tion du nombre de pro­fes­sion­nels pré­sents. À savoir les agents ter­ri­to­riaux spé­cia­li­sés des écoles mater­nelles (Atsem), les agents d’entretien et res­tau­ra­tion et les ani­ma­teurs. La rai­son ? Un mou­ve­ment de grève local, déposé par les orga­ni­sa­tions syn­di­cales Sud 38 Collectivités ter­ri­to­riales et CNT Isère.

 

Grève dans les écoles de Grenoble le mardi 17 novembre 2020.© Thierry Chenu

Un mou­ve­ment de grève dans les écoles de Grenoble est prévu mardi 17 novembre, porté par les syn­di­cats Sud et CNT. © Thierry Chenu – Ville de Grenoble

 

Selon les syn­di­cats, ces per­son­nels des écoles sont épui­sés « de palier à (sic) la pénu­rie de personnel.le.s “orga­ni­sée” par la mai­rie de Grenoble » et révol­tés « de n’être jamais entendu.e.s ni reconnu.e.s dans leur tra­vail indis­pen­sable au fonc­tion­ne­ment des écoles de Grenoble. »

 

 

« 80 agent.e.s vulnérables ont dû quitter les écoles » et « de nombreux autres sont malades »

 

Sud et la CNT rap­pellent que le mécon­ten­te­ment de ces sala­riés dure depuis des années. « Les sous-effec­tifs récur­rents, la pré­ca­rité impo­sée et des salaires bien en-des­sous du seuil de pau­vreté (temps non-com­plet imposé) ont déjà à plu­sieurs reprises en 2018 et 2019 pro­vo­qué la colère et les grèves des per­son­nels. »

 

Grève des Atsem devant hôtel de ville de Grenoble en septembre 2015. DR

Grève des Atsem devant hôtel de ville de Grenoble en sep­tembre 2015. DR

Dans un tract, les deux syn­di­cats accusent en outre le maire et son admi­nis­tra­tion d’être « res­pon­sables de la dégra­da­tion du ser­vice public et de [leurs] condi­tions de tra­vail ».

 

Au cœur de leurs reven­di­ca­tions, des moyens pour faire face à la crise sani­taire. « 80 agent.e.s vul­né­rables ont dû quit­ter les écoles. De nom­breux autres sont malades, les rem­pla­ce­ments se font attendre. De ce fait, une sur­charge de tra­vail impor­tante et récur­rente s’ajoute aux tâches sup­plé­men­taires liées à la pan­dé­mie Covid », rap­portent les syn­di­cats.

 

Ces der­niers exigent ainsi le rem­pla­ce­ment de toutes les per­sonnes malades. De même que « l’embauche de ren­forts » et un « pool d’agent-e‑s titu­laires de rem­pla­ce­ment en nombre suf­fi­sant ». Ou encore d’a­voir suf­fi­sam­ment de masques adap­tés.

 

 

Pierre Mériaux conteste la forme et le fond

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
5989 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. je ne suis pas celui qui défen­drait le bilan de Piolle Pot et ses copains, mais .…… pen­dant la période de pan­dé­mie, quand tout le pays souffre à cause des res­tric­tions, faire de la grève pour « amé­lio­rer ses condi­tions de tra­vail » – c’est ignoble

    sep article